lloris (hugo) varane (raphael) (J.Prevost/L'Equipe)
Bleus

Equipe de France : Une défense en questions

Entre blessures et états de forme disparates, la défense des Bleus soulève, à l'aube du dénouement des qualifications pour l'Euro 2020, quelques questions. Difficile de prédire qui sera de l'aventure l'été prochain.

Gardiens : derrière Lloris et Mandanda, le grand flou

Hugo Lloris opéré du coude et déclaré inapte jusqu'au début de l'année prochaine, c'est Steve Mandanda (34 ans) qui gardera la cage des Bleus face à la Moldavie et l'Albanie. De nouveau performant avec l'OM, l'habituel n°2 semble avoir rassuré Didier Deschamps et Franck Raviot sur sa capacité à participer à sa sixième grande compétition internationale avec les Bleus. Mais derrière ces deux tauliers du vestiaire de l'équipe de France, la hiérarchie tarde à se dessiner. Les dernières listes du sélectionneur en attestent : tour à tour appelés depuis l'épopée russe, ni Alphonse Areola, ni Mike Maignan, ni Benjamin Lecomte n'ont réussi à performer dans la durée au point de verrouiller la place de numéro 3. Le titulaire du poste serait donc bien inspiré de ne pas mettre trop de temps à revenir. Afin que la question du troisième gardien, d'ordinaire annexe, ne devienne pas un véritable sujet de préoccupation.

Défense centrale : des problèmes de riche

Si abondance de bien ne nuit pas, alors «DD» n'a aucun souci à se faire concernant sa charnière centrale. Oui mais voilà, le secteur est tellement bien pourvu en France que le sélectionneur va devoir se creuser la tête pour dégager le meilleur quatuor. Car depuis l'épopée russe, le paysage a bien changé. Samuel Umtiti, l'un des artisans de la seconde étoile, n'a disputé que deux matches cette saison et offre actuellement bien moins de garanties que Clément Lenglet - titulaire lors des cinq derniers matches des Bleus - et Presnel Kimpembe, de retour à un très bon niveau avec le Paris Saint-Germain. Mais un come-back du Catalan n'est pas à exclure tant le joueur a prouvé son attachement pour les Bleus par le passé, au point de sacrifier certaines ambitions personnelles en club. Sans même parler d'Aymeric Laporte - opéré d'un genou en septembre - ou d'Abdou Diallo, ils pourraient donc être trois titulaires en puissance à se disputer une place aux côtés de Raphaël Varane, taulier indéboulonnable depuis le Mondial 2014.
Derrière le défenseur du Real Madrid, la hiérarchie ne semble pas plus figée. Si Kurt Zouma affiche une belle régularité avec le Chelsea de Frank Lampard (onze titularisations en douze journées) et que Didier Deschamps l'appelle régulièrement depuis le printemps, d'autres postulants semblent en mesure de frapper à la porte d'ici l'été prochain. Au premier rang desquels Dayot Upamecano et Ibrahima Konaté, de plus en plus impressionnants avec Leipzig (même si le second s'est récemment blessé à une cuisse). Derrière ces deux-là, William Saliba (sur le flanc pour un mois après une fissure du cinquième métatarse du pied) a quant à lui confirmé les promesses que ses premiers matches en pro avaient fait naître. Cette saison, Saint-Etienne n'a pas perdu un seul match lorsque le futur défenseur d'Arsenal (il s'est engagé pour cinq ans avec le club londonien l'été dernier) était aligné au coup d'envoi.

Défenseurs gauches : l'inconnue physique

En Russie, c'est Benjamin Mendy qui aurait dû débuter la compétition si son genou gauche n'avait pas fait des siennes durant la préparation. Au final, c'est Lucas Hernandez qui a joué l'intégralité du tournoi et qui s'est installé dans l'ancien fauteuil du Citizen. Non content de répéter les bonnes performances à un poste qui n'est initialement pas le sien, le Munichois s'est imposé comme l'un des nouveaux leaders des Bleus (17 sélections depuis mars 2018). Il fait donc partie des partants certains pour l'Euro 2020, à condition toutefois que son corps le laisse tranquille. Car dans le couloir gauche, c'est bien la fragilité des deux potentiels titulaires du poste qui inquiète. Malgré le retour au premier plan de Benjamin Mendy avec City (quatre matches sur quatre en Ligue des champions), le sélectionneur ne doit pas être mécontent de voir Lucas Digne enchaîner les bonnes prestations du côté d'Everton. Et d'assister à la montée en puissance de Ferland Mendy - qui a déjà participé à deux rassemblements - au sein du Real de Zinédine Zidane. L'ancien Lyonnais profite actuellement des pépins de Marcelo pour s'affirmer dans la capitale espagnole.

Aucun défenseur de Premier League n'a délivré plus de passes décisives que Lucas Digne cette saison.

Défenseurs droits : qui pour accompagner Pavard ?

S'il devrait jouer une partie de la saison dans l'axe au Bayern Munich, en raison de la grave blessure de Niklas Süle, c'est bien dans le couloir droit que Benjamin Pavard fait figure d'incontournable chez les Bleus (25 capes à ce poste). Et si Didier Deschamps aurait certainement préféré le voir s'installer définitivement sur le côté en club, cela ne constitue pas le principal sujet de préoccupation du sélectionneur. La question est plutôt de savoir qui suppléera le titulaire du poste en cas de pépin. Car depuis le Mondial, aucun latéral droit ne s'est imposé comme une alternative crédible au Munichois. Si Djibril Sidibé revient bien du côté d'Everton avec quatre titularisations lors des quatre dernières journées de Premier League, le sélectionneur lui a préféré Léo Dubois pour le dernier rassemblement de l'année. Auteur d'une prestation moyenne face à Andorre en septembre dernier, malgré un succès tranquille des Bleus (3-0), le Lyonnais peine pour l'instant à se hisser au niveau international. De leur côté, les talentueux Nordi Mukiele et Colin Dagba n'ont que peu de références au très haut niveau (cinq matches de Ligue des champions à eux deux). Le sélectionneur doit aujourd'hui prier très fort pour que celui qu'il a installé à droite de sa défense au printemps 2018 - et qui sera très sollicité cette saison au Bayern - ne se blesse pas.
Thymoté Pinon
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :