Claude Puel félicite son fils Grégoire. (L'Equipe)
Ligue 1 - Les revanchards

Grégoire Puel, le poids du nom

Ils sont en fin de contrat ou en difficulté dans leur club respectif. Cet été, ils iront chercher un nouveau challenge ailleurs. FF consacre cette semaine une série à ces revanchards qui aspirent à renaître autre part. Deuxième épisode avec Grégoire Puel.

On ne voit pas comment il pourrait en être autrement. Chahuté, hué, voire même insulté par son propre public : Grégoire Puel, joueur des Aiglons de l'OGC Nice, n'a que très peu de solution pour poursuivre sa carrière de footballeur. Cet été devrait être le début d'une nouvelle aventure, trois ans après son arrivée sur la Côte d'Azur, lui qui a été formé à l'Olympique Lyonnais.
 
Etre entraîné par Claude, son père, restera un mauvais choix. Même si personne ne pouvait prédire pareil constat et même si cela lui a permis de débuter sa carrière professionnelle (67 matches de Ligue 1 en trois ans, dont un but).
 
Mais grandir dans un contexte aussi électrique que celui-ci ne l'a vraiment pas aidé. «Ce n'est pas facile de jouer avec son père entraîneur. Je le vis plutôt bien et lui aussi, mais je ne peux pas être libéré à 100%», déclarait-il dans une interview au journal L'Equipe en mars.

Rivère souhaitait son départ en janvier

Après une première moitié de saison 2014/15 assez décevante, où ses prestations faisaient débat chaque semaine, le président de l'OGC Nice, Jean-Pierre Rivère avait même ouvert la porte à un départ de son joueur au mercato d'hiver. «Ce sujet focalise toutes les attentions, disait-il à l'époque sur le site officiel du club, Il faut trouver une solution car c'est un sujet qui cristallise uniquement des choses négatives. J'ai demandé à Claude (Puel) qu'on trouve une solution rapidement. Cela permettrait d'aplanir les choses et à Grégoire de vivre sa vie de footballeur différemment.»
 
Grégoire Puel, surpris par ces déclarations à l'époque, avait alors choisi de rester. Pas sûr qu'il en soit de même cet été. Et pas sûr non plus que le président du Gym ait changé d'avis. La situation du fils Puel étant toujours aussi délicate à gérer.
 
Pourtant, sportivement, à un an de la fin de son contrat en juin 2016, ses performances sont nettement plus correctes en 2015. Polyvalent, le fils de Claude Puel peut évoluer sur le côté que ce soit en défense ou au milieu. Une qualité pas négligeable pour une formation de Ligue 1. Surtout que Nice pourrait ne pas être trop gourmand sur le prix du transfert s'il veut tourner la page du fils du coach.
 
Mais à 23 ans, et avec la réputation qui lui colle déjà aux basques, Grégoire Puel pourrait faire le choix de l'étranger. Et vivre enfin une carrière de footballeur normale.
 
Timothé Crépin

Recruteriez-vous Grégoire Puel ?

Timothé Crépin

Retrouvez les autres épisodes

Hier : Rod Fanni
Demain : Rio Mavuba
Jeudi : Valère Germain
Vendredi : Brandao
Réagissez à cet article
500 caractères max