(D.R)
Bleus

Équipe de France : la face cachée de Christophe Jallet (Lyon), l'un des 23 Bleus de Didier Deschamps pour l'Euro 2016 (4/23)

Chaque jour, jusqu'au 10 juin, FF passe en revue les 23 de la liste de Deschamps pour vous faire découvrir un trait pas forcément connu d'un Bleu à travers le témoignage d'un proche. Aujourd'hui, place à Christophe Jallet, raconté par son père Didier.

«A 3-4 ans, Christophe ne pensait déjà qu'au foot. Tout le temps. Il tapait toujours dans le ballon, voire dans les pierres quand il n'avait pas de ballon ! Enfant, il aimait jouer très haut sur le terrain, en N°10 ou en avant-centre. Il avait notamment remporté la Coupe de l'Angoumois avec les pupilles alors qu'il avait une licence poussins. Normalement, il n'avait pas le droit de jouer (rires).

«Un jour, en rentrant du travail, je l'avais retrouvé... sur le toit de l'école !»

Une jolie coupe du monde dans les bras du petit Christophe. (D.R)
Une jolie coupe du monde dans les bras du petit Christophe. (D.R)
Je me souviens d'une anecdote en particulier, quand il avait 7-8 ans. Un jour, en rentrant du travail, je l'avais retrouvé... sur le toit de l'école, où il était allé chercher son ballon. Je lui avais passé un savon, je ne vous dis pas, et je l'avais puni. Je lui avais interdit d'aller jouer le samedi suivant avec son équipe d'alors, Saint-Brice. Pour lui, c'était la punition suprême. Le jour venu, jusqu'à midi, il se roulait par terre, et me répétait : «Tu ne comprends pas que j'aime ça, que je veux aller jouer !» Je lui ai répondu: «Tu as fait des bêtises, il faut assumer. Tu es puni, tu es puni». Finalement, ses entraîneurs ont téléphoné et sont venus le chercher à la maison, et je l'ai laissé y aller...»

Les épisodes précédents

Bruno Rodrigues
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :