messi (lionel) ndombele (tanguy) (S.Mantey/L'Equipe)
Ligue des Champions - OL

Face au Barça, un milieu de terrain lyonnais contrasté

Si l'OL sort de cette confrontation de luxe face à Barcelone avec un bon résultat (0-0), le milieu rhodanien a connu quelques difficultés. Il a alterné le bon et le moins bon, avec quelques aspects tactiques problématiques.

Des sorties de balle compliquées

Le schéma est revenu à plusieurs reprises en début de match : Ndombele ou Aouar, seuls devant leur défense et sans réelle solution pour sortir proprement le ballon. Que Lyon veuille relancer par des passes au sol et courtes, oui. Mais les deux milieux chargés de la relance ne doivent en aucun cas être esseulés, avec comme unique solution des passes ou des dribbles - voir plus bas - trop risqués. Le Barça jouait haut, et on a vu Sergio Busquets enclencher à plusieurs reprises un contre-pressing efficace sur les milieux pour étouffer rapidement. Provoquant ainsi des récupérations hautes, le double-pivot du milieu lyonnais étant obligé de jouer vers l'arrière ou, pire, de rendre le ballon. Le jeu de position pour s'offrir des constructions fluides est un luxe de grands coaches dans le camp adverse. Mais, plus bas, il nécessite avant tout du mouvement et des déplacements judicieux pour des sorties de balle idoines.

Sur attaque placée, du répondant pour Ndombele

C'est ici que l'on voit la classe des très bons joueurs de ballon. Et Tanguy Ndombele, déjà prédit à un brillant avenir, a su montrer qu'il en avait, du ballon. Capable d'orienter le jeu, à courte comme à longue distance, il s'est aussi facilité la tâche sur les situations placées grâce à des feintes de corps judicieuses. Dommage qu'il ait flanché en deuxième période, techniquement comme physiquement, les relais plus hauts se faisant aussi beaucoup plus rares. Mais avec le cuir et sans la pression à la perte des Catalans, l'international français s'est bien débrouillé.

Lire aussi : Les notes de Lyon-FC Barcelone

Défendre en reculant et gérer les incursions

Jordi Alba s'est régalé. Comme à son habitude, prenant le couloir, proposant des solutions, dédoublant et centrant...en retrait bien souvent. Là, le milieu de Lyon a subi. Car si Marcelo et Denayer ne peuvent couvrir toute la surface, les incursions des milieux barcelonais dans la surface doivent être gérées par le duo Ndombele-Aouar. Busquets s'est ainsi permis de tirer à deux reprises à l'entrée de la surface, butant sur un Anthony Lopes performant. La donne est aussi générale : Ndombele et Aouar ont eu du mal à défendre en reculant. Sur les transitions défensives, alors que le 4-2-3-1 ne paraissait pas le système le plus adapté et que Lyon attaquait souvent en très (trop ?) grand nombre, permettant à Dembélé ou Messi d'enclencher des rushs solitaires tranchants à la récupération.

Prises de risques : à doser

Comme on l'écrivait plus haut, Lyon a eu énormément de mal à sortir proprement le ballon. Mais fort des qualités individuelles de ses milieux, il s'en est tout de même bien sorti. Ndombele, surtout, capable de casser les lignes à la première relance par la passe ou le dribble. Mais les deux milieux de l'OL ont été forcés de prendre des risques. Trop de risques ! Aouar perdait ainsi un ballon coupable dès la 3e minute, la suite lui coûtant un jaune et offrant à Messi un coup franc extrêmement bien placé. Et Ndombele y allait de sa perte quatre minutes plus tard, devant un Busquets pressant. Les qualités techniques du duo restent adaptées aux situations de pressing adverse, leur permettant de se sortir de situations compliquées. Mais en sous-nombre et sans réelle solution, cela reste toujours compliqué.

Un plan plutôt intelligent, mais trop bref

En début de rencontre, Lyon avait fait le choix, avec son 4-2-3-1, d'une défense et d'un milieu très resserrés, limitant les espaces entre les lignes, là où Lionel Messi demeure le plus dangereux. Ce fut plutôt malin, pour limiter le danger, mais les carences fut rapidement visibles. Dembélé profitait trop souvent de situations de un contre un sur les côtés, l'OL se découvrait en contre et, surtout, laissait souvent Messi face au jeu. Impardonnable en temps normal face à la Pulga, dont les coéquipiers ont manqué de réussite au Groupama Stadium - 25 tirs. En fin de rencontre, Bruno Genesio densifiait le milieu, avec l'entrée de Lucas Tousart à la place de Bertrand Traoré. Lyon perdait ainsi la possession, mais espérait tenir le score. Chose faite.
Antoine Bourlon
Réagissez à cet article
500 caractères max
Gascon64 21 févr. à 2:00

Bien joue Lyon !! j'ai peur pour le match retour, mais on ne sait jamais !!! une petite demi, pour faire raler vos potes du PSG, ne serai pas pour deplaire a toute la France !!

ADS :