Soccer Football - Bundesliga - Bayern Munich vs Borussia Dortmund - Allianz Arena, Munich, Germany - March 31, 2018   Bayern Munich's Franck Ribery celebrates after scoring before his goal is disallowed using VAR   REUTERS/Michael Dalder    DFL RULES TO LIMIT THE ONLINE USAGE DURING MATCH TIME TO 15 PICTURES PER GAME. IMAGE SEQUENCES TO SIMULATE VIDEO IS NOT ALLOWED AT ANY TIME. FOR FURTHER QUERIES PLEASE CONTACT DFL DIRECTLY AT + 49 69 650050 (Reuters)
Ligue des Champions - Bayern Munich

Étincelant à 35 ans : Franck Ribéry, le grand regret de l'équipe de France pour la prochaine Coupe du monde 2018 ?

Acteur majeur de la très bonne année 2018 du Bayern Munich, Franck Ribéry vit une seconde jeunesse à 35 ans. De là à y voir un grand regret pour l'équipe de France en vue du Mondial en Russie ?

Comme l'impression d'être revenu cinq ans plus tôt. 2013, et l'année la plus aboutie de la carrière de Franck Ribéry. Alors troisième du Ballon d'Or, tout proche de Lionel Messi et de Cristiano Ronaldo, vainqueur cette année-là, le Français était au sommet. Puis les saisons ont défilé. Une Coupe du monde 2014 ratée pour une blessure, une importance moindre dans l'effectif du Bayern, des soucis physiques qui ne le lâchent pas. Jusqu'à cette année 2018. À 35 ans depuis le 7 avril dernier, Franck Ribéry semble vivre une seconde jeunesse.
«Il retrouve sa liberté, son explosivité, sa vitesse, sa fréquence d'appuis, et surtout le plaisir»
Pourtant, cette saison 2017-18 avait été d'abord celle de toutes les plus grosses frayeurs. On repense à ce 1er octobre 2017 où, sur le terrain du Hertha Berlin, son genou lâche. Les images sont terribles, la crainte de ne plus revoir «Ch'ti Franck» est grandissante. C'était sans compter sur la détermination du Boulonnais qui marche sur l'eau depuis. L'un des meilleurs exemples, mais aussi le plus récent, étant sa demi-finale aller de Ligue des champions face au Real Madrid la semaine dernière.

Lire : les notes de Bayern-Real
S'il n'a pas marqué, ni délivré de passe décisive, son activité a fait trembler plus d'une fois la Maison Blanche. Même chose d'ailleurs lors du retour même s'il a été moins en vue sur la durée. «Il retrouve sa liberté, son explosivité, sa vitesse, sa fréquence d'appuis, et surtout le plaisir, note Patrick Guillou, spécialiste de la Bundesliga pour beIN Sports. Il joue complètement relâché et il est très performant sur cette deuxième partie de saison

Un nouvel élan qui s'explique notamment par le retour de Jupp Heynckes sur le banc bavarois. «Il était responsable de mon excellent niveau», avait par exemple expliqué Franck Ribéry lors du retour de son coach. «Il a un rapport de confiance avec son entraîneur qui est quasiment son mentor, confirme d'ailleurs Patrick Guillou. Il apprécie les coaches quand il y a une relation père-fils. À chaque fois, il a été performant avec Heynckes ou Hitzfeld. Et on a pu voir que ce n'était plus le joueur aussi relâché lorsqu'il y avait un peu plus de distance comme avec Van Gaal ou parfois Guardiola. On retrouve le Franck Ribéry de ses débuts, quand il est arrivé au Bayern. Il montre qu'il est encore capable de jouer à ce niveau.»
Aussi, même si Dimitri Payet est en grande forme, quand on observe les Thomas Lemar, Anthony Martial, Ousmane Dembélé ou encore Kylian Mbappé, tous possiblement titulaires sur la gauche lors de la prochaine Coupe du monde, c'en est à se demander si l'équipe de France n'a pas à regretter qu'un Franck Ribéry (81 sélections) aussi fort soit si loin de sa sélection ? Récemment, sur RMC, un certain Diego Maradona expliquait que la France «serait meilleure si elle récupérait Ribéry». Un sujet que Didier Deschamps avait d'ailleurs abordé lors du dernier rassemblement. «Je regarde les matches du Bayern, parce qu'il n'y a pas que Franck Ribéry, avait-il lancé. Il n'est plus en équipe de France depuis un bon moment après avoir pris sa décision (d'arrêter). Ce qui ne l'empêche pas de continuer à rester performant avec son club. Ça reste un joueur de haut niveau.»

De l'histoire ancienne

Mais qui ne fera évidemment pas son retour malgré une riche expérience du très haut niveau que peu, si ce n'est aucun joueur du groupe actuel n'a dans son CV. «Il faut aussi accepter que l'équipe évolue sans Franck et que la page se tourne, tempère Patrick Guillou. Didier Deschamps a construit un groupe avec un vécu commun depuis 2014. Un groupe qui a avancé sans lui pour différentes raisons. Ce n'est pas rendre service à l'équipe de France de remettre des joueurs dans la boucle. Oui, il est vraiment très bon depuis janvier, mais c'est malheureusement le cours des choses : les deux histoires sont désormais en parallèle.» Au Bayern de profiter des derniers exploits d'un Franck Ribéry, libre fin juin, qui pourrait bien prolonger son bail dans les prochaines semaines...

Voir Franck Ribéry et ses performances actuelles très loin de l'équipe de France doit-il être un regret ?

Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :