gnanhouan (gerard) (L'Equipe)
Amateurs

Gérard Gnanhouan, 36 ans et tous ses gants

Revenu à Sochaux en 2014 pour s'occuper des gardiens du centre de formation, Gérard Gnanhouan apprend vite son nouveau métier. L'ancien international ivoirien est devenu tellement indispensable qu'il a même... rechaussé les crampons en CFA à plusieurs reprises.

A situation exceptionnelle, décision exceptionnelle. Ces derniers mois, le FC Sochaux-Montbéliard a connu une épidémie de blessures chez ses gardiens de but, poussant Gérard Gnanhouan à un improbable come-back. Entraîneur des portiers du centre de formation et adjoint d'Eric Hély en CFA depuis un an et demi, l'ancien joueur du FCSM (2002-2005) a dû renfiler les gants pour la bonne cause à deux reprises cette saison, face à Chasselay (0-2, le 28 novembre) puis à Jura Sud (1-4, le 9 janvier). Sans compter une apparition sur le banc en L2, le 24 novembre dernier face à Laval (0-0). «C'était vraiment une situation exceptionnelle. Je l'ai fait pour dépanner, explique l'ancien international ivoirien, âgé de 36 ans et qui était déjà entré en jeu en CFA en fin de saison dernière. Ça permettait aussi de ne pas projeter certains jeunes un peu trop tôt.»

«C'était par obligation, on ne peut pas dire que ça l'amusait», confirme Eric Hély, coach de l'équipe réserve et directeur du centre de formation. Ça l'a d'autant moins amusé que ces rencontres se sont achevées sur deux revers... «Je suis encore compétiteur, et j'étais le premier déçu. Je reste superstitieux, donc comme je n'ai pas fait gagner de point à l'équipe, j'ai demandé à Eric de ne plus m'aligner (rires). Quand tu fais gagner des points, tu deviens le porte-bonheur, mais quand tu prends six buts en deux matches...»
 

«Il n'est plus joueur, c'est un éducateur à 150%»

Si Gnanhouan espère ne plus avoir à rendre service sur le terrain, c'est qu'il s'épanouit pleinement depuis l'été 2014 dans son nouveau métier. «Il a un rôle important, notamment pour faire passer les messages, décrit Hély. Il a une grosse expérience de joueur, mais aussi une vraie proximité avec les jeunes. Il a trouvé la bonne distance, il est apprécié et respecté. Il sait y faire avec les gosses. Mais ce n'est pas non plus le "copain" : il n'est plus joueur, c'est un éducateur à 150%.» Son goût du travail plaît à Hély, qui loue son état d'esprit comme ses compétences : «Il a appris vite. Et il a la mentalité que j'attendais, avec cette fibre club. Il est disponible, demandeur, et il aime ça. Je dirais même qu'il est fait pour ça.»
«Il aime ça, je dirais même qu'il est fait pour ça» (Eric Hély)
La facilité avec laquelle il est passé de l'autre côté de la colline n'étonne pas forcément Gérard Gnanhouan lui-même. «Durant ma carrière de joueur, j'ai souvent eu ce rôle de relais entre les dirigeants, les coaches et les joueurs. Je suis assez ouvert et à l'aise avec les jeunes, mais j'avais forcément une petite appréhension, parce qu'il faut que ton discours passe. Je ne rabache pas les détails de ma carrière, mais j'essaie de faire passer des messages avec mon vécu ou des anecdotes.» Dès ses premiers pas d'éducateur, il a même rencontré le succès, puisqu'il faisait partie (comme Pierre-Alain Frau) du staff de l'équipe U19 vainqueur de la Coupe Gambardella l'an passé.

S'il ne se projette pas (encore) dans un costume d'entraîneur principal («J'aime ce second rôle, être en même temps le relais du coach et proche des joueurs»), Gnanhouan apprend vite. Il a même tiré quelques enseignements de son retour éphémère sur les terrains : «Je m'étais toujours demandé comment un entraîneur-joueur gérait les choses, et c'est vrai que c'est plus compliqué à préparer.» L'ancien gardien passé par Guingamp, Montpellier, Créteil ou Vannes espère désormais ne plus avoir à rechausser les crampons. Enfin presque. «L'an passé, j'avais joué -dans le champ !- un match de Coupe de Franche-Comté avec Pierre-Alain Frau, Olivier Baudry... Là c'était vraiment plus sympa, ça chambrait un peu plus !»
Cédric Chapuis 
Réagissez à cet article
500 caractères max