mbappe lottin (kylian) (P.Lahalle/L'Equipe)
À lire dans FF

Équipe de France : Kylian Mbappé, c'est tout neuf

S'il évolue le plus souvent sur un côté, au Paris-SG comme en équipe de France, l'attaquant semble destiné à s'installer tôt ou tard dans l'axe. Et peut-être même dès la Coupe du monde en Russie.

Un an après sa première sélection, le 25 mars 2017 au Luxembourg (3-1), Kylian Mbappé (19 ans) fait déjà pleinement partie du paysage tricolore. Sur ses dix sélections, le Parisien a six titularisations – dont quatre lors des cinq derniers matches - pour quatre entrées en jeu. Le tout est emballé d'un but face aux Pays-Bas pour trois passes décisives en 2017. Maintenant, on ne se demande plus s'il doit jouer mais où il doit évoluer. Cette interrogation taraude aussi le sélectionneur qui est dans une phase d'optimisation de ses joueurs à l'approche de la Coupe du monde.

Comme une Formule 1, les meilleurs Bleus doivent être poussés au maximum. Le bolide parisien encore plus que les autres avec le gaz qu'il a dans les jambes. «Mais je ne vais pas me plaindre que des joueurs puissent occuper plusieurs postes offensifs, remarque Didier Deschamps. Je fais toutefois en sorte qu'ils puissent être à leur meilleur poste. À Monaco, Kylian s'est révélé très performant en 4-4-2 avec Radamel Falcao. A gauche, il a aussi été très bon. En équipe de France, il est plutôt installé à droite. Je pense même qu'il s'est servi de cette expérience pour le PSG. C'est simple. Kylian peut occuper tous les postes. Il alterne. Il est tout simplement très bon partout !»
Avec lui, la balle revient souvent au centre
Titulaire en bleu, l'homme qui vaut 180 millions d'euros reste un joueur de côté dans les matches à enjeux comme lors des éliminatoires en Bulgarie (à gauche en 4-3-3) ou face au Luxembourg (à droite en 4-4-2). Dans les grosses rencontres de prestige - mais amicales, il a débuté dans l'axe en 4-4-2 face à l'Espagne et l'Angleterre, ou à droite de nouveau en Allemagne. Et quand il est entré en cours de partie, il a souvent été lancé dans l'axe comme lorsqu'il a remplacé Giroud et marqué son premier but tricolore face aux Néerlandais.

Avec lui, la balle revient donc souvent au centre. Surtout en ce moment où les courbes de forme et de carrière sont en train de se croiser, notamment avec Olivier Giroud. La casaque du nouveau joueur de Chelsea n'est plus aussi scintillante après une demi-saison sur le banc d'Arsenal et huit buts à son compteur, en tout et pour tout, en clubs. Heureusement que l'ex-Montpelliérain reste le meilleur buteur tricolore sur l'année 2017 avec huit réalisations (dont seulement deux depuis septembre face à la Biélorussie puis le Pays-de-Galles) et le septième buteur de l'histoire tricolore (29 en 69 sélections).

Son avenir est en pointe et Deschamps le sait

Le cas Benzema étant définitivement évacué par Deschamps, celui de Lacazette - blessé à Arsenal et avec désormais Aubameyang dans les pattes chez les Gunners – devenant de plus en plus compliqué malgré un (très) bon dernier match en bleu en Allemagne (doublé) et avec Gameiro à mi-temps à l'Atlético Madrid, le sélectionneur s'interroge sans doute comme beaucoup de monde sur la meilleure utilisation de Mbappé dans son secteur offensif avec Antoine Griezmann en leader d'attaque. Et si le Parisien reste diplomate en disant qu'il n'a pas «de préférence à droite, à gauche ou dans l'axe», les faits et les autres tranchent pour lui. Son avenir est en pointe et peut-être même son présent en bleu. Deschamps le sait. Le sélectionneur a son organisation, dans un 4-4-2 de référence, qui permet de se faire une idée plus claire.

Depuis ses débuts pros, l'ex-Monégasque a montré qu'il était plus efficace en pointe dans ce système surtout avec les autres joueurs que Deschamps possède sous la main. Le schéma qui pourrait se dessiner à - court – terme pousserait alors Giroud sur le banc pour associer l'incontournable Griezmann et Mbappé. À droite, Ousmane Dembélé va reprendre l'avantage en revenant dans le coup avec le FC Barcelone. Thomas Lemar accroche la pole-position à gauche. Sur cette face des Bleus, l'idée de DD est de reconstituer à terme l'association Benjamin Mendy-Lemar-Mbappé qui avait fait flamber Monaco, la saison passée, dans le 4-4-2 plein d'inspiration de Leonardo Jardim.

François Verdenet

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max