Bérigaud (L'Equipe)

Evian-TG dans l'impasse

Après s'être maintenu de justesse la saison passée, Evian-TG est, au bout de dix journées, déjà en difficulté. Pour de multiples raisons, les Savoyards, dont l'ambition initiale ne se limitait toutefois qu'au seul maintien, ne parviennent pas à trouver leur rythme.

L’année dernière, Evian-Thonon-Gaillard l’a échappé belle. Seizièmes à seulement deux points du premier relégable au soir de la 38ème journée, les Savoyards ont décroché leur maintien dans les derniers instants du Championnat. Les difficultés rencontrées sont les mêmes cette saison. La fin, seulement, risque elle d’être moins heureuse. Avec deux succès et seulement neuf points en dix matches, l’ETG inquiète et fait figure de mauvais élève, au même titre que Valenciennes, Sochaux ou bien Lorient.

Une défense aux abois

Pascal Dupraz l’a déploré à plusieurs reprises, sa défense est l’une des plus perméables de l’élite. Ses hommes ont encaissé 17 buts. Ils en ont pris trois à Nantes, trois à Lille et manquent cruellement de cohérence collective aux arrières-postes. Les maladresses se font nombreuses, les faiblesses aussi. Si l’absence de Bertrand Laquait, portier souvent abandonné par ses coéquipiers, pour un mois, ne laisse rien présager de bon, l’ETG peut en revanche compter sur Kevin Bérigaud.

60% des buts de son équipe

A lui seul, il a inscrit 60% des buts de son club… et mis en lumière les lacunes offensives des siens. Le recrutement effectué cet été n’a pas (encore ?) convaincu et est source d’interrogations. Marco Ruben, blessé, Andres Escobar et Facundo Bertoglio, qui peinent à répondre aux contraintes physiques du Championnat français, ne parviennent à rendre légitimes les attentes placées en eux. Modou Sougou, prêté par l’OM, n’est lui qu’un simple joker. Seul Nicolas Benezet, arraché à Nîmes, donne satisfaction. C’est peu. Trop peu. Ce samedi contre Guingamp, un concurrent direct au maintien, l’ETG devra proposer autre chose. Plus que ces dernières semaines. «Espérons que le prochain match soit plus en phase avec notre objectif : battre une équipe une équipe qui est dans nos eaux», a expliqué Dupraz. Evian n’a de toutes façons plus guère de joker s’il veut espérer survivre.