griezmann (antoine) (CREMEL BENJAMIN/L'Equipe)
à lire dans FF

Griezmann l'Espagnol : un long dossier à découvrir cette semaine dans France Football

Né en France, mais installé en Espagne depuis l'âge de 13 ans, Antoine Griezmann entretient une relation forte avec son pays d'adoption, à qui il doit (presque) tout. Une relation que vous raconte en détail France Football dans son numéro.

«La France m'a mis au monde, mais l'Espagne m'a adopté.» La phrase est signée Antoine Griezmann. Elle dit tout de l'histoire d'amour qui le lie avec le pays du flamenco. Quand la France ne voit jamais son talent, l'Espagne s'éblouit devant son toucher de balle et lui offre le droit d'apprendre le métier de footballeur dans ses murs. «Ça n'a pas été évident au début, explique sa sœur Maud. Il était le petit étranger. Mais il s'est finalement vite adapté au pays. Aujourd'hui, il pense en espagnol, il rêve en espagnol. Il adore sa vie sur place.» À Madrid, après avoir passé presque dix ans du côté de San Sebastian au Pays Basque. La ville dans laquelle il apprend la langue. «Au bout de cinq mois, il était bilingue, se souvient encore Éric Olhats, l'homme qui l'a découvert et ramené de l'autre côté des Pyrénées. C'était fou cette faculté qu'il a eue pour apprendre la langue
Pareil avec le ballon. Le coup de foudre est immédiat. «Son déficit athlétique n'était pas un problème là-bas, poursuit Olhats. Il a vite été à l'aise pendant les entraînements.» La taille ne compte jamais. «J'avais ce jeu à une ou deux touches de balle, nous avait expliqué l'attaquant français. À force de répéter ces mêmes gammes tous les jours, ç'a fini par rentrer tout seul et à se transformer en un vrai réflexe. Je réfléchis plus, j'anticipe plus. L'Espagne, m'a appris à jouer simple.» Et plus encore. L'attaquant a tout adopté de son deuxième pays. Le style de vie. Le rythme de vie. «C'est peut-être complètement cliché, mais Antoine Griezmann traîne toujours en short, aime manger tard, profiter du soleil dans son jardin, explique Arnaud Ramsay, auteur de sa biographie officielle (NDLR : «Derrière le sourire» aux éditions Robert Laffont). Il adore profiter de la vie à l'extérieur, manger, boire avec ses amis et ses coéquipiers. L'Espagne permet ce genre de choses
«Antoine a trouvé sa vraie place en Espagne, à Madrid et à l'Atlético»
De couler une vie paisible. Tranquille. Deuxième au classement des joueurs les mieux rémunérés du pays (plus de 23 M€ par saison), "Grizou" jouit d'une cote énorme dans son pays d'adoption. «Maintenant que Cristiano Ronaldo est parti en Italie, on peut affirmer qu'il arrive juste derrière Léo Messi, explique Francisco Javier Diaz, chef de la rubrique Atlético, au quotidien sportif AS. C'est l'avis des journalistes, des entraîneurs et des coéquipiers de Griezmann. Chacun lui tresse des lauriers, même ses adversaires. À l'Atlético, il a pris la relève de joueurs emblématiques comme Fernando Torres ou Sergio Agüero. Antoine a trouvé sa vraie place en Espagne, à Madrid et à l'Atlético. Et les Colchoneros ont fait de lui la base de leurs projets présents et futurs.» Le futur s'inscrit ici. À coup sûr. Le natif de Mâcon est en train de se faire construire une nouvelle villa dans la capitale espagnole. Pas le signe de quelqu'un qui a des envies d'ailleurs. L'histoire n'est pas prête de s'arrêter.
Olivier Bossard
Retrouvez l'intégralité de "Griezmann, l'espagnol" dans le nouveau numéro de France Football disponible en kiosque ce mardi ou en version numérique en cliquant ici dès lundi à partir de 18h.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :