Bleus

Didier Deschamps sur Zidane: «Il sera sélectionneur»

Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, «comprend» la décision de Zinédine Zidane de quitter le Real Madrid et assure ne ressentir aucune pression concernant son poste.

«Comment avez-vous accueilli la décision de Zinédine Zidane de quitter son poste d'entraîneur du Real Madrid ?
C'est sa décision donc je la respecte bien évidemment. Connaissant très bien Zizou, il a dû longuement réfléchir. S'il l'a prise c'est qu'il est convaincu que c'est la meilleure pour lui. En regardant ce qu'il a réalisé pendant trois ans, qui est fantastique, je peux comprendre qu'il prenne cette décision-là. Je le répète, s'il la prise, c'est qu'il est convaincu que c'est la meilleure pour lui.

C'est quand même beau de finir au sommet comme ça. C'est aussi votre avis ?
Il a cette liberté-là. Certains la prennent, d'autres pas. Je n'ai pas tous les éléments mais je peux comprendre avec la réussite qu'il a connue. On se connaît suffisamment bien, on a un respect mutuel, on a échangé, je peux imaginer ce qui l'a amené à prendre cette décision. De toute façon, quand Zizou sort par une porte, elle est forcément grande. Je ne vois pas pourquoi ça changerait maintenant qu'il est devenu entraîneur et qu'il a un parcours, comme quand il était joueur, c'est-à-dire hors-norme.
Est-ce que les conséquences de cette décision exercent une pression supplémentaire, positive ou négative, sur le sélectionneur de l'équipe de France ?
Une pression positive ? Je ne sais pas (rires). Pour avoir quelque chose de supplémentaire, il faudrait que quelque chose existe à la base. Vous savez comment je fonctionne. On m'a posé des questions avant la Coupe du monde 2014 et avant l'Euro 2016, je suis en immersion avec mon groupe. Toute mon énergie est focalisée sur l'événement qui nous attend. Il y aura un après Coupe du monde, certainement. Mais je ne me pose pas la question. Je reste concentré et focalisé sur ce qui nous attend avec ce groupe de joueurs.

Seriez-vous fier si, le moment venu, vous remettiez les clés de l'équipe de France à Zinédine Zidane ?
Je n'ai pas les clés, ce n'est pas moi qui les tiens, c'est mon président (Noël Le Graët). Je ne sais pas ce qu'il a décidé. Pour le moment, je pense qu'il a envie de profiter du repos, de sa famille et de ses proches. Il sera certainement à un moment donné sélectionneur. Quand ? Je ne peux pas le dire. Mais ça me semble logique. Ça arrivera quand ça arrivera.

Sortir par la grande porte comme lui, en gagnant la Coupe du monde par exemple, c'est une idée à laquelle vous pensez aussi ?
Je n'y pense pas, je ne me pose pas la question, dans le positif comme dans le négatif. Rien ne pourra ne me faire perdre mon calme et ma sérénité. J'imagine que l'actualité rythmera les débats. Je ne rêve pas, je n'imagine pas, je suis dans mon quotidien pour faire en sorte que tout se passe du mieux possible. Mais j'espère qu'on me reposera la question. (Rires)»
Réagissez à cet article
500 caractères max