(L'Equipe)

Geoff Hurst (Angleterre), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

10 avril - 14 juin : dans exactement 65 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Trente-sixième épisode avec Geoff Hurst.

Son histoire avec la Coupe du monde

Si les observateurs devaient lister les plus grands moments de l'histoire de la Coupe du monde, la finale du Mondial 1966 à Wembley en ferait forcément partie. Celle entre l'Angleterre et l'Allemagne de l'Ouest, qui a vu le sacre des Three Lions après un match d'anthologie, marqué par la performance de Goeff Hurst, avant-centre anglais de West Ham. Une prestation magnifique, ponctuée de trois buts, mais Geoff Hurst a surtout été l'auteur de l'action la plus controversée de l'histoire du Mondial, si ce n'est du football du court. Ce fameux but (ou non) en prolongation est encore dans toutes les têtes, dont on ne sait toujours pas aujourd'hui avec une certitude extrême si le ballon a franchi entièrement la ligne de but allemande. Une finale que Hurst n'avait même pas envisagé de jouer, étant remplaçant lors des matches de poule et profitant de la blessure du titulaire Jimmy Greaves pour faire sa place dans le onze. Le Hammer a tout de suite été mis dans le bain, et s'est même hissé au rang de sauveur de sa formation en inscrivant le but libérateur face à l'ennemi argentin en quart, au cœur d'une bataille épique à l'origine de la création du fameux carton rouge. Les quarts de finale, le point de départ mais aussi la fin de la fabuleuse légende de Geoff Hurst en Coupe du monde, où le pays de sa majesté s'est fait éliminer en 1970 par des Allemands revanchards, vainqueurs en prolongation et auteurs d'une incroyable remontada (les Anglais menaient 2-0, la Nationalmannschaft s'est imposée finalement 3-2 après prolongation).

Le moment marquant

Une finale de Coupe du monde est toujours marquée par au moins un épisode qui fait basculer un match. Celui du 30 juillet 1966 est intervenu à la 101e de la prolongation, alors que le score était de deux buts partout. Alan Ball, l'ailier anglais, effectue une passe depuis le côté droit de la surface allemande à Geoff Hurst, qui élimine son vis-à-vis Willi Schultz. Auteur du but égalisateur pour sa formation en première période, le joueur de West Ham frappe ensuite instantanément en déséquilibre. La balle monte en l'air et frappe le dessous de la barre puis retombe sur la ligne (ou derrière) de but du portier allemand Hans Tilkowski, avant d'être envoyé en corner par Wolfgang Weber, le deuxième défenseur central de la Nationalmannschaft. S'en suit une confusion générale pour savoir si oui ou non le but doit être validé. L'arbitre suisse de cette finale, Gottfried Dienst, demande à son juge de touche, le Soviétique Tofik Bakhramov, qui indique que la balle est bien rentrée dans le but. Les Allemands se ruent désormais à l'attaque, mais Hurst délivre toute une nation dans la dernière minute, en inscrivant le but libérateur, dont le commentaire en direct de la BBC deviendra célèbre en outre-Manche : «Et maintenant voilà Hurst ! Il a ... des spectateurs sur la pelouse... ils croient que c'est fini ! Ca l'est, c'est le quatrième but !».

Le chiffre : 3

Goeff Hurst est l'unique joueur à s'être offert un triplé en finale de Coupe du monde, à Wembley en 1966. Il détient, au même titre que les Brésiliens Pelé et Vava, et le Français Zinedine Zidane, le record du plus grand nombre de buts marqués en finale de la plus prestigieuse des compétitions.

L'archive de FF

A l'occasion d'un focus sur l'équipe d'Angleterre de 1966, FF revenait sur cet événement de la 100e minute : «Frisson et émotion. Hurst propulse son camp dans le bonheur. Il tire en force, le ballon rebondit sous la barre et retombe... devant ou derrière la ligne ? Le doute subsiste ! M. Dienst accorde, lui, le but, sur la foi de son juge de touche, le Soviétique Tofik Bakhramov, qui avait combattu les Allemands sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale. Banks semble légèrement agacé : "Il est dommage de réduire notre victoire à cette polémique. On l'a bien gagnée, cette finale, non ? 4-2 ! Hurst n'a-t-il pas inscrit un autre but ?". Oui, Geoff le héros laissa encore une empreinte, mais trois adolescents gambadaient déjà sur la pelouse. Gordon Banks, à la gentillesse rare, nous salue avec ces paroles touchantes : "Récemment, l'équipe de 1966 s'est retrouvée, comme chaque année. Un moment délicieux ! Les femmes ont fait du shopping et nous, nous avons joué au golf. Il y a eu bien sûr le repas. On a partagé encore une fois nos souvenirs éternels de cette Coupe du monde victorieuse. On a pensé à Bobby Moore et à Alf Ramsey, qui ont rejoint le ciel. Des hommes sensationnels. L'esprit de 1966 s'est déjà un peu envolé au paradis".»

Joffrey Pointlane