malouda (florent) (MAO/L'Equipe)
Gold Cup

Florent Malouda revient sur sa carrière : «Des gens pensaient que j'avais arrêté»

Deux décennies au plus haut niveau, 80 sélections en équipe de France, en marge de sa participation controversée à la Gold Cup avec la Guyane, Florent Malouda revient sur sa carrière qui l'a emmené jusqu'en Inde où il évolue depuis bientôt deux ans. Un entretien réalisé juste avant le début de la compétition.

«Florent, la Guyane, ça représente quoi pour vous ?
La Guyane, c'est la France. J'ai grandi là-bas, je suis parti à l'âge de 15 ans. Je suis impliqué dans la vie locale et je suis très au fait de ce qui s'y passe. Il faut rattraper le retard structurel. Il faut respecter les accords, il y a une bonne base de départ. Tous les Guyanais se sentent évidemment concernés. On est toujours investi pour la Guyane ! Même quand on ne joue pas, on contribue. On envoie des équipements. On est forcément mis à contribution, on reste en contact. Dès qu'il y a besoin, on est présent. Désormais, je reviens trois ou quatre fois par an. Avec l'Inde, il y a des coupures dans la saison, c'est plus simple de revenir.

Pourquoi avoir enfin choisi de porter le maillot des Yana-Doko ?
J'avais déjà disputé des amicaux, mais c'était avant de porter le maillot bleu. La Guyane a envie d'exister, et puis on se connaît bien avec Jair (Karam), le sélectionneur. J'étais ramasseur de balles quand il jouait en club. Il m'a sollicité au début de la campagne, mais j'étais à l'autre bout de la planète. Là, l'opportunité s'est présentée. La Gold Cup, c'est forcément quelque chose qui m'avait interpellé, que je voulais faire. Ça représente beaucoup, ça permet d'exister en dehors du cadre de la France.

La France dispute régulièrement l'Euro. La Gold Cup représente quoi en Guyane ?
Ce serait l'équivalent de l'Euro, oui. Peut-être même une Coupe du monde. Il y a de grandes nations, les États-Unis, le Mexique. En termes d'organisation, de logistique, c'est quasiment du professionnalisme même s'il y a beaucoup de joueurs amateurs.

Que pensez-vous des clubs qui ne libèrent pas leurs joueurs pour cette compétition ?
C'est une problématique que la Ligue essaye de résoudre. Avant, ce n'était pas des dates FIFA, donc c'était compliqué. Quand on vient en sélection, ce n'est pas pour être rémunéré. Il y a beaucoup de trajets, d'escales. Je comprends forcément la réticence des clubs. La Ligue essaye de créer des relations courtoises avec eux. Les problèmes existent déjà entre Ligues professionnelles et clubs professionnels alors imaginez avec des amateurs ! A Châteauroux, on me parlait de Coupe des cocotiers (rires).

Kévin Rimane, qui évolue au Paris-SG et qui est en sélection avec vous, est votre cousin. Parlez-nous de lui...
Il y a pas mal de cousins dans cette sélection (rires). Pour en revenir à lui, je l'ai conseillé par le passé mais aujourd'hui il a plus de sélections que moi avec la Guyane (rires). En tout cas, je suis très heureux de ce qu'il accomplit au PSG. Il est très bien entouré.

Si on revient sur votre carrière, quel club vous a le plus marqué ?
(catégorique) Le premier en métropole, Châteauroux ! Car sans lui, il n'y aurait pas eu tous les autres. Il y a une dimension affective. Quand vous êtes domiens, il y a toujours cette incertitude pour être repéré. Quels accès, quels moyens ? La Berrichonne m'a fait grandir, m'a mis le pied à l'étrier. C'est un club auquel je donne beaucoup de valeurs. J'espère qu'il va se stabiliser, les Berrichons le méritent.
Florent Malouda dispute la Gold Cup avec la Guyane.  (D.R)
Florent Malouda dispute la Gold Cup avec la Guyane. (D.R)

«J'ai l'âge d'être vétéran !»

Votre carrière vous a emmené récemment en Inde et en Égypte. Pourquoi ces choix ?
Effectivement, ce n'est pas commun. Mais j'ai fait le choix de jouer, même si c'est dur de répéter les efforts à haute intensité. Ça me permet d'être en bonne forme, de ne pas être blasé, pas rassasié. J'ai fini meilleur joueur du Championnat en Inde. Ça me stimule, on est challengé. Je croisais des gens, ils pensaient que j'avais arrêté. Je n'ai pas arrêté, j'ai simplement fait un break les trois ou quatre derniers mois. Après, c'est vrai qu'à 37 ans j'ai l'âge d'être vétéran (rires). Mais ces deux pays ont été de vraies expériences pour moi, j'y ai découvert des choses sympas. Notamment des Championnats de courtes périodes. Cela me permettait d'avoir des breaks, des bouffées d'oxygène. Et c'est vrai que je préfère jouer que d'effectuer des footings en forêt.

Le championnat égyptien, c'était comment ?
Ça s'est fait par rapport à ma relation avec Patrice Carteron. On a un ami en commun, Stéphane Renaud, le fasciathérapeute. On est resté en contact, car je me suis toujours intéressé à son parcours. Ça peut m'inspirer pour la suite... Il m'a sollicité, j'ai accepté de le suivre. Je ne connaissais pas. Le challenge, c'était de redresser une équipe au bord de la relégation. Après, j'ai vu que c'était du sérieux. Le président (Maged Samy, ndlr) possède également un club en Europe, Lierse en Belgique. J'ai été surpris par l'engagement en championnat. Et les supporters, ce sont des fanatiques de foot. Pour ça, ça ressemble beaucoup à la Turquie. Par contre, les matches étaient à huis clos à cause des événements qu'il y avait eu avec les supporters. J'y ai quand même pris beaucoup de plaisir. L'Égypte, ça reste un Championnat majeur en Afrique. Il y a pas mal de joueurs de l'équipe nationale qui y évoluent. Par rapport à ce qu'on entend sur le pays, ce qui était assez paradoxal, c'est que je m'y sentais presque plus en sécurité qu'à Paris. J'avais une très bonne qualité de vie là-bas, ça m'a agréablement surpris. Ça reste de très bons souvenirs !

Restons sur Patrice Carteron. Il entraîne désormais le Phoenix Rising FC aux États-Unis et c'est le club de Didier Drogba. Un passage aux États-Unis pourrait-il vous plaire ?
On en a déjà parlé. J'étais un peu dans la confidence quand il a signé, on va dire (sourire). C'est le début du projet. Ce n'est pas possible encore. On verra en deuxième partie de saison. Il y a beaucoup de choses à mettre en place pour l'avenir et je suis de très près ce qu'il se passe là-bas. Et puis ce n'est pas désagréable d'habiter les États-Unis... Mais quelle ville, qu'est-ce qu'il y a derrière ? J'en avais déjà discuté avec Didier quand il évoluait à Montréal. Mais ce n'est pas le seul que je connais qui est de l'autre côté de l'Atlantique. Il y a Joe Cole, Shaun Wright-Philipps, Frank Lampard, Thierry Henry... Il y a quelques connexions (rires). Après, en MLS, la tendance est plus à investir sur de jeunes joueurs. Mais forcément, les États-Unis, ça attire quand on est joueur.

Votre nom a également circulé il y a quelques années du côté du Brésil. Il y avait vraiment des possibilités pour jouer là-bas ?
Santos, j'ai visité les installations, rencontré le président. Quand je suis venu en vacances chez Claudio Caçapa, j'ai pu aller voir l'Atletico Mineiro. C'était par courtoisie, pour découvrir. Ça n'a pas vraiment été concret. Si je vais à Rio, peut-être que Juninho m'ouvrira les portes du Vasco de Gama. Le seul contact que j'ai vraiment eu, c'était avec Chapecoense. Mais il fallait donner sa réponse avant la deadline de la Libertadores, j'avais 48 heures. Pour une destination comme ça, j'ai encore un peu le temps. Il faut le bon contact sur place. Masi j'observe ce que fait Ze Roberto à Palmeiras (il vient de fêter ses 43 ans, ndlr)... Je remercie le seigneur d'avoir le passeport français en tout cas. Ça m'ouvre des portes. C'est vrai que dessus il y a pas mal de tampons désormais (rires).
Florent Malouda a évolué aussi en Inde. (L'Equipe)
Florent Malouda a évolué aussi en Inde. (L'Equipe)

«Partout dans le monde, on me parle de cette finale 2006»

Passons aux Bleus. Quand vous pensez à cette époque, quel souvenir vient en priorité ?
C'était une autre dimension. Être en équipe de France, c'est l'apogée d'une carrière. Pour moi, qui ai été inspiré par Bernard Lama, celui qui a ouvert la voie, c'est une fierté. C'est un tout en fait, retenir un moment particulier, c'est compliqué. Après, c'est vrai que partout dans le monde, on me parle de cette finale 2006. Mais, comme je suis encore joueur, je ne préfère pas trop regarder en arrière pour le moment. On verra après.

Y'a-t-il un trophée par contre qui vous a marqué plus qu'un autre ?
Le premier avec l'OL ! Je pense aussi au titre de champion de D2 avec Châteauroux mais bon, Victor Zvunka, l'entraîneur, m'avait juste fait participer à la fête (rires). Sinon, pour en revenir à Lyon, on avait 10 points de retard sur Monaco, on venait de perdre là-bas et on a réussi à revenir. J'étais dans un vestiaire de champions. Tout ce que j'avais vu à la télé la saison d'avant, j'y participais. Et ensuite, avec Chelsea, j'étais parti pour gagner la Ligue des champions. Au bout de ma première année, on va en finale et on perd aux tirs au but contre Manchester United, à Moscou. Heureusement, on a réussi à revenir en finale et à la gagner, toujours aux tirs au but. La Coupe du monde, en 2006, je l'ai aperçue, elle brillait. La coupe aux grandes oreilles, elle, je l'ai soulevée. Je me souviens de Didier (Drogba) au moment du tir final, il était déterminé.

La célébration qui a suivi cette finale était-elle au niveau ?
Il n'y en a pas vraiment eu pour moi. J'ai beaucoup célébré dans le stade en fait. Après, il y avait la famille, les enfants. C'était particulier. Il a fallu porter les enfants et les ramener à l'hôtel. Par contre, le lendemain, c'était la parade dans les rues de Londres, dans le quartier de Chelsea. On est passé par Stamford Bridge. Tous les joueurs prenaient le micro.

Vos trophées d'ailleurs, vous en faites quoi ?
J'ai une vitrine où j'essaie de bien conserver les choses. Certaines ne vieillissent pas très bien (rires). Mais je ne les regarde pas trop souvent, je ne préfère pas être dans la nostalgie. Sinon, ça fait un peu ancien combattant.

Dans le football d'aujourd'hui, quel joueur vous ressemble le plus ?
Franchement, c'est difficile à dire.
Malouda a disputé la finale de la Coupe du monde 2006 face à Cannavaro et l'Italie. (L'Equipe) (FEVRE/L'Equipe)
Malouda a disputé la finale de la Coupe du monde 2006 face à Cannavaro et l'Italie. (L'Equipe) (FEVRE/L'Equipe)

«Même à la playstation, je prends Lyon !»

On a un nom à vous soumettre : Thomas Lemar.
En fait, je pensais à lui aussi, mais je n'osais pas trop le dire (sourire). C'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup. Ces derniers temps, la grosse tendance, c'était pour les pieds inversés et lui c'est un pur gaucher. Il est très prometteur, je suis admiratif. Mais dans les joueurs qui me ressemblent, je pense aussi à Maxwell Cornet à Lyon. C'est quelqu'un que j'ai connu à Metz, c'est mon petit poulain. C'est quelqu'un qui va se lâcher et qui va prendre confiance. J'aimerais qu'il s'impose à l'OL !

Pour rester sur le cas Thomas Lemar, sa bonne entente avec Benjamin Mendy rappelle un peu votre duo avec Éric Abidal. Partagez-vous ce sentiment ?
J'ai pensé plusieurs fois à ça. On les voit, ils se cherchent souvent, essayent de trouver des automatismes. Je suis passé par là et je sais qu'il faut beaucoup de travail.

Passons à Chelsea, un club qui vous a marqué et qui revient au premier plan. Cela vous réjouit ?
C'est une grosse satisfaction de voir Chelsea être de nouveau champion parce que quand ça ne va pas, je me fais souvent chambrer. On a retrouvé un Chelsea très solide, avec un nouveau système, une nouvelle configuration. Antonio Conte a réussi à imposer sa méthode. Il y a également eu des surprises aussi avec Victor Moses, les jeunes Chalobah ou Aké. Mais je reste emballé aussi par ce que produit Eden Hazard.

A choisir, entre un match de Châteauroux, de Lyon ou de Chelsea, vous regardez quoi en priorité ?
S'ils ne sont pas à la même heure, j'enchaîne (rires) ! Dès que c'est possible, je regarde les matches, sinon au moins les résumés. J'aime bien voir jouer Lyon au Parc OL. Même si j'ai souvent été invité pour aller voir des matches là-bas, je n'ai pas encore eu le temps de le faire. Pourtant, je sais que les portes du club sont toujours ouvertes. C'est juste un problème de planning. La dernière fois que j'ai pu aller à Lyon, j'ai pu voir le coach Bruno Génésio, Joël Bats... C'est une famille. Je respecte tout le monde. Il y a un club des anciens en plus. J'ai toujours des relations avec Antho (Réveillère) ou Éric Abidal. Il y a des liens forts. Même à la playstation, je prends Lyon !

Entraîneur, c'est quelque chose qui pourrait vous plaire après votre carrière ?
Je vais commencer par mes diplômes. Ce qui m'intéresse, c'est travailler sur un projet ; il y a plein de domaines à découvrir. Mais il faut une réelle utilité. Si c'est un club où je suis passé, c'est encore mieux. Il y a déjà eu quelques propositions, mais je ne me suis pas projeté dessus.

Et consultant à la télévision ?
Aujourd'hui, ça ne me tente pas du tout ! Mais quand je vois (William) Gallas ou (Sylvain) Wiltord qui prennent du plaisir en faisant ça alors qu'ils avaient tendance à fuir les médias, je me dis qu'il ne faut jamais dire jamais.»
Tanguy Le Seviller
Réagissez à cet article
500 caractères max