henry (thierry) (L'Equipe)
Ils auraient pu avoir le Ballon d'Or (4e)

Henry, 2003, l'occasion manquée

Il y a quelques jours, Francefootball.fr vous demandait quel joueur aurait mérité le Ballon d'Or. Avec 14 % des votes, Thierry Henry est quatrième. Retour sur l'année où le meilleur buteur de l'histoire d'Arsenal et des Bleus aurait pu remporter la plus prestigieuse des récompenses individuelles.

Aujourd'hui, sa carrière est terminée. Thierry Henry n'a pas de Ballon d'Or mais une statue. En 2003, l'année du premier de ses deux podiums (2e, puis 3e en 2006), l'attaquant d'Arsenal atteint sa plénitude. Avec 23 buts et 23 passes décisives à l'issue de l'exercice 2002-03, il est devient le troisième Français - après Cantona et Ginola – à être élu meilleur joueur du Championnat d'Angleterre par ses pairs. Il est désormais reconnu, estimé et aimé. «Dans le passé, Arsenal a connu de grands attaquants et quelques artistes, écrit alors Amy Lawrence, journaliste à l'hebdomadaire The Observer et auteur d'une chronique sur le site Internet des Gunners. Des génies comme Dennis Bergkamp qui jouent avec la tête, d'autres plutôt “killer” comme Ian Wright qui jouaient avec le coeur. La force de Thierry, c'est de réunir ces deux caractéristiques. C'est ce qui le rend unique.» 

Déjà le patron des Bleus en l'absence de Zidane

L'homme, de son côté, s'est affirmé. À tel point qu'il n'hésite pas à se comporter en patron de l'équipe de France en l'absence de Zinédine Zidane, lors de la Coupe des Confédérations, une compétition qu'il offre aux Bleus en terminant meilleur buteur (4 réalisations dont le but en or en finale face au Cameroun). À tel point aussi qu'il voit sa cote d'amour grimper en flèche dans l'Hexagone. «Je suis un peu étonné par ce qui se passe, avoue-t-il alors. Pourquoi maintenant ? Je n'ai pas la réponse. En 2000, je suis allé en finale de la Coupe de l'UEFA, j'ai fait un Euro pas vilain et les gens ne se sont pas, entre guillemets, enflammés. Là, ça vient comme ça et je suis très content. Pas blasé du tout. Juste un peu surpris. Surpris mais content.» 

«Nedved mériterait un autre Ballon d'Or...»

Tout comme il sera un peu surpris au moment de voir le Ballon d'Or lui filer sous le nez en fin d'année. «Déjà, c'est ma meilleure performance. J'avais été 4e en 2000, 6e en 2001 et 9e l'an dernier. Tant mieux pour Nedved, qui mériterait un autre Ballon d'Or pour avoir eu le courage d'admettre que d'autres auraient également pu le remporter, explique alors Henry à France Football. Depuis tout petit, je commente le Ballon d'Or. Mais je garde mes réflexions pour moi. Tout juste puis-je préciser que, si on se fie au palmarès, voir Maldini ou Inzaghi récompensés aurait été juste
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :