Ligue des Champions - Tottenham

Hugo Lloris (Tottenham) : «Il y avait la place de faire mieux»

Le gardien des Bleus et de Tottenham Hugo Lloris est ressorti frustré de la finale de Ligue des champions perdue face à Liverpool (0-2).

« Qu'est-ce qu'il a manqué à Tottenham pour faire mieux ?
Plus de réalisme. Ils nous ont donné une leçon de réalisme. Même s'ils sont plutôt heureux de bénéficier d'un penalty très tôt dans le match (2e), derrière, ils l'ont très bien géré. Ils n'ont pas forcément fait un grand match, mais ils ont été solides et ils ont géré nos temps forts en étant costauds.
Liverpool remporte la finale de C 1 aux dépens de Tottenham
Quel est votre avis sur ce penalty sifflé à l'encontre de Moussa Sissoko ?
Je ne sais pas, je ne l'ai pas revu... Ça fait partie du jeu. L'arbitre a très vite pris sa décision, ça a été confirmé à la vidéo. Après, chacun est libre d'avoir son interprétation sur ce fait de jeu qui est certainement un peu injuste pour Moussa. Il a fallu, après, le négocier jusqu'au bout. On n'a pas fait non plus un mauvais match mais, dans les trente derniers mètres, on a beaucoup trop manqué d'agressivité, on n'a pas eu ce dernier geste, cette dernière passe pour vraiment les déstabiliser. Il n'y a que dans les quinze dernières minutes qu'on a poussé un petit peu, mais on a fait des frappes longue distance... Je pense qu'il y avait la place de faire mieux.
Lloris, Sissoko : les blues brothers
Le scénario du match avive-t-il les regrets, avec ce penalty très tôt concédé ?
À chaud, comme ça, c'est délicat. Je pense que, même en étant menés 1-0 au bout d'une minute, il en reste beaucoup pour faire mieux. Dans l'utilisation du ballon surtout. C'est bien de chercher la possession, de repartir de derrière, mais, si c'est pour chaque fois revenir vers l'arrière et ne pas aller de l'avant, c'est prendre des risques pour pas grand-chose, au final. C'est un peu la sensation qu'on a eue en première période, durant laquelle on ne les a jamais mis en difficulté. Même quand on arrivait à casser leur pressing, on n'avait pas cette passe ou ce un contre un pour aller de l'avant et les mettre en difficulté. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :