(L'Equipe)
L'Afrique, c'est foot

El-Kaabi, le grand huit

Grande révélation du Championnat d'Afrique des Nations qui se termine dimanche à Casablanca, l'avant-centre marocain jouait encore en D2 locale l'été dernier. Un destin incomparable qui devrait encore s'accélérer d'ici cet été....

C'est LA belle histoire de ce CHAN marocain qui tirera sa révérence dimanche soir, à l'issue de la finale entre les Lions de l'Atlas locaux et le Nigeria. Il y a trois semaines, personne ou presque, hormis les Marocains eux-mêmes, ne connaissait vraiment Ayoub El-Kaabi. Cinq matches -et huit buts- plus tard, le nom de l'avant-centre de la Renaissance Sportive de Berkane est sur toutes les lèvres, et le jeune homme est certainement l'un des plus convoités du tournoi.
Le Zamalek du Caire a proposé trois millions de dollars et les clubs saoudiens agitent leurs millions de pétrodollars pour l'attirer à eux. En juin dernier, El-Kaabi (24 ans) évoluait encore en Botola 2, la D2 marocaine, et il venait tout juste d'aider son club, le Racing de Casablanca (RAC), à se hisser parmi l'élite chérifienne. Ses 25 buts tout autant que sa stature (1m82) et surtout sa rapidité avaient tapé dans l'œil du Raja et du Wydad, les deux cadors de Casa. Mais c'est finalement la Renaissance de Berkane, un club dont le président n'est autre que Fouzi Lekjaa, le numéro 1 de la fédération marocaine, qui avait fini par le convaincre.
Titularisé contre la Mauritanie (4-0) lors du match d'ouverture de la compétition, il a d'abord réussi un doublé, complété quelques jours plus tard par un triplé inédit contre la Guinée (3-1) !
De passage au Maroc, nous avions alors croisé son coach du moment, l'ancien sélectionneur Rachid Taoussi, qui l'évoquait en ces termes : «Il risque d'être une révélation la saison prochaine.» Depuis, El-Kaabi n'a cessé de grandir. Oh, il a peu marqué en Championnat : six buts seulement en douze matches de Botola avec la RS Berkane. Mais Jamal Sellami, le coach de ce Maroc finaliste de ce CHAN, n'a jamais cessé de lui faire confiance, lui qui le convoque régulièrement depuis dix huit mois parmi le groupe. Titularisé contre la Mauritanie (4-0) lors du match d'ouverture de la compétition, ce gaucher vif et adroit a d'abord réussi un doublé, complété quelques jours plus tard par un triplé inédit contre la Guinée (3-1) !
Laissé sur le banc lors du match de poule contre le Soudan et entré en jeu en toute fin de match, il n'avait pas marqué. Mais s'était réveillé contre la Namibie (2-0) en quart. L'occasion pour lui d'effacer le record de buts (5) inscrits dans un CHAN et détenu depuis la première édition (2009) par le Zambien Given Singuluma. Mercredi soir, lors du derby nord-africain contre la Libye (3-1 après prolongation), El-Kaabi a encore frappé. Deux fois, ce qui porte son portal à huit buts. De la tête puis du pied gauche, son favori. Comme depuis le début de ce CHAN, Hervé Renard, le sélectionneur des A, qui supervise toutes les sélections marocaines, l'observait dans un coin de la tribune du stade Mohamed V.

Dans les 23 pour le Mondial ?

El-Kaabi sera-t-il le joker offensif des Lions de l'Atlas lors du prochain Mondial en Russie ? Chacune de ses apparitions au CHAN a confirmé son potentiel, sa vitesse et son efficacité devant le but. Mais cela ne suffit pas, et un CHAN n'a rien d'une Coupe du monde sur le plan de l'intensité. Renard, qui n'a jamais hésité à donner leur chance à des jeunes, devrait être tenté de l'appeler pour les prochains matches de préparation, les 23 et 27 mars prochains, respectivement contre la Serbie puis l'Ouzbékistan, afin de tester ce goleador que nul n'attendait plus, au milieu des expatriés...
Frank Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max