mbappe lottin (kylian) (B.Papon/L'Equipe)
Bleus

Equipe de France : Une animation offensive trop brouillonne contre la Moldavie (2-1)

De retour dans le onze de départ des Bleus après quatre matches d'absence, Kylian Mbappé était pour une fois associé à trois autres attaquants : Griezmann, Giroud et Coman. Mais l'animation offensive française a laissé à désirer.

Abondance de biens ne nuit jamais, certes, mais encore faut-il savoir ranger tout ça. Nombreux étaient ceux qui réclamaient depuis un moment la titularisation simultanée en équipe de France de Griezmann, Mbappé et Coman. Une formule qui est rarement, voire jamais, privilégiée par Didier Deschamps. Le Basque, surtout face à des équipes dangereuses, aime avoir Giroud en pointe et préfère sacrifier l'un des ailiers, en général Coman, pour Matuidi ou Sissoko, afin d'équilibrer le milieu de terrain et, par la même occasion, l'équipe entière, surtout en phase défensive.

Lire aussi : les notes de France-Moldavie

Ce jeudi face à une Moldavie que l'on attendait très défensive, le sélectionneur tricolore a pourtant décidé d'aligner les quatre offensifs en même temps. Problème, malgré cette ligne avant digne d'une équipe de jeu vidéo, les Français ont eu énormément de problèmes pour créer des décalages et mettre à mal une défense moldave, bien aidée, il est vrai, par ce premier but qui l'a confortée dans son plan de jeu austère. La première période était même une caricature de désorganisation devant. Griezmann, censé jouer le chef d'orchestre, ratait presque toutes ses passes vers l'avant. Mbappé en faisait trop et globalement, on aurait dit que les rôles n'étaient pas bien définis, surtout entre ces deux-là qui semblaient se marcher sur les pieds.
La heatmap de Kylian Mbappé.
La heatmap de Kylian Mbappé.
La heatmap d'Antoine Griezmann.
La heatmap d'Antoine Griezmann.

Embouteillage dans l'axe

Pourtant, difficile de jeter la pierre à Didier Deschamps. L'idée était probablement d'optimiser au maximum le potentiel offensif de son équipe, dans l'optique d'affronter un bloc très bas. Sauf que l'animation offensive était inédite. Giroud était bien en pointe, cela va de soi. Mais Griezmann était un peu plus bas qu'à son habitude, plutôt dans un rôle de n°10 qu'en deuxième attaquant qui tourne autour de son point de fixation favori. Quant à Coman, en bon ailier, il a continué sur sa bonne dynamique et a fait pas mal de différences en un contre un dans son couloir, le gauche en première période, le droit en seconde.

Lire aussi : Qualifiés, et premiers !

Et si le Munichois a pu souvent changer de côté, et finalement permuter définitivement à la pause, c'est parce que sur l'autre flanc il n'y avait... personne, ou presque. Voilà la vraie innovation, mal exécutée, de cette animation offensive. Evidemment attiré par l'axe, comme à son habitude, Mbappé est resté encore moins sur le côté que précédemment. Lorsque l'on compare sa position moyenne avec celle de Griezmann, la différence est loin d'être flagrante. Du coup, les espaces n'étaient pas optimisés. Digne s'est très souvent retrouvé tout seul à gauche et il y avait par la même occasion embouteillage dans l'axe de la défense moldave, qui n'en demandait pas tant pour contrôler les velléités des champions du monde.

Un chaos organisé ?

Et si c'était mieux dans le second acte, avec un Griezmann encore un peu plus bas, plus juste dans ses transmissions, et qu'il y avait plus de tranchant dans les déplacements de Mbappé, le résultat de cette nouvelle tactique n'est pas concluant. Car au final, c'est bien une piètre prestation des locaux à laquelle on a assisté dans cette rencontre pourtant décisive pour la suite. Reste à savoir si Didier Deschamps a réellement demandé à l'ancien Monégasque de rester autant dans l'axe, ou si l'idée était de créer de la confusion dans l'arrière-garde moldave par des permutations constantes. Auquel cas, le fautif est plutôt le natif de Bondy qui, trop attiré par le but, s'est fait aspirer par son envie de ravir, plus tôt que prévu, sa place de numéro 9 à Giroud...
Justin Carayol
Réagissez à cet article
500 caractères max
couraudemmanuel 16 nov. à 14:42

Si MBAPPE était resté sur la droite, Griezmann aurait eu toute la place pour bien jouer. M'BAPPE doit encore grandir tactiquement et se trouve loin des Messi et Ronaldo sur ce plan.

Gabsi94 15 nov. à 9:06

On reviens toujours à la même chose l’incapacité des attaques placer par l’équipe de France qui a joué en contre-attaque toutes la coupe du monde pratiquement mais quand il s’agit de construire il y a plus personne

ADS :