Deux personnes ont été mises en examen dans l'enquête sur des paris suspects sur un match en Algérie. (I. Colo/L'Équipe)
ALG

Deux mises en examen dans l'enquête visant des paris suspects sur un match algérien

INFO L'ÉQUIPE. Deux personnes ont été mises en examen mercredi après-midi à Nancy, dans le cadre de l'enquête sur les paris suspects liés à un match du championnat d'Algérie, disputé l'an dernier.

Deux personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire, mercredi à Nancy, dans le cadre de l'enquête sur des paris suspects pris en France et liés à un match de Ligue 1 algérienne disputé en fin de saison dernière.
Elles font partie des sept personnes, âgées de 25 à 40 ans environ, aux revenus modestes et liées à l'Algérie, interpellées mardi en Moselle par les policiers du service central des courses et jeux (SCCJ) dans le cadre de cette enquête, confiée à la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) locale. Cette dernière nous a confirmé les deux mises en examen avec placement sous contrôle judiciaire. Parmi les sept personnes interpellées, cinq avaient été placés en garde à vue et deux autres entendues en audition libre.
Ces deux mises en examen font suite à l'ouverture d'une information judiciaire pour « des faits d'escroquerie en bande organisée ». Les paris suspects portent sur la rencontre entre le DRB Tadjenanet et l'ES Sétif, disputée le 12 mai 2018 pour le compte de la 29e et avant-dernière journée du Championnat algérien. Menacé de relégation, le DRBT l'avait emporté 3-2 face au champion d'Algérie en titre (mais classé en milieu de tableau à l'époque). Trois penalties avaient été sifflés pendant le match : un pour Tadjenanet et deux pour Sétif. Au lendemain de cette défaite, le président de l'ES Sétif, Hassan Hammar, avait présenté sa démission, après avoir été insulté par des supporters de son club.

Près de 5000 euros misés en France

La nuit précédant la rencontre litigieuse, plusieurs opérateurs de paris en ligne avaient enregistré des opérations inhabituelles. Des parieurs avaient placé des sommes anormalement élevées sur le score exact de la victoire 3-2 de Tadjenanet. Près de 5000 € avaient été misés en France, notamment depuis la région de Metz, sur des sites de paris en ligne, dont Winamax, PokerStars, Betclic et PMU, entraînant des pertes de plus de 100 000 € pour ces derniers. « C'est toujours un peu la même chose, a expliqué une source proche de l'enquête. Quelqu'un a l'info et comme il ne veut pas concentrer sur sa personne, il prend des relations qui parient pour lui... »
Les deux parieurs suspects mis en examen mercredi auraient pu agir ainsi au bénéfice d'un donneur d'ordre disposant d'informations privilégiées. Selon nos informations, les enquêteurs français n'ont pas pu compter sur l'aide des autorités algériennes (qui auraient été alertées) dans le cadre de leurs investigations.
En septembre 2018, la BBC avait publié une enquête qui décrivait, selon plusieurs témoignages anonymes, la corruption rongeant « tous les échelons du football algérien ». Interrogé par le media britannique, le président de la Fédération algérienne, Kheïreddine Zetchi (en poste depuis mars 2017), avait alors répondu que « le nettoyage du football [était] l'une des priorités de la direction actuelle ».
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :