Jean-Louis Gasset attend des progrès de son équipe loin du Matmut Atlantique. (Nicolas Luttiau/L'Équipe)
Ligue 1 - Bordeaux

Gasset (Bordeaux) avant Monaco : « On voit les bonnes équipes à l'extérieur »

À deux jours du match à Monaco ce dimanche, Jean-Louis Gasset, l'entraîneur de Bordeaux, souhaite que sa formation (9e) arrive à atteindre le même niveau en déplacement qu'à domicile afin de rejoindre le haut du tableau.

« Qu'est-ce qu'il vous manque pour accrocher une plus grosse équipe ?
Un résultat à Monaco (sourire). À la maison, on fait ce qu'il faut (3 nuls puis 2 victoires). C'est bien de gagner à domicile, mais c'est à l'extérieur qu'on voit les bonnes équipes. On doit jouer notre jeu. Je n'aime pas quand l'équipe donne le match. C'est l'impression que j'ai eue à Lens (1-2, le 19 septembre) et un peu à Marseille (1-3, le 17 octobre), où on avait abdiqué au bout de quatre minutes (ouverture du score de Thauvin).

lire aussi

Que faire pour y remédier ?
J'aime que mon équipe résiste, qu'elle joue sa chance à fond. Il est possible de gagner partout, il faut qu'on en soit convaincus et ne pas être dans la réaction. Il faut enchaîner, faire des séries, savoir qu'on a des forces, car on est solides défensivement. Faire six matches sans prendre de but (en 8 journées), c'est très bien, mais il faut que ces fondations le soient à domicile comme à l'extérieur.

lire aussi

« Je ne comprends pas qu'on arrive à trembler avec le ballon. Ça m'insupporte »
Cherchez-vous un match référence face à un gros du Championnat ?
Est-ce que Monaco est, aujourd'hui, un gros du Championnat ? Normalement oui. Mais ils font un début de saison un peu chaotique (12e). Un peu comme nous, ils doivent chercher la bonne formule. Ils ont des joueurs de très haut niveau et l'entraîneur (Niko Kovac) est comme moi, il doit chercher.

lire aussi

La seconde période contre Nîmes (2-0 dimanche dernier) est-elle la bonne formule pour Bordeaux ?
Elle était toujours meilleure que la première. Je n'arrive pas à comprendre qu'on puisse être fébriles en jouant au football, avec tous les événements qui se passent autour de nous. Quand on fait le plus beau métier, je ne comprends pas (il se répète) qu'on arrive à trembler avec le ballon. Ça m'insupporte. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :