L'interview de Karim Benzema sera diffusée par TF1.
économie

Fallait-il tenter de sauver le soldat Benzema ?

Faut-il sauver le soldat Benzema ? En décidant de diffuser une interview enregistrée à Madrid où le joueur du Real s'explique sur l'affaire dite de la sextape, TF1 a tranché. Mais on ne peut s'empêcher de penser qu'en agissant ainsi, le diffuseur de l'équipe de France n'a servi la cause de personne. Pas celle du joueur d'abord qui ne sort pas gagnant aux yeux du public. Que retient-on si ce n'est que le footballeur Benzema vit dans une autre réalité, dans un monde parallèle. Il ne comprend pas ce qu'on lui reproche, s'arc-boute sur ses amitiés d'enfance et les services rendus et sort de tout cela encore plus en décalage avec ce qu'on appelle, de façon caricaturale, « la vraie vie ». Où sent-on la sincérité - qu'une interview en direct sur le plateau aurait peut-être pu laisser percer - quand le produit est aussi «magaziné» ?

TF1 ne sert pas non plus la cause journalistique en se contentant de cet entretien, monté, remonté. Ce qui aurait pu se concevoir dans un magazine comme Téléfoot ne passe pas dans un journal télévisé à partir du moment où il n'y a aucun décryptage pour accompagner le «clip». Enfin, TF1 ne sert pas la cause du football français, pas plus que la Fédération ne l'a fait en jouant longtemps l'autruche, laissant à penser que dans le vestiaire les règles de «république des joueurs» seraient supérieures aux lois de la République. 

Benzema est-il aussi indispensable que Ronaldo ou Ibra avec leur sélection ?

La chaîne (et la Fédération si elle venait à suivre le «conseil» de Karim Benzema - «il y a une justice et il faudrait attendre la justice avant de faire quoi que ce soit. Mais cela regarde le président et la fédération») a pris le parti de leur tête de gondole et entretenu l'idée que l'individu vaut plus que l'entité Bleue, une attitude qui malheureusement se répète - les précédents ne manquent pas ces dix dernières années du coup de boule excusé de Zidane à l'affaire Zahia en passant par Knysna - et écorne un peu plus à chaque fois l'image de la sélection. Alors fallait-il sauver le soldat Benzema à ce prix ? Est-il un joueur aussi indispensable à la sélection que l'est Ibrahimovic avec la Suède ou Cristiano Ronaldo avec le Portugal ? Et quand bien même. 
 

Carton jaune à TF1 !

L'équipe de France avait su se passer de joueurs «indispensables» en ne retenant pas Cantona, Papin ou Ginola pour l'Euro 96. L'équipe de France a su aussi battre les champions du monde allemands sans Benzema, ni Valbuena d'ailleurs. Une sélection - ou un club - est plus forte lorsqu'elle montre qu'elle est au dessus des individus qui la composent. Souvenons-nous de Sir Alex Ferguson n'hésitant pas s'opposer à ses «têtes de gondole» qu'étaient Cantona, Beckham ou Cristiano Ronaldo, on se souvient aussi que tous en sont sortis grandis aux yeux du public. Pour avoir privilégié le court terme, TF1 mérite un carton jaune.

Vincent Chaudel
Directeur de la Communication et du Marketing de Kurt Salmon
Vice-Président de Sport & Citoyenneté, 1er think tank européen centré autour des enjeux sociétaux liés au sport
 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ANOUCHKA 10 déc. à 14:17

laissez le benz tranquille ! arretez de tout le temps lui chercher la petite bête

djad16 9 déc. à 23:06

Encore de l'acharnement ! qu'es ce qu'on veut au juste ?

dr.hocinezitouni 9 déc. à 17:38

sans Zidane la France n'aurait pas remportée la coupe du monde de 1998,ni etre en finale en 2006

voir toutes les réactions
ADS :