fekir (nabil) griezmann (antoine) (P.Lahalle/L'Equipe)
Cm 2018 - Bleus

Fekir, Griezmann, Dembélé, Lemar... Les gagnants et les perdants de France-Danemark

Comme après chaque rencontre de l'équipe de France, retrouvez les gagnants et les perdants du match des Bleus. Troisième épisode de cette Coupe du monde après le triste nul face au Danemark (0-0).

Les gagnants

Nabil Fekir
Au moins, lui a tenté. Alors qu'il n'était même pas sur le pré depuis deux minutes, Nabil Fekir en avait déjà pratiquement plus fait qu'Antoine Griezmann en 69 minutes. C'est dire. Cette frappe à la limite de la surface de réparation atterrissait dans le petit filet, certes, mais elle traduisait au moins plus d'ambition et peut-être même plus d'implication. C'est ainsi qu'on est désormais en droit de se demander s'il ne doit pas débuter à la place de Griezmann samedi prochain pour le huitième de finale...

Les notes de Danemark-France

Ceux qui n'ont pas joué...
On va en reparler ci-dessous avec les perdants, mais les Pavard, Umtiti, Mbappé ou Pogba peuvent dormir tranquilles : ils vont, sauf grosse surprise, faire sans problème leur retour samedi. Au milieu, si la paire Kanté-Nzonzi s'est montrée solide, on a pu comprendre qu'un Paul Pogba manquait beaucoup, notamment dans sa capacité de transition défense-attaque. Face au Danemark, un Nzonzi a par exemple été inexistant dans ce secteur. À droite, Sidibé, avec quelques montées rarement intéressantes, n'a sûrement pas réussi à rattraper le retard cédé à Pavard. Même chose pour Kimpembe, peu rassurant sur certaines séquences. Quant à Lemar ou Dembélé, ils n'ont pas prouvé que Kylian Mbappé pouvait aller s'asseoir sur le banc...

... et ceux qui ont préféré regarder Australie-Pérou
Qui était, il faut franchement bien le dire, bien plus intéressant. Cela se traduit par exemple aux notes des deux rencontres attribuées par FF : 4/20 d'un côté, et 13/20 de l'autre.

Les perdants

Antoine Griezmann
Il est même le grand perdant de cette phase de poules du côté de l'équipe de France. On n'imaginait pas voir un Antoine Griezmann encore plus en difficulté après sa prestation terne face au Pérou. Et pourtant, oui, cela a été encore pire. Le Danemark a certes joué très bas et il a donc été compliqué de se faire une place, mais il paraît presque incroyable de ne pas voir un Antoine Griezmann à un niveau largement supérieur. Aucun échange avec Giroud face au Danemark, une grande difficulté pour créer le décalage. Et tout simplement une incapacité à mener le jeu de son équipe. Comme évoqué ci-dessus, sa place de titulaire paraît de plus en plus fragile...

Lire : pour Griezmann, le réveil attendra

Ousmane Dembélé
C'est simple, on ne l'a vu qu'une fois prendre son couloir à pleine vitesse face aux Danois. C'est tout. Pourtant, cette faculté à filer pleine bourre aurait pu être un bel atout pour les Bleus. Pour le reste, le joueur du FC Barcelone a encore déçu, à coup de pertes de balle et de sprints tête dans le guidon. Tout en effectuant très peu de différences.

Thomas Lemar
Un certain Florian Thauvin a dû être bien frustré quand il a compris qu'il n'entrerait pas dans ce Danemark-France. Et au regard des visages de Dembélé ou Lemar, il y a de quoi avoir de la frustration. Alors qu'il devait saisir cette chance quasi inespérée pour lui, le Monégasque est passé aussi à côté. À l'image des éléments offensifs de cette équipe de France. En marchant un peu trop sur les plates-bandes de Griezmann, en ne prenant pas suffisamment son couloir, en ne tentant que trop rarement. L'image d'un joueur en totale panne de confiance. Pas sûr qu'on le revoit dans ce Mondial.

Lire : Lemar a laissé passer sa chance

Didier Deschamps
Et si c'était lui qui avait le plus de pression désormais ? Car samedi, ce sera une tout autre histoire. Un match à élimination directe où le moindre écart pourra être fatal. Oui, Didier Deschamps a enregistré sept points sur neuf possibles, mais le visage de son équipe n'a rien de rassurant pour entamer les rencontres couperets. Saura-t-il trouver les bonnes solutions et les bons mots pour rétablir un collectif qui semble fragile dès lors qu'il est sur le pré ?
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
christianjoli95 27 juin à 8:02

il faudra jouer avec ses tripes contre l'Argentine et proposé autre chose surtout monté en puissance