Le foot pro sera en grève le week-end du 30 novembre

Pour protester contre la mise en place de la taxation à 75% sur les hauts revenus, les clubs de L1 et L2 ont annoncé jeudi une grève lors du dernier week-end de novembre.

Réunis jeudi matin en assemblée générale, les présidents de clubs ont arrêté le principe d'une grève contre la future taxe à 75% le week-end du 30 novembre (15e journée de Ligue 1 et 16e journée de ligue 2). «Il y aura un week-end sans matches avec une journée portes ouvertes dans les clubs», a annoncé Jean-Pierre Louvel, le président de l'UCPF. Le moment choisi pour cette mobilisation correspond à la date du vote de la loi de finances 2014, prévu entre fin novembre et début décembre. Une menace de grève avait déjà été brandie pour les matches de la 11e journée, ce week-end. «J'approuve la détermination des clubs français», a commenté Frédéric Thiriez, le président de la LFP.

Le ton était monté d'un cran, mercredi. L'UCPF et la LFP, rejointes par les syndicats de joueurs (UNFP) et d'entraîneurs (UNECATEF), avaient claqué la porte de la commission de réflexion sur la compétitivité du football français, installée fin septembre par la ministre des Sports, Valérie Fourneyron. Sans toutefois remettre en cause leur participation au rendez-vous prévu avec François Hollande en milieu de semaine prochaine à l'Elysée, à la demande de Noël Le Graët, le président de la FFF. «Il s'agit de sauver le football français qui représente 25 000 emplois», a tonné Jean-Pierre Louvel. Il a rappelé que le foot pro verse 750 millions d'euros de taxes, 130 millions d'euros d'aides au football amateur, et mène des milliers d'actions caritatives.

La mesure qui hérisse le poil du foot français prévoit de taxer les entreprises lorsqu'elles versent des salaires annuels de plus de 1 million d'euros. Le montant de la taxe, qui doit s'appliquer pendant deux ans (2013 et 2014), sera plafonné à 5 % du chiffre d'affaires de l'entreprise. Treize clubs de Ligue 1 seraient touchés, pour un montant global d'environ 44 millions d'euros, dont plus de 20 millions pour le seul PSG. A l'affiche de la 15 journée de Ligue 1, figurent notamment les matches PSG-Lyon et Monaco-Rennes. La dernière grève historique du foot français remonte à 1972.

«Il s'agit de sauver le football français qui représente 25 000 emplois»