benzema (karim) brown (wes) (MANTEY/L'Equipe)
Ligue des Champions - 8es

Dominante britannique et Lyon sorti par Manchester : retour sur les huitièmes de C1 d'il y a dix ans

Le Real fébrile, l'OL qui se heurte à Manchester, la razzia des clubs anglais : voilà ce que nous offrait la plus prestigieuse des compétitions européennes il y a une décennie, en huitièmes de finale.

United sortait l'OL, malgré Benzema

En 2008, le football français vivait encore au rythme de l'hégémonie totale de l'OL en Ligue 1. Sur la scène continentale, les Gones étaient logiquement les meilleurs représentants français. Mais après trois quarts de finale consécutifs puis une élimination en huitième lors des précédents exercices, le club de Jean-Michel Aulas, qui était sorti deuxième de sa poule derrière le Barça, tombait sur un os avec Manchester United, alors au cœur de ses années de gloire et avec un certain Cristiano Ronaldo en chef de file. A l'époque, le club rhodanien pouvait compter sur sa pépite Karim Benzema, qui explosait au cours de cette saison 2007-2008 et allait plus tard rafler le titre de meilleur buteur de Ligue 1, à l'âge de 20 ans. A l'aller, c'était l'enfant du club qui débloquait la situation pour les siens et faisait vibrer Gerland d'un enchaînement plein de classe face à Edwin van der Sar (54e). L'OL croyait signer l'exploit mais Carlos Tevez surgissait in extremis pour sauver les meubles mancuniens (87e). Deux semaines plus tard dans le «Théâtre des Rêves», CR7 se chargeait de valider la qualification des Red Devils en trompant Grégory Coupet en fin de première période (41e). Cette saison-là, personne n'allait arrêter United, alors en route pour s'offrir une troisième coupe aux grandes oreilles, finalement acquise aux tirs au but face à Chelsea en finale.

Le Real se cassait encore les dents

Si la Casa Blanca s'est transformée en machine ces dernières années pour rafler un nombre de titres inimaginable, elle était beaucoup moins convaincante en C1 il y a dix ans. Déjà éliminés en huitièmes lors des deux éditions précédentes, les Merengues récidivaient en février et mars 2008, butant cette fois sur la Roma. Malgré le capitaine Raúl qui faisait parler la poudre lors de chaque joute (ouverture du score à l'aller, égalisation au retour), Mahamadou Diarra et ses coéquipiers s'inclinaient deux fois sur le même score (2-1, 2-1), et laissaient filer l'espoir d'enfin atteindre le tour suivant, qu'ils ne retrouveront d'ailleurs qu'en 2011. A côté de ça, toujours chez les représentants de Liga, le FC Barcelone de Leo Messi et Thierry Henry disposait du Celtic non sans s'être fait peur à l'aller à Glasgow (3-2, 1-0). Le FC Séville de Dani Alves, Luis Fabiano et Julien Escudé, double tenant du titre en C3 (coupe de l'UEFA à l'époque), se faisait quant à lui stopper aux tirs au but au terme d'une belle bataille avec Fenerbahçe (3-2, 2-3), emmené par deux futures erreurs de casting du PSG, Diego Lugano et Mateja Ke?man (tous les deux buteurs lors de la première rencontre).

Les clubs anglais étaient à la fête

Au-delà de l'équipe de Sir Alex Ferguson, c'est tout un contingent de formations du Royaume qui passait brillamment le stade des huitièmes. Arsenal sortait le champion milanais en prenant le dessus à San Siro grâce à Fabregas et Adebayor (2-0, 0-0), le Liverpool de Fernando Torres surclassait l'Inter de Patrick Vieira (2-0, 1-0), et Chelsea faisait plier l'Olympiakos après avoir galéré au Pirée (0-0, 3-0). La domination de l'Albion était alors beaucoup plus évidente que ces dernières années, les quatre clubs atteignant le dernier carré, comme en 2006-2007. Cette saison, avec cinq représentants parmi les seize meilleures équipes du continent, l'Angleterre pourrait bien retrouver son omniprésence d'antan.
Jérémie Baron

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max