guardiola (josep) (J.Prevost/L'Equipe)
Ligue des Champions - Groupe F

«Guardiola impuissant», «Agneaux 1 - Lyons 2»... Les médias anglais pas tendres avec Manchester City après sa défaite en Ligue des champions contre Lyon

Le revers inattendu des champions d'Angleterre face à l'OL, mercredi (1-2), a choqué l'Angleterre, qui appelle Manchester City à une rapide mise à niveau pour espérer faire honneur à son statut en Europe.

«Agneaux 1 - Lyons 2» La Une de l'édition sportive du Daily Mirror résume plutôt bien l'état d'esprit des médias britanniques après l'exploit de l'OL sur la pelouse de Manchester City, mercredi. Pointant du doigt les erreurs individuelles de fernandinho et Fabian Delph sur les buts lyonnais, mais aussi «le manque d'énergie et d'envie» des Citizens, le quotidien estime que les champions d'Angleterre sont apparus «à des millions de miles d'incarner un potentiel vainqueur» de la Ligue des champions.

De son côté, The Sun a fait honneur à sa réputation en terme de jeu de mots, avec un «What the Fek» explicite, traduisant l'incrédulité du public de l'Etihad Stadium et de Pep Guardiola face à la performance éclatante de Nabil Fekir et de ses partenaires. Pour The Guardian, «Manchester City a payé le prix de sa négligence avec une défaite choquante». «Paresseux» pour The Telegraph, «léthargiques» pour The Independent, les joueurs sont les premiers visés.

L'impuissance de Guardiola, l'échec d'Arteta

Mais le symbole d'un Pep Guardiola prostré en tribunes a évidemment fait le tour de la presse outre-Manche. Suspendu après son expulsion à la mi-temps du quart de finale retour face à Liverpool la saison passée (0-3, 1-2), le technicien catalan était tout simplement «impuissant devant le marasme de City», comme The Times l'affiche en une de ses pages sports. Pour The Telegraph, les hommes de Guardiola ont pris «une leçon de français», et son adjoint Mikel Arteta «a raté sa première audition».

«Quand vous avez la chance de montrer ce que vous pouvez faire, sous les projecteurs de la Ligue des champions, ce n'est pas bon signe lorsque les caméras passent plus de temps à se concentrer sur l'homme que vous remplacez temporairement», assène notamment le journal anglais...
Réagissez à cet article
500 caractères max