Hakim Ziyech of Ajax (VI Images / Pim Ras)
Ligue des Champions - Ajax

Entre les Pays-Bas et le Maroc, une enfance difficile, Zidane et un futur transfert : tout ce qu'il faut savoir Hakim Ziyech

Depuis plusieurs années, Hakim Ziyech crève l'écran. Particulièrement cette saison, où l'Ajax a atteint les demi-finales de la C1. Voici tout ce qu'il faut savoir sur l'international marocain.

Une enfance très mouvementée

Le Marocain a grandi dans le quartier de Dronten, au nord des Pays-Bas. Quand, à 10 ans, Hakim Ziyech perdait son père des suites d'une grave maladie, il sombrait dans une spirale des plus négatives. Voir son papa souffrir autant l'a détruit. Avec sa mère, et ses frères et sœurs, le quotidien était loin d'être rose pour lui. Son adolescence a été de fait marquée par la délinquance, des problèmes d'alcool et de drogue. Il a également quitté l'école très tôt. Un phénomène qui arrive malheureusement parfois aux "Mocro's", les Marocains de deuxième génération dans cette région. Sa carrière footballistique était en péril pour celui qui n'en voyait plus vraiment l'intérêt. Finalement, c'est le ballon rond qui lui permettra de s'en sortir...

Aziz Doufikar, son entraîneur au Reaal Dronten, a été son sauveur

Dans sa descente aux enfers, le jeune Hakim Ziyech a rencontré une personne qui l'a littéralement sauvé de ses déboires. Aziz Doufikar, ex-international avec le Maroc, a été un temps le premier joueur marocain à jouer en Eredivisie. «Il buvait, fumait trop, il prenait de la drogue» se souvenait-il sur Viraal TV, une chaîne néerlandaise. A l'époque, il était entraîneur du Reeal Dronten, où il l'a repris en main afin de le ramener sur le bon chemin. Il le poussait à réintégrer le circuit... Pour une belle réussite. «Je l'ai aidé comme j'ai pu pour l'éloigner de ce mauvais chemin. J'étais son mentor en quelque sorte, son père, son coach», déclarait Doufikar au média El Mountakhab.

Formé à Heerenveen

C'est à l'âge de 14 ans qu'il a débarqué à l'académie d'Heerenveen. Après diverses péripéties, des problèmes d'assiduité, il a intégré l'équipe première en 2012-2013, découvert l'Eredivisie et même les tours préliminaires de la Ligue Europa. Il avait alors 19 ans. C'est surtout lors de la saison suivante qu'il s'est montré et a attiré l'œil d'autres écuries. Il a inscrit 9 buts pour 10 passes décisives. Son choix s'est porté ensuite sur Twente, comme un palier, avant de rejoindre le gratin du Championnat.

Il a explosé à Twente

Après avoir fait sa formation à Heerenveen, il débarque à Twente en 2014 contre une somme avoisinant les cinq millions d'euros. Il était pourtant très fortement pressenti du côté de Feyenoord, mais le deal aurait capoté à cause du rôle que le club voulait lui donner. Et quel bilan ! En deux saisons, il a disputé 76 rencontres, pour 34 buts et 30 passes décisives. Il a d'ailleurs porté le brassard de capitaine pendant toute la première partie de la saison 2015-2016. Et sur les 17 matches de la phase aller, il a inscrit 10 buts pour 5 caviars. Dont une performance de haute-volée contre l'Ajax (2-2), avec un but et une passe décisive...

Il a joué avec les sélections de jeunes des Pays-Bas

Avant d'être international marocain et d'opter pour les Lions de l'Atlas, du fait de sa double nationalité, Ziyech a débuté avec les sélections de jeunes des Pays-Bas. Au cours de l'année 2012, il a fait ses débuts avec les U19, avant de passer en U20. Enfin, la saison suivante, il a découvert les Espoirs, avec lesquels il a quatre sélections pour deux buts. Ces deux réalisations sont intervenues contre l'Ecosse, en 2014, lors des qualifications pour l'Euro. Alors qu'il était entré en jeu à un quart d'heure de la fin, il s'est offert un doublé.

Sélectionné par Guus Hiddink en 2015

En juin 2015, alors que les Pays-Bas doivent affronter les Etats Unis et la Lettonie, le sélectionneur d'alors, Guus Hiddink, sélectionne Ziyech. Un choix d'une parfaite logique pour un joueur en pleine bourre avec Twente, et international Espoirs. Quelques jours avant le rassemblement, il se blesse et est contraint de déclarer forfait. Une blessure qui aura finalement bouleversé son destin international... Au rassemblement suivant, celui de septembre, il n'est cette fois pas convoqué. Il décide alors de changer de braquet.

Badou Zaki qui l'a convaincu de jouer avec le Maroc

Déjà sélectionneur du Maroc entre 2002 et 2005, Badou Zaki a repris du service de 2014 à 2016. C'est à ce moment-là qu'il a réussi à enrôler la pépite. Dans une interview au média marocain Le360, il déclarait avoir «choisi le Maroc par conviction et par rapport à [s]es racines». Le grand jour était le 9 octobre 2015 contre la Côte d'Ivoire, avant de sécuriser définitivement son allégeance en novembre à la faveur d'un match de qualification contre la Guinée. Il compte aujourd'hui 23 sélections pour 12 buts.

Vivement critiqué par Van Basten

Sa décision de choisir le Maroc plutôt que les Pays-Bas a fait couler beaucoup d'encre. Comme pour Oussama Tannane, qui a suivi le même chemin, ce choix a été très critiqué notamment par Marcos Van Basten dans De Telegraaf. «Ce sont des choix stupides, ce sont des garçons stupides qui auraient dû avoir un peu de patience», lâchait-il. Avant de surenchérir : «Comment pouvez-vous être suffisamment stupide pour opter pour le Maroc alors que vous êtes sélectionnables en équipe néerlandaise ?». Finalement, peut-on dire qu'il a fait le bon choix ? Au final, Ziyech a disputé le Mondial 2018, contrairement aux Bataves... De son côté, le joueur avait décrit son coach à Heerenveen comme un «beau nom, mais pas un entraîneur de haut niveau».

Une grosse embrouille avec son sélectionneur, Hervé Renard

C'est un feuilleton qui a duré un certain temps. Ziyech a débuté avec le Maroc en 2015. De son côté, l'ancien coach du LOSC a été nommé sélectionneur du Maroc en 2016. Mais il n'a pas sélectionné le crack pour la CAN 2017 où le Maroc est sorti en quarts de finale. En conséquence, le joueur a annoncé ne plus vouloir revenir. La seule condition, expliquait-il, était un départ de Renard. Finalement, il est revenu en septembre 2017, et a disputé la dernière Coupe du monde en Russie en ayant débuté les trois rencontres de poules. L'entraîneur du Maroc est revenu sur cet épisode sur RMC Sport il y a quelques jours. Suite aux performances du joueur avec l'Ajax, il a renoué le contact. «Au bout de trois minutes de conversation, tout était réglé, s'est-il réjoui. Lui avait envie de revenir, il est très attaché à son équipe nationale. Moi j'avais besoin de lui et j'ai reconnu mes erreurs».

Ses idoles sont Zidane et Ronaldinho

Il y a quelques jours, Ziyech a donné une interview à l'UEFA. Interrogé sur ses idoles, il a répondu : «Ronaldinho et Zidane... des joueurs de ce calibre. Je les observais beaucoup lorsque j'étais petit. Je me rappelle que quand j'avais 10 ans, je regardais leurs vidéos sur YouTube chaque jour». On a vu pire comme modèles... Mais à 26 ans, il a encore beaucoup à faire pour atteindre leur niveau. De quoi le pousser à aller encore plus loin ?

Il voit Mesut Özil comme un exemple

Parfois jugé physiquement un peu léger, Ziyech ne pense pas que cet aspect soit un frein dans son jeu. Dans une interview au média batave Volksrankt, il a pris en modèle un autre serial-passeur du circuit : Mesut Özil, le meneur de jeu d'Arsenal. «Il est possible d'atteindre le sommet sans être une armoire à glace. Özil est un exemple, analysait-il. Il a une technique raffinée, une formidable vitesse d'exécution. Son intelligence lui permet d'éviter les duels et de moins dépendre de sa force». Des similarités entre les deux joueurs, qui ont aussi en commun d'avoir été critiqués pour leur nonchalance sur le terrain...

Trois fois meilleur passeur de l'Eredivisie

Depuis ses débuts en Eredivisie en 2012, Ziyech a terminé trois fois meilleur passeur du Championnat. La première avec Twente en 2015-2016 (16 assists), puis lors des deux dernières saisons : en 2016-2017 (12) et en 2017-2018 (15). Pour le présent exercice, il domine encore le classement avec 12 passes décisives, à égalité avec son coéquipier Dusan Tadic et Steven Bergwijn, du PSV. Des performances qui font qu'il a délivré 82 galettes dans l'élite néerlandaise. Solide.

Il devrait quitter l'Ajax cet été

Le Marocain plaît à un grand nombre de clubs. Rien de plus normal, vu les performances du bonhomme. Parmi lesquels, comme le révélait France Football fin janvier, le Borussia Dortmund tout particulièrement. L'AS Roma serait aussi sur les rangs, et avait même presque réussi à l'enrôler l'été dernier. Désormais, sa cible privilégiée pourrait bel et bien être l'Allemagne, et si le BVB a trop tardé cet hiver, il devrait revenir à la charge dans les prochains mois... Mais attention à l'Inter Milan, qui est aussi intéressé, à l'instar d'autres grands d'Europe. Le contrat du virevoltant joueur de l'Ajax court jusqu'en 2021. Il pourrait être un des feuilletons de l'intersaison.

Il est impliqué dans les oeuvres caritatives

Le joueur a toujours également été très impliqué dans des causes qui lui tenaient à cœur. En témoignent ses différents dons pour des œuvres caritatives. Il y a quelques semaines, la presse marocaine se faisait l'écho d'un don de 200 000€ pour la lutte contre le cancer. Aussi, il a décidé d'aider financièrement Leon de Kogel, un joueur victime d'un accident de voiture à Malte. Celui-ci, en août 2018, était synonyme de fin de carrière pour le joueur à l'époque âgé de 26 ans.
Légende : Leon de Kogel est très reconnaissant envers Hakim Ziyech : «Non seulement c'est le meilleur joueur de l'Eredivisie, mais c'est aussi quelqu'un avec un très grand cœur».

Il a été élu joueur néerlandais de l'année en 2018

Ses performances l'année dernière l'ont propulsé jusqu'au titre de meilleur joueur néerlandais de la saison 2017-2018, par la Fédération et le journal De Telegraaf. Il succédait à son compatriote Karim El Ahmadi, et à Mounir El Hamdaoui (en 2009). En complément, avec une certaine logique, il a été nommé meilleur joueur de la saison de l'Ajax, aussi. Avec des statistiques plus que parlantes : neuf buts et dix-sept passes décisives. Il a débuté toutes les rencontres et totalisé 3043 minutes de jeu sur 3060 possibles !
Jérémy Docteur
Réagissez à cet article
500 caractères max
corinne.barman 30 avr. à 20:00

Quoi dire de plus, encore une fois le sport et son rôle social que les soit disant grand club en prennent de la graine quel plaisir de vous regarder vous Mr. Ziyech et votre équipe l’Ajax. Un Suisse admiratif BJJ

abadri465 30 avr. à 12:15

Un grand bravo il s en ai sorti !!!

abadri465 30 avr. à 12:13

un grand bravo !!!! il s en est sorti !!!!!!!!

ADS :