« Ibra » a rejoint l'AC Milan pour la seconde moitié de saison. (P. Bona/Presse Sports)
Foot

Hyun-Jun Suk, Marko Arnautovic, Alexander Isak... : ces joueurs qui ont été comparés à Zlatan Ibrahimovic

Plusieurs joueurs ont reçu le surnom de « Zlatan » ces dernières années, afin de souligner leurs similitudes plus ou moins grandes avec la star suédoise.

Gignac, le Zlatan de l'OM ?

La comparaison peut sembler un peu farfelue. Elle nous vient d'un tweet de Joey Barton, lorsqu'il a côtoyé APG sur la Canebière lors de la saison 2012-2013. S'ils n'ont pas traversé des clubs de la même envergure, les deux attaquants sont de formidables buteurs dotés d'un fort tempérament. On se souvient notamment de leur duel d'exception lors du Clasico d'octobre 2012 (2-2) et durant duquel ils avaient tous deux inscrit un doublé en première période. « C'est un joueur hors normes, avait déclaré Gignac à propos d'Ibra. Tout le monde a peur de lui, tous ses partenaires lui donnent le ballon. C'est un grand joueur. »

Suk, le Zlatan coréen

Hyun-Jun Suk a désormais l'habitude d'être surnommé ainsi. Visage connu en Ligue 1 pour avoir porté les maillots de Reims et de Troyes, l'attaquant se revendique régulièrement comme le « Zlatan coréen ». « En Corée du Sud, mes fans m'appellent Suk-Zlatan, confiait-il en octobre 2018 dans « À la Rémoise », une web-série réalisée par Canal +. Je veux être Zlatan. » Tout comme l'attaquant suédois, Suk a évolué à l'Ajax - avec toutefois un faible total de trois matches en professionnel - au début de sa carrière. À l'instar de son idole, le Sud-Coréen se démarque également par sa grande taille (1, 91m), son gros volume physique et son aisance dans le domaine aérien.
Transferts : Reims annonce le départ de Hyun-Jun Suk et recrute deux internationaux Espoirs
Suk a rejoint Troyes en provenance de Reims lors du mercato d'hiver. (R. Martin/L'Équipe)
Suk a rejoint Troyes en provenance de Reims lors du mercato d'hiver. (R. Martin/L'Équipe)

Arnautovic, le Zlatan autrichien

C'est probablement celui qui a poussé le mimétisme le plus loin, sans pour autant se défaire d'une image récurrente de « Zlatan du pauvre ». Tout comme Ibrahimovic, Marko Arnautovic est grand (1,92 m), porte un catogan, aime les tatouages et dégage un égocentrisme certain. Il est né d'un père qui a fui l'ex-Yougoslavie et a joué aux Pays-Bas en début de carrière (à Twente) avant de partir en Italie (à l'Inter Milan). La comparaison ne va toutefois guère plus loin. Hormis quelques buts acrobatiques, Arnautovic a davantage fait parler de lui dans la rubrique faits divers que sur le terrain. Aujourd'hui, il évolue sous les couleurs du Shanghai SIPG, en première division chinoise.
Marko Arnautovic, la face sombre d'Ibra
Arnautovic durant l'Euro 2016 en France. (M. Gruber/Presse Sports)
Arnautovic durant l'Euro 2016 en France. (M. Gruber/Presse Sports)

Alexander Isak, le nouveau Zlatan

Il existe une forme de filiation nationale entre Alexander Isak et Zlatan Ibrahimovic. Le premier doit incarner la relève du second en équipe de Suède. Cette étiquette colle à la peau du jeune joueur de 20 ans depuis déjà plusieurs années. Et pas sans raison : À seulement 17 ans et 109 jours, il fut le deuxième joueur le plus précoce à être capé avec la Suède. Quatre jours plus tard, il inscrit même un but contre la Slovaquie, et devient le plus jeune buteur de l'histoire de la sélection nordique. En club, malgré un petit échec au Borussia Dortmund, il s'épanouit désormais à la Real Sociedad, qu'il a rejoint l'été dernier.
Alexander Isak s'est relancé en prêt à Willem-II avant de rejoindre l'Espagne. (Oscar J. Barroso/AFP)
Alexander Isak s'est relancé en prêt à Willem-II avant de rejoindre l'Espagne. (Oscar J. Barroso/AFP)

Zhangylyshbay, le kazakh qui met des buts « zlatanesques »

Aile de pigeon, tour sur lui-même et but : Toktar Zhangylyshbay a inscrit un but digne de la star suédoise en faveur d'Ordabasy, dans le Championnat kazakh, en avril 2019. Ce chef-d'oeuvre lui avait à l'époque valu une notoriété soudaine mais éphémère. Il faut véritablement s'appeler Zlatan pour mettre des buts comme ça tous les week-ends.

Bonus : Samoilov, le petit Zlatan russe

Il lui a suffi d'un retourné acrobatique pour acquérir le surnom de « Zlatan ». Transfuge russe, Maksim Samoilov a intégré les équipes de jeunes du PSG en 2014, alors qu'Ibra marquait but sur but avec l'équipe première. C'est l'un de ses entraîneurs qui l'a désigné ainsi, même si le joueur adule plutôt Andrés Iniesta. Il évolue désormais en jeunes à Valenciennes, qu'il a rejoint en 2018.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :