Lloris (L'Equipe)
Bleus

Equipe de France : La face cachée d'Hugo Lloris (Tottenham), l'un des 23 Bleus de Didier Deschamps à l'Euro 2016 (8/23)

Chaque jour, jusqu'au 10 juin, FF passe en revue les 23 de la liste de Deschamps pour vous faire découvrir un trait pas forcément connu d'un Bleu à travers le témoignage d'un proche. Aujourd'hui, place à Hugo Lloris, raconté par Maurice Cohen, son ancien président à l'OGC Nice.

«C'était en avril 2008. Hugo a perdu sa maman, décédée des suites d'un cancer contre lequel elle s'était battue avec beaucoup de courage. C'était une femme extraordinaire. Hugo avait une excellente relation avec sa maman, qui était avocate internationale. La famille Lloris est une famille très unie. Deux jours plus tard, le samedi à domicile face à Lille (0-0, le 5 avril 2008), Hugo a souhaité jouer. Il y avait une émotion extraordinaire au stade du Ray. Le public avait respecté la minute de silence en applaudissant. Tout le stade s'y était mis.
Hugo Lloris, époque niçoise. (Xavier Grimaldi/D.R)
Hugo Lloris, époque niçoise. (Xavier Grimaldi/D.R)
«Hugo a pris sa décision, celle de jouer, pour sa mère et pour le club»
Beaucoup de joueurs ne seraient pas venus jouer. Hugo, si. Nous, les dirigeants, lui avions proposé de ne pas jouer, bien entendu, de rester à la maison avec les siens. Mais, malgré le choc profond qu'il venait de subir, Hugo tenait à être avec ses partenaires, alors que nous traversions une période quelque peu délicate sur le plan sportif. C'était un moment vraiment intense, Hugo avait eu peu de mots, c'était terriblement difficile. Mais il a réfléchi et a pris sa décision, celle de jouer. Pour sa mère et pour le club.»

Thomas Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :