baysse (paul) (L.Argueyrolles/L'Equipe)
Ligue 1 - 3e journée

Depuis son retour en France en janvier, le malheureux Paul Baysse enchaîne les mésaventures

Depuis son retour en France l'hiver dernier, Paul Baysse enchaîne les mésaventures. De Bordeaux à Caen, la poisse le suit partout. Illustration.

Le timing avec l'entraîneur, épisode I

Alors que Bordeaux se situe au bord de la zone de relégation à la trêve hivernale 2017-18, avec 20 points et seulement deux de plus qu'Angers, 19e, l'entraîneur Jocelyn Gourvennec fait venir Paul Baysse de Malaga et se montre aussitôt dithyrambique en conférence de presse : «Il nous apporte beaucoup de communication, il est très vivant, il parle beaucoup, il est tactile.» Sauf que les mauvais résultats des Girondins mènent au licenciement de Gourvennec le 18 janvier, une semaine après l'arrivée de Baysse à Bordeaux. Suis-moi je te fuis.

Quand Baysse voit rouge, épisode I

La défaite de trop, menant à la fin de l'aventure de Gourvennec à Bordeaux, est intervenue contre le Stade Malherbe Caen (0-2, le 16 janvier). Il s'agissait du deuxième match de Baysse sous ses nouvelles couleurs. Une prestation plutôt solide dans l'ensemble, jusqu'à la 86e minute. Alors que le score était encore nul et vierge, dans sa surface et loin du ballon, le défenseur est aux prises avec Ivan Santini. Baysse répond aux provocations du Croate par un coup de coude, sanctionné d'un penalty et d'une exclusion. Dommage, l'intégration semblait pourtant bonne.

L'indésirable de Gustavo Poyet

Après deux matches de suspension, Paul Baysse aurait dû faire son retour dans la défense bordelaise. Eh bien non ! Le nouvel entraîneur, le fougueux Gustavo Poyet, ne semble pas le porter autant dans son cœur que Gourvennec avant lui. «C'est moi le problème, ce n'est pas lui», confie l'entraîneur sur RMC, lui qui n'offre que quatre titularisations au défenseur jusqu'à la fin de saison. Qui peut lui donner tort ? Sur les dix-sept dernières journées, le Bordeaux de Poyet est la cinquième meilleure équipe de Ligue 1. Avec un temps de jeu qui baisse pour Paul.

Le timing avec l'entraîneur, épisode II

Les remakes sont souvent moins bien que les originaux, mais celui-ci est assez savoureux. Car il ne s'agit pas d'une pâle copie, le scénario a bien été repensé. Si le Gourvennec qui le voulait s'est fait virer juste après son arrivée en janvier, les rôles ont cette fois-ci été quelque peu inversés. Indésirable aux yeux de Gustavo Poyet, Paul Baysse file en prêt à Caen le 16 août... la veille de la mise à pied de l'entraîneur uruguayen par les dirigeants bordelais après sa sortie en conférence de presse. Quand ça veut pas...

Lire : Bordeaux : Gustavo Poyet mis à pied à titre conservatoire

Lire : Poyet, Madjer, Maradona... Top 5 des conférences de presse les plus insolites

Le nouveau maudit de Normandie

Nouvelle région, nouveau club, nouveau challenge... mais pas de réussite retrouvée. Le premier match de Paul Baysse à Caen, contre Nice (1-1, le 18 août), laisse déjà penser que la nouvelle aventure du néo-Viking ne sera pas des plus simples. En cinq minutes, le défenseur se voit refuser un but pour une faute peu évidente sur Wylan Cyprien, puis reprend un ballon de la tête, repoussé par Yoan Cardinale sur son poteau avant de longer désespérément la ligne de but, sans rentrer. La poisse à la mode de Caen.

Quand Baysse voit rouge, épisode II

Une fois mais pas deux ! Hors de question de passer une nouvelle fois par l'échec pour Paul Baysse, confirmé dans la défense caennaise aux côtés d'Alexander Djiku. Pourtant, le sort s'acharne sur le défenseur. Alors que Malherbe pense tenir son premier succès de la saison contre Nantes ce samedi (1-1), l'ancien Bordelais commet une faute dans la surface sur Majeed Waris. Penalty et deuxième carton jaune, synonyme d'exclusion. Comme si cela ne suffisait pas...
Florent Le Marquis
Réagissez à cet article
500 caractères max
cuicui 26 août à 12:34

Cool, sur les 17 prochaines journées, Malherbe va être 5ème ^^ ! Humour