Ligue 1 - Rennes

Hatem Ben Arfa : «Faire mieux qu'à Nice»

Cinq heures avant Rennes-Bordeaux, ce dimanche, Hatem Ben Arfa a été présenté aux médias au Roazhon Park. En compagnie du président rennais Olivier Létang, le dernier renfort du club breton est apparu détendu et ambitieux après plus d'un an sans jouer. Il portera le numéro 18.

«Pourquoi avoir choisi Rennes ? 
C'est un projet qui m'a vraiment intéressé au niveau sportif, au niveau de l'ambition. Comme je suis quelqu'un d'ambitieux, c'est le club qu'il me faut, très structuré. Ce qui m'a convaincu, déjà, c'est le président. Il a le côté humain et professionnel, comme un cocktail. On se connaît depuis deux ans, on s'est déjà parlé en janvier, on a continué à parler petit à petit et au final le choix s'est dessiné avec beaucoup de réflexion.
Justement, pourquoi avoir attendu si longtemps avant de choisir ? 
Il y a eu beaucoup de sollicitations, il fallait que j'étudie vraiment toutes les propositions. Je me suis dit qu'il fallait que je prenne mon temps, que j'aille dans un projet qui me correspond au niveau humain et sportif.
La Ligue Europa a-t-elle été un critère important ? 
Oui, ça fait partie des critères, mais il y a surtout le cadre et l'ambition qu'il faut ici. Aujourd'hui, j'ai l'impression que le Stade Rennais est passé dans autre dimension. C'est aussi une terre de foot, j'ai toujours aimé venir ici, j'y ai même été ovationné (quand il était venu s'imposer à Rennes 4-1 avec Nice, le 18 octobre 2015). C'est un stade à l'anglaise, où l'on peut prendre beaucoup de plaisir.
Avez-vous hésité avec Nice ? 
Oui, mais c'est assez compliqué de retourner dans un club où l'on est déjà passé. J'ai vécu une année exceptionnelle là-bas, je me suis bien senti dans la ville mais aujourd'hui, je passe à autre chose. C'est compliqué de retourner avec son ex (sourire).
Physiquement, comment vous sentez-vous ? 
On a un programme mais j'ai beaucoup travaillé durant ces vacances. (Le président Létang intervient : «On a fait les tests physiques, il est très affûté, s'est bien préparé et il est aussi déterminé.») Il y a deux semaines pour bien travailler, pour se mettre bien.
Et après la trêve, un déplacement à Nice, avant la réception du PSG... 
Oui, c'est le destin (sourire).
«Le PSG, ce fut une période compliquée, la dernière année surtout, mais on apprend de tout ça»
Que retenez-vous de votre aventure parisienne, où vous avez si peu joué ? 
Beaucoup de points positifs. J'ai rencontré de belles personnes, j'ai beaucoup appris, ça fait aussi partie de mon histoire et maintenant, une autre histoire va s'écrire. Aujourd'hui, je suis un homme plus fort. Ce fut une période compliquée, la dernière année surtout, mais on apprend de tout ça. On chute, on se relève, on chute, on se relève.
Vous n'avez pas l'impression d'avoir perdu un an ? 
Non.
Vous auriez pu être formé à Rennes. 
Oui, je devais venir ici quand j'avais 15 ans avec Patrick Rampillon (ex-directeur du centre de formation) à l'époque. Le club a changé. De l'intérieur, il a tout d'un grand club.
Le discours de Sabri Lamouchi a-t-il beaucoup compté, aussi ? 
Oui, c'était la première fois que je le rencontrais. Il y a eu un très bon feeling, vraiment, c'est la dernière touche qui m'a fait basculer vers Rennes. C'est un coach qui sent le foot et aime le jeu.
Avez-vous vu le match de Rennes à Marseille (2-2, dimanche dernier) ?
Oui, j'ai vu une belle première période. Je sais qu'il y a de la qualité individuelle, il ne manque plus que la mayonnaise prenne mais il y a beaucoup de potentiel dans ce groupe-là.
Espérez-vous faire aussi bien qu'à Nice (17 buts, 6 passes décisives en 2015-16) ? 
J'ai l'ambition de faire mieux qu'à Nice. Je sens que je peux faire mieux à tous les niveaux.
L'équipe de France, ça reste dans votre tête ? 
Pour l'instant, ce n'est pas dans ma tête, mais je n'ai pas tiré un trait. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
nicea 2 sept. à 16:17

Le projet $$$$ Rennais m'a plus $$$ le discours du président $$$ le stade $$$