31 July 2015 - Pre-Season Friendly - Watford v Sevilla - Gael Kakuta of Sevilla - Photo: Marc Atkins / Offside. *** Local Caption *** (L'Equipe)
Chine

Gaël Kakuta (Hebei China Fortune FC), l'éternel espoir disparu des radars

Considéré comme l'un des grands espoirs du centre de formation de Chelsea et des équipes de jeunes de la sélection française, Gaël Kakuta n'a jamais su répondre aux attentes qui avaient été placées en lui. Aujourd'hui en Chine, le milieu a été prêté à la Corogne où il espère poursuivre l'aventure.

Qui aurait cru, en 2009, que le gamin de Chelsea encensé par Ballack et Obi Mikel se retrouverait en Super League chinoise quelques années plus tard ? Gaël Kakuta, formé à Lens, puis chez les Blues, avait pourtant tout pour réussir. Mais ce dernier n'a pas eu la trajectoire escomptée, la faute notamment à des blessures récurrentes et à des prêts infructueux. A Fulham, puis à Bolton, où il ne passe pas la barre des dix matches disputés, puis à Dijon où il réalise une demi-saison pleine, inscrivant 4 buts en 14 rencontres. Il passe ensuite un an et demi au Vitesse Arnhem, aux Pays-Bas, où il prend part à 40 matches et suscite l'espoir d'accéder à l'échelon supérieur. Mais à la Lazio, où il est envoyé par Chelsea en 2014, c'est la désillusion. Le Français, champion d'Europe U19 en 2010, ne joue que 26 minutes toutes compétitions confondues, et les Blues se trouvent bien contrariés de voir revenir ce joueur qui n'éclot pas.

L'espoir en Espagne

En désespoir de cause, Chelsea prête Gaël Kakuta au Rayo Vallecano pour la saison 2015/16. Pour le Français, ça sera la renaissance. Epargné par les blessures, celui-ci trouve un football qui correspond mieux à ses capacités d'accélération, de dribbles, et moins regardant sur un repli défensif qui l'avait jusqu'alors toujours desservi. Le milieu offensif, positionné sur l'aile gauche, dispute 35 rencontres, inscrit 5 buts, délivre 7 passes décisives et termine dans le top 5 des meilleurs dribbleurs de Liga aux côtés de Messi et Neymar. «La meilleure saison de sa carrière», déclarait l'intéressé à Marca en 2015. «Paco Jémez (le coach du Rayo, ndlr) est un entraîneur très spécial qui m'a beaucoup aidé. On joue un football très offensif lors de tous les matches et on ne s'ennuie pas. On sait qu'il va toujours y avoir un but et quelques actions folles», confiait Kakuta au quotidien espagnol.

Décidemment, l'Espagne lui va bien. Alors quand le FC Séville, réputé pour son jeu porté vers l'avant, se positionne sur le natif de Lille, ce dernier n'hésite pas une seconde. Mais Kakuta, blessé à la malléole, débarque en Andalousie sur une jambe. Si le joueur revient rapidement et dispute son premier match face à Levante début septembre, une rechute le rappelle à ses vieux démons et vient sévèrement obscurcir son avenir. Au bout de six mois, le milieu français quitte Séville sur fond de brouille avec le staff technique. «J'ai vu que je ne correspondais pas au jeu d'Emery. Sa façon de travailler ne correspondait pas à la mienne. J'avais mis en place avec mon préparateur physique et mon kiné personnel un programme pour être bien et en forme tout le temps. Eux, ça ne leur plaisait pas», expliquait Kakuta à Foot Mercato en février dernier.

Un avenir en suspens

Depuis, Gaël Kakuta a tenté sa chance en Chine et a dit adieu à l'équipe de France, optant pour la sélection congolaise. Une trajectoire bien différente de celle qui lui était promise. En janvier dernier, il a néanmoins signé son retour en Liga, au Deportivo la Corogne où il a été prêté par l'Hebei China Fortune FC. Mais une nouvelle fois, l'ancien de Chelsea a multiplié les blessures et n'a pu disputer qu'une dizaine de matches en quatre mois. Les années passent et l'histoire se répète. Le joueur de 25 ans, qui a connu dix clubs en huit saisons, aspire toujours à la sédentarité.

«Il faut que je reste à un endroit plusieurs années, que je gagne en stabilité et développe mon football», expliquait-il à Foot Mercato. Mais pour le moment, tout laisse à croire que Gaël Kakuta prendra son billet retour pour la Chine à la fin du mois de juin. L'arrivée du nouvel entraîneur, Pepe Mel, en février dernier, a placé le Franco-Congolais sur la liste des indésirables à la Corogne. «En ce moment, Kakuta ne joue pas parce que l'entraîneur se concentre sur un autre type de profil sur les côtés, des joueurs qui ressemblent plus à des milieux excentrés que des ailiers», expliquait le directeur sportif du club Richard Barral dans le quotidien La Voz de Galicia. Il suffit de lire entre les lignes pour comprendre que le Deportivo ne souhaite pas conserver son joueur. Et d'en déduire que l'avenir de ce dernier est une fois encore dans le flou le plus total...
Antonin Deslandes
Réagissez à cet article
500 caractères max
coachTotof 18 juin à 11:33

Viens chez nous à Troyes Gaël ! L'Estac est un club familial et qui joue au foot. Tu pourras t'y épanouir. Tu es encore jeune et on peut te garder jusqu'à 40 ans comme notre Benji Nivet ! Ce serait l'endroit idéal pour relancer ta carrière !