giroud (olivier) (S.Mantey/L'Equipe)
L. Nations

Équipe de France : Olivier Giroud voit le bout du tunnel face aux Pays-Bas

Auteur du but de la victoire, Olivier Giroud sort de dix rencontres sans avoir marqué. Quoi qu'on en dise, l'attaquant des Bleus reste toujours aussi indispensable au onze de Didier Deschamps...

« Giroud ! Giroud ! Giroud ! Giroud ! » Debout, comme un seul homme, le Stade de France acclame la sortie d'Olivier Giroud. Le destin d'un footballeur, parfois, ça se joue à un petit détail. Héros du soir, le numéro neuf des Bleus peut remercier Benjamin Mendy pour son centre parfait au cordeau. Il peut aussi lui être redevable de tenter un crochet osé sur Quincy Promes et de ne pas balancer une praline en touche quelques secondes auparavant... Sur le bord de la pelouse, Ousmane Dembélé s'échauffe, prêt à en découdre et à dynamiter la défense des Oranje. Le Stade de France, ne nous voilons pas la face, est sur les nerfs de la prestation de l'attaquant des Blues, à deux doigts de conspuer Giroud. Dix matches sans marquer quand même, c'est presque comme Karim Benzema, il ne sert à rien... Agaçante façon de juger le natif de Chambéry qui a apporté une nouvelle fois bien plus que le but de la victoire. Sur son but libérateur, le trente-deuxième en Bleu, qui lui permet de dépasser Zinédine Zidane sur les tablettes des meilleurs buteurs de l'histoire de l'équipe de France, Giroud grille intelligemment la politesse à Virgil Van Dijk en coupant la trajectoire du cuir. Un appel de grande classe, déclenché au moment idoine.

Jeu en déviation, balade et mental à toute épreuve

« Olivier nous fait du bien, il prend les deux centraux avec lui », claironnait Antoine Griezmann en conférence de presse d'avant match. Face aux Pays-Bas, Giroud a fait plus que cela. Il a mené en balade le défenseur central le plus cher de l'histoire. Dans la zone se situant le duo Pröpper-De Jong et la charnière néerlandaise, par son jeu en déviation très souvent juste, l'ancien Montpelliérain a fait sortir Van Dijk de la défense à trois et permis pas mal de décalages pour Mbappé et Griezmann. Comme à son habitude, il n'a jamais hésité à mouiller la chemise pour se replier défensivement et gratter des ballons, tel un milieu de terrain accrocheur. Les mauvaises langues diront que ce n'est pas son rôle. Didier Deschamps connaît mieux que quiconque son joueur et ses qualités. Jusqu'au bout, il continuera contre vents et marées à faire confiance à son fer de lance.
Alors, oui, par manque de communication, il a loupé une tête à la 42e. Oui, il a raté des déviations. Oui, il peut paraître parfois emprunté balle au pied. Mais qui d'autre qu'Olivier Giroud et son profil si spécifique dans le 4-4-2 de Didier Deschamps ? Qui d'autre avec un tel mental à toute épreuve ? Personne ne sort pour l'instant du bois et Olivier Giroud reste toujours autant indispensable.

J.T.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Lampros 11 sept. à 8:31

Sauf que le foot, malgré tous les efforts déployés par les journalistes, ce n est pas onze individualités. L'ensemble, quand il existe, est toujours supérieur à la somme des parties. La dernière CDM en est une nouvelle démonstration. Giroud est revendiqué par ses partenaires, point final.

ombiloba1 10 sept. à 11:07

Vous l'avez descendu l'article qui a suivi le match face à l'Allemagne et maintenant il serait indispensable parce qu'il marque un beau but tous les 10 matchs!?

Lartiste 10 sept. à 0:21

Je n’ai rien contre Giroud et suis même content pour lui mais pour l’amour du foot, faite entendre raison à DD Deschamps qu’il nous replace Benzema à la pointe de notre attaque. Le jeu de l’EDF n’en sera que meilleur.

voir toutes les réactions