Football Soccer - Everton v West Ham United - Barclays Premier League - Goodison Park - 5/3/16 Dimitri Payet celebrates after scoring the third goal for West Ham Reuters / Phil Noble Livepic EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or
Le tableau noir de Coach PU

Dimitri Payet, joueur décisif, mais contre qui ?

L'ex-milieu offensif de l'OM a permis à West Ham de réaliser un saut de qualité incroyable cette saison et d'être à la lutte pour une place en Ligue des champions. Il existe, toutefois, plusieurs façons de lire son bilan et d'évaluer son niveau de jeu actuel.

Aucun doute là-dessus : cette saison, Dimitri Payet est le meilleur joueur de West Ham. C'est aussi son meilleur buteur (10 buts, toutes compétitions confondues), son meilleur passeur (10 passes décisives), et dans une équipe en course pour la Ligue des champions et toujours qualifiée en Cup (elle jouera son quart de finale contre Manchester United dimanche prochain à Old Trafford), cela ne peut pas être anodin. Son bilan avec l'OM l'an dernier (7 buts et 16 passes décisives en 36 matches de L1) avait logiquement placé la barre assez haut et créé une attente en Angleterre : pour un joueur qui a découvert la Premier League il y a huit mois, il n'a pas déçu et la réussite est quasi totale.
 
Une certitude ? Son registre technique, son toucher de balle, sa qualité de passes et de centres, sa capacité d'accélération et de dribble dans les trente derniers mètres, son volume de jeu, ses courses, mais aussi sa générosité, son habileté à permuter, dézoner et à offrir des solutions collectives lui ont permis de s'imposer et de faire des différences. Comme samedi dernier à Everton (3-2), dans le dernier quart d'heure.
En regardant dans le détail, on peut néanmoins s'interroger : contre qui Payet est-il vraiment décisif ? Le calendrier qui attend West Ham ces prochaines semaines (Manchester United en Cup, Chelsea, Arsenal, Leicester et Manchester United en Championnat) permettra sans doute de lever le doute. Et de dire si, oui ou non, Payet est aussi un joueur de grands rendez-vous et de money time.

Ses 99 ballons touchés contre Everton
A Everton, West Ham a débuté à nouveau en 3-4-3 et Payet, comme d'habitude, a surtout occupé le côté gauche de l'attaque. Mais pas que. S'il a touché plus de la moitié de ses ballons dans cette zone, il a aussi joué sur toute la largeur dans la dernière demi-heure. (Stats Whoscored.com)
A Everton, West Ham a débuté à nouveau en 3-4-3 et Payet, comme d'habitude, a surtout occupé le côté gauche de l'attaque. Mais pas que. S'il a touché plus de la moitié de ses ballons dans cette zone, il a aussi joué sur toute la largeur dans la dernière demi-heure. (Stats Whoscored.com)

Un poids considérable dans le jeu

Avec lui, West Ham tourne à 1,86 point et 1,82 but par match en Championnat. Sans lui, la moyenne chute brutalement à 1,14 point et 0,71 but. Autant dire que si Payet n'avait pas été blessé presque deux mois et manqué sept matches de Premier League entre le 7 novembre 2015 et le 2 janvier 2016, son équipe serait peut-être aujourd'hui sur le podium, au coude à coude avec Tottenham et Arsenal. Si, au départ de l'action ou dans le replacement défensif, il occupe le côté gauche cette saison, sa faculté à rentrer intérieur ou déborder, à jouer dans les intervalles, à éliminer, à donner et centrer, mais aussi à venir à la finition dans l'axe en font donc la plaque tournante de l'équipe. A Everton, par exemple, il a touché ainsi 99 ballons, tiré 4 fois au but, réussi près de 80% de ses passes et centré 19 fois, il a été sur les trois buts et joué sur toute la largeur en fin de match, et Slaven Bilic, son entraîneur, confirme ce qu'il disait récemment: «C'est l'un des meilleurs joueurs que j'ai entraînés
Un mouvement classique de West Ham : Payet rentre intérieur pour se mettre dans l'intervalle et proposer une solution de passe profonde à un milieu, tandis que Cresswell prend l'espace dans le couloir gauche. (Capture d'écran Setanta)
Un mouvement classique de West Ham : Payet rentre intérieur pour se mettre dans l'intervalle et proposer une solution de passe profonde à un milieu, tandis que Cresswell prend l'espace dans le couloir gauche. (Capture d'écran Setanta)
La qualité de jeu long de Payet lui permet de déplacer le jeu à l'opposé, comme ici côté droit avec Antonio, et de trouver très vite de l'espace. Dans la continuité de l'action, West Ham va ainsi revenir à 1-2 contre Everton. (Capture d'écran Setanta)
La qualité de jeu long de Payet lui permet de déplacer le jeu à l'opposé, comme ici côté droit avec Antonio, et de trouver très vite de l'espace. Dans la continuité de l'action, West Ham va ainsi revenir à 1-2 contre Everton. (Capture d'écran Setanta)

Une influence majeure sur coups de pieds arrêtés

A West Ham, Payet se charge de tous les coups de pied arrêtés. Les corners, côté gauche ou côté droit, et les coups francs directs à moins de 25 mètres, qu'ils soient excentrés ou dans l'axe. Sur ces phases là, il a déjà marqué deux coups francs directs - un en Championnat (Bournemouth), l'autre en Cup (Blackburn) - et offert trois passes décisives - deux sur coup franc indirect (Arsenal et Liverpool en Cup) et une sur corner (Tottenham). Sa variété et sa précision de frappes (toujours entre les 5,50 m et le point de penalty, là où le gardien adverse ne peut intervenir), alliées à la qualité de jeu aérien de Carroll, Sakho, Antonio, Kouyaté, Ogbonna ou Collins permettent ainsi à son équipe d'être très efficace sur ce genre de situation. En mettant de côté les penalties, seuls Tottenham (15) et Crystal Palace (12) ont marqué plus de buts cette saison que West Ham (11) sur phases arrêtées.
La semaine dernière contre Tottenham (1-0), c'est un corner de Payet qui a fait basculer le match dès la 7ème minute : une frappe déposée à l'angle des six mètres au premier poteau qu'Antonio vient couper devant Chadli. (Capture d'écran BBC)
La semaine dernière contre Tottenham (1-0), c'est un corner de Payet qui a fait basculer le match dès la 7ème minute : une frappe déposée à l'angle des six mètres au premier poteau qu'Antonio vient couper devant Chadli. (Capture d'écran BBC)
Son dernier coup franc direct en date, c'était à Blackburn (5-1) en huitième de finale de la Cup. Une frappe enroulée au-dessus du mur à près de 30 mètres, plein axe, qui donne l'avantage à West Ham 2-1. (Capture d'écran BBC)
Son dernier coup franc direct en date, c'était à Blackburn (5-1) en huitième de finale de la Cup. Une frappe enroulée au-dessus du mur à près de 30 mètres, plein axe, qui donne l'avantage à West Ham 2-1. (Capture d'écran BBC)

Des stats néanmoins trompeuses ?

Payet est directement impliqué sur 20 buts, sans compter les avant-dernières passes, mais il a surtout marqué et fait marquer contre des adversaires de seconde zone. Ses stats contre des équipes du Top 10 ? Un but contre Leicester, en tout début de saison, et encore, dans un match perdu à la maison (1-2). Plus quatre passes décisives - trois en Championnat contre Arsenal, Manchester City et Tottenham, et une en Cup face à Liverpool - soit une seule dans le jeu (Manchester City) et trois sur coup de pied arrêté. En clair ? Payet a été décisif les trois-quarts du temps contre des équipes de deuxième moitié de tableau ou de D2. Si, samedi dernier à Goodison Park, il a fait la différence dans le dernier quart d'heure, encore faut-il rappeler qu'Everton jouait à dix depuis la 34ème minute. Une manière de souligner que sa tâche est considérablement plus facile dès lors qu'il a davantage d'espace, de temps et de liberté pour jouer et se déplacer.
Le seul but de Payet contre une équipe du Top Ten. C'était... le 15 août 2015 contre Leicester (1-2): une frappe à l'entrée de la surface, suite à un premier tir contré et une remise de Kouyaté. (Capture d'écran NBC Sports)
Le seul but de Payet contre une équipe du Top Ten. C'était... le 15 août 2015 contre Leicester (1-2): une frappe à l'entrée de la surface, suite à un premier tir contré et une remise de Kouyaté. (Capture d'écran NBC Sports)
Patrick Urbini 
Réagissez à cet article
500 caractères max
Madridista_7 10 mars à 14:45

Valbuena:20 match 1 but,1 passe décisivePayet:20 match 10 but,10 passe decisives

marcel_moutou 9 mars à 5:07

On aimerait que la même étude soit entreprise pour chacun des joueurs sélectionnés par D.D en EDF . Ensuite on pourrait comparer tous les stats . Vous ne pensez-pas?

Zurdo 8 mars à 13:10

C'était déjà le cas à l'OM!

Mungo13016 8 mars à 11:22

en total désaccord avec cet article

ADS :