Championnat des étoiles
acheter
Firenze, Fiorentina - Cagliari, serie A, nella foto Franck Ribery 2020 07 08 © Niccolò Cambi/Massimo Sestini (Massimo Sestini/SESTINI MASSIMO)
Italie - 31e journée

Face à Cagliari, Franck Ribéry (Fiorentina) a une fois de plus été seul au monde

Touché selon ses dires par le cambriolage de sa maison cette semaine, Franck Ribéry n'a rien laissé transpirer sur la pelouse face à Cagliari (0-0). Il a été l'un des meilleurs florentins de la rencontre.

Les bras ballants, il souffle de désespoir. Il en a gros sur la patate. L'action a tout de l'image symbolique de la rencontre, mais aussi d'une grande partie de la saison de Franck Ribéry à la Fiorentina. Après un une-deux de filou dans la surface de réparation à la 36e minute, l'ancien international français n'a plus qu'à enrouler du droit pour faire très mal au portier de Cagliari. Sur son chemin, le pied d'un défenseur sarde ? Le poteau ? La barre ? Non... Federico Chiesa, là, comme le nez au milieu de la figure. Les deux se télescopent et le cuir repart dans les pieds des Rossoblu. On n'est pas dans la tête de l'ancien Marseillais mais on peut facilement prédire qu'il s'est dit «Mais ? Qu'est-ce que tu fous là ?» Le natif de Boulogne-sur-Mer a tout tenté comme à son habitude mais il faut dire qu'il n'est pas vraiment aidé par ses coéquipiers. Si la Fiorentina stagne dans le ventre mou, il n'y a pas de mystère. Trop de défaillances individuelles, trop de joueurs pas au niveau... Dans ce lot, Ribéry a le droit d'échapper à la critique.

Et s'il méritait mieux ?

Dans le 4-3-3 de Beppe Iachini, l'ex-Munichois a alterné les positions. Tantôt collé à la ligne comme il l'adore, tantôt plus proche de son attaquant de pointe, Ribéry n'a pas triché. S'il a fait une énorme erreur dès la première minute sur une relance hasardeuse que Nainggolan n'a su bonifier, le Français a rapidement relevé la tête. Mettant terme rapidos à une rumeur d'une quelconque gêne par rapport au cambriolage qu'il a subi et aux menaces de départ. À l'aise balle au pied, il a percuté, il a dribblé, il est comme à l'habitude revenu sur son pied droit pour centrer ou chercher les appels croisés de ses attaquants... Qu'il n'a que trop rarement trouvés. À deux doigts d'ouvrir la marque juste avant la mi-temps sur une superbe reprise de volée pied gauche, il s'est éteint au fil de la rencontre, fatigué et moins lucide dans ses derniers gestes. Si ses 37 ans peuvent parfois peser sur sa caisse physique, mais dans les un contre un, les choix de jeu et l'envie, Ribéry a encore l'attitude d'un gamin qui a faim de jeu et de performance. Le plus affolant, c'est qu'il a encore certainement le niveau pour viser plus haut que la Fiorentina et une triste treizième place en Serie A.
Si Ribéry s'en va, le cambriolage sera une excuse et pas la raison de son départ. Chaque fois qu'il est sur le terrain, tu te rends compte à quel point il est frustré de voir que personne dans cette équipe n'a son niveau.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :