(L'Equipe)
Maghreb FC

Hicham Boudaoui, la nouvelle perle du Paradou

Champion d'Afrique avec l'Algérie, le grand espoir du Paradou AC Hicham Boudaoui s'est engagé avec l'OGC Nice lors de ce mercato. Il rejoint son compatriote Youcef Atal, et espère un destin similaire.

À 19 ans, Hicham Boudaoui est une des plus belles promesses du football algérien. En route pour l'Egypte en juin dernier, Djamel Belmadi n'a pas hésité à écarter Nabil Bentaleb ou Saphir Taïder pour faire de la place à celui que toute l'Algérie regarde avec des yeux de Chimène. Avant la CAN, le sélectionneur des futurs champions d'Afrique avait exprimé sa curiosité pour le natif de Béchar en poussant la comparaison : «Il me fait penser à Tigana. Pour ceux qui ne connaissent pas son jeu, je vous invite à regarder sur Internet. C'est un joueur très fin, très actif, très intelligent dans son jeu. Il ne perd pas un ballon. Il a l'air tout mince mais ne perd pas de duel. Il a un tel volume de jeu. Il est très propre dans son jeu à un poste clé. J'ai beaucoup d'espoir en lui.»

Depuis, le milieu relayeur de 19 ans a disputé 2 matches de la CAN en Égypte, et a inscrit son nom au palmarès. À 13 ans, Boudaoui a quitté le grand Sud algérien pour rejoindre l'académie du Paradou à Hydra, sur les hauteurs d'Alger. Sept ans plus tard, Hicham Boudaoui devient un élément fort et ses qualités de relayeur font de lui une courroie de transmission indispensable. Ce que nous explique Pierrick Le Bert, formateur et directeur de l'académie du PAC : «C'est un très bon joueur de transition qui a un volume de jeu très élevé qui demande à être bien géré. Il va dans un club où il va encore beaucoup progresser.» Technique comme un Algérien ? «C'est un joueur agile balle au pied surtout dans les conduites sur des petites espaces. Il aime casser les lignes par des courses. Mais sa grande force, c'est la récupération. Il sent les coups.»
En 2018, il est désigné comme le meilleur espoir du Championnat d'Algérie, succédant ainsi à Youcef Atal. Cet été, Nice a sorti le chéquier. Arrivé pour quatre millions d'euros, il est le plus gros transfert du Championnat d'Algérie. Son ascension est fulgurante, mais non complète ? La pépite algérienne possède une vraie marge de progression. «Dans la gestion de son activité, il se disperse par moments dans un souci de vouloir toucher le ballon, poursuit Le Bert. Ça reste au fond une qualité qui va être corrigée par le staff de Nice. Il doit aussi gagner car c'est un joueur frêle, mais très vif sur ses appuis.»
Rendre fier tout un pays
Désormais, Hicham Boudaoui va emprunter le même chemin que les autres représentants de l'Académie du Paradou (Ramy Bensebaini, Youcef Atal, Farid El Melali, Haithem Loucif) avec l'envie de rendre fier. Son ancien club, évidemment. Mais aussi, comme tout Fennec digne de son nom, un pays dont les regards convergent déjà vers le fils de Béchar.

Nabil Djellit 

crédit photo : OGC Nice
Réagissez à cet article
500 caractères max
hadaf-02 20 nov. à 9:45

Boudaoui tri boun joueur

anono 23 sept. à 12:08

cool!

abradali24 6 sept. à 20:22

Boudaoui,Attal et Ouanes : un trio qui fera parler de lui en Ligue 1.

ADS :