abidal (eric) / lloris (hugo) / anelka (nicolas) / gallas (william) / diaby (abou)  toulalan (jeremy) / govou (sidney) / evra (patrice) / sagna (bacary) / malouda (florent) / ribery (franck) (MANTEY/L'Equipe)
La question qui fâche

Équipe de France : doit-on absolument connaître toute la vérité sur la grève de Knysna ?

Dix ans que ça dure, et ce n'est sans doute pas près de changer : l'omerta règne autour de ce qui a conduit les joueurs de l'équipe de France à se mettre en grève, le 20 juin 2010 en pleine Coupe du monde. Mais la vérité doit-elle vraiment éclater ?

Il y a des bougies plus agréables à souffler que d'autres. Ce samedi, le football français "célèbre" le dixième anniversaire d'un des jours les plus sombres de son histoire. Le 20 juin 2010, en pleine Coupe du monde et après un nul contre l'Uruguay (0-0) et une défaite face au Mexique (0-2), les joueurs de l'équipe de France refusaient de s'entraîner pour marquer leur soutien à Nicolas Anelka. Ce dernier avait été exclu du groupe après la révélation dans L'Équipe de ses insultes prononcées à l'égard du sélectionneur Raymond Domenech, à la mi-temps de France-Mexique. Pourquoi et comment en sont-ils arrivés là ? La suite de l'histoire n'a pas permis d'en savoir beaucoup plus, une omerta totale régnant chez les joueurs, leaders comme suiveurs.

Lire aussi : 
- Le jour où les Bleus se sont mis en grève
- La fameuse lettre lue par Raymond Domenech
- Que sont devenus les mutins de Knysna ?
Et si l'omerta avait finalement aidé les Bleus à retrouver les sommets ?
Que sait-on ? Que la grève avait été décidée bien en amont, au point que le bouche à oreille avait permis à Didier Deschamps, alors en poste à l'OM, de savoir ce qui se tramait. L'actuel sélectionneur était évidemment loin d'être le seul au courant. Même Thierry Braillard, comme il le confessait au Monde cette semaine, avait été prévenu et consulté. Celui qui n'était pas encore secrétaire d'État aux sports a d'ailleurs assuré avoir tenté de dissuader les mutins de Knysna d'aller au bout de leur idée. En bref, beaucoup de monde était averti, tout ce monde aurait tenté de ramener les joueurs à la raison, mais personne n'y serait parvenu. Et la vérité, dans tout ça ? Elle ne verra peut-être jamais le jour, publiquement en tout cas. Nicolas Anelka a beau avoir promis sa version des faits dans un prochain documentaire diffusé par Netflix, il n'était déjà plus là ce 20 juin 2010.

Les autres, des leaders Patrice Évra ou Éric Abidal aux mutiques Jérémy Toulalan ou Hugo Lloris, en passant par les cadres démissionnaires comme Thierry Henry ou William Gallas, se taisent. Après tout, ils ont peut-être raison. Le football français se serait-il relevé aussi rapidement si les Bleus s'étaient publiquement déchirés pour se rejeter la faute ? Ceux qui ont été punis (Anelka, Évra, Ribéry, Toulalan) ne sont certainement pas les seuls responsables, mais leur sacrifice public et médiatique a fini par servir et assainir l'équipe de France. Hugo Lloris aurait-il réussi à guider son équipe à la finale de l'Euro 2016 puis à la victoire à la Coupe du monde 2018 si ses anciens partenaires avaient lâché le morceau sur la chronologie précise de cette journée noire ? En silence, le gardien et capitaine français a observé, appris, et appliqué les leçons. Et un grand débalage ne faisait pas partie du plan. Tant mieux, non ?

Selon vous, doit-on absolument connaître toute la vérité sur la grève de Knysna ?

Réagissez à cet article
500 caractères max
Ralfed 20 juin à 21:16

Ff continuez de mettre lesavis qui vous arrangent hein!

Kiwi1212 20 juin à 19:11

La vérité c'est ça a été le point final d'une gestion calamiteuse de Mr Domenech, qui n'a pas su fédérer et a laissé un vrai champ de ruines. Il faut remonter à avant Knysna pour mieux comprendre, la FFF qui ferme les yeux, la demande en mariage de 2008, la cassure entre anciens et nouvelle génération foot-business bling-bling, etc...

conejo34 20 juin à 17:20

L'erreur est d'avoir reconduit Domenech et le mode de scrutin qui va avec.Reconduire un tel incapable est déjà une hérésie. Mais le reconduire à scrutin ouvert (à main levée, devant tout le monde, je veux dire) sans que personne ose aller à contresens et ne puisse exprimer sa volonté à bulletin secret, est purement une manière autoritaire!

RensenbrinkRIP 20 juin à 15:26

Toujours important de savoir la vérité. Il y en a peut-être certains qui ne doivent pas être à l’aise. Ce qui m’intéresse plus particulièrement est le sort qui a été réservé à Gourcuff dans ce groupe où beaucoup de joueurs étaient irrespectueux et méprisables. L’autre question est comment Toulalan a pu se retrouver embrigadé à ce point. Folie passagère pour gagner le respect des caïds?

letidup 20 juin à 15:21

Equipe en bois , epoque a oublier... il y a mieux aujourd hui

voir toutes les réactions
ADS :