Ligue 2 - 28e journée

Diony la malice capitaine de l'équipe type du week-end en Ligue 2

Double buteur face à Tours vendredi soir (3-0), Loïs Diony mérite sa place dans l'équipe type de FF pour la 28e journée de L2. Le Red Star et l'AC Ajaccio placent deux joueurs.

Les notes

Mathieu Michel (Nîmes) : 8*

Lloyd Palun (Red Star) : 6*
Cédric Varrault (Dijon) : 7*
Zakaria Diallo (AC Ajaccio) : 6*
Julien Faussurier (Sochaux) : 6*

Sekou Baradji (Valenciennes) : 7*
Naim Sliti (Red Star) : 7*
Gaëtan Laborde (Clermont) : 7*
Alexandre Vincent (Auxerre) : 7*

Julien Toudic (AC Ajaccio) : 7*
Loïs Diony (Dijon) : 8*.

Le zoom : Fais leur mal, Diony

Depuis longtemps, Dijon s’est fait une spécialité d’aller fureter là où la concurrence ne s’aventure pas, de pêcher dans des eaux profondes des poissons inconnus. Ainsi, des Aubameyang, des Bauthéac, des Corgnet, des Ribas, des Reynet ont transité (ou transite encore pour ce dernier) par la Bourgogne, venus par des chemins détournés, rarement des raccourcis. La plupart ont été repérés alors qu’ils évoluaient dans de petites divisions, où l’œil acéré de Sébastien Larcier, le responsable du recrutement, a ses habitudes. Loïs Diony, lui aussi, est arrivé du dessous, de Mont-de-Marsan et du CFA, où il était revenu après deux passages dans le monde pro sans envolée. Comme beaucoup (Valbuena, Ecuele-Manga, Ayité…), il n’est pas resté à Bordeaux après une demi-douzaine d’années au centre de formation, puis n’a effectué qu’un court passage à Nantes où il n’a guère eu plus sa chance (une convocation face à Niort en novembre 2012).

Un retour aux sources salutaire

Redescendu chez lui, au Stade Montois, (saison 2013/14), il s’y montre tellement efficace en si peu de temps (huit buts en treize apparitions) que Dijon le récupère après une demi-saison. Il lui faudra patienter un an avant de trouver sa place dans le groupe dijonnais, puis de s’y installer régulièrement (trois buts et quatre passes décisives la saison passée en trente-trois apparitions). Mais ce n’est que cette saison qu’il s’impose véritablement au cœur de l’attaque dijonnaise et du dispositif de coach Dall’Oglio. Auteur d’un début de saison supersonique en Coupe de la ligue (trois buts lors des trois premiers tours), il est parvenu à avoir pareil impact en Championnat, avec des stats en trompe-l'œil. Son influence s’étend en effet au delà de ses six buts et de ses quatre passes décisives. Agitateur autant que finisseur, Diony a continué à œuvrer pour l’équipe en dépit de son inefficacité passagère en fin d’année dernière. Encore brut et malléable à 23 ans – il reconnaît se précipiter encore sur certaines actions – il continue de progresser, comme l’a démontré son match huit étoiles face à Tours où il a inscrit deux buts et créé une jolie pagaille dans la défense adverse. La L2 n’a plus longtemps à souffrir, l’été prochain, ce sont leurs consoeurs de L1 qui apprendront à le connaître et le redouter…
Arnaud Tulipier 
Réagissez à cet article
500 caractères max