20 October 2020, Saxony, Leipzig: Football: Champions League, group stage, RB Leipzig - Istanbul Basaksehir in the Red Bull Arena. Leipzig's Ibrahima Konate (r) and Istanbul's Rafael in a duel. Photo: Jan Woitas/dpa-Zentralbild/dpa | usage worldwide (Jan Woitas/DPA/PICTURE ALLIANC/PRESSE SPORTS)
Allemagne - Leipzig

Ibrahima Konaté (RB Leipzig), retour aux affaires

Gêné par des blessures depuis l'an dernier, Ibrahima Konaté a retrouvé les terrains cette semaine en Ligue des champions avec Leipzig. A 21 ans, l'ancien Sochalien veut rattraper le temps perdu.

C'était il y a un peu plus d'un an, mais cela semble remonter à une éternité. Alors titulaire indiscutable au RB Leipzig, Ibrahima Konaté surclasse Robert Lewandowski lors de l'avant-dernière journée de Bundesliga saison 2018-2019. Impact dans les duels, gestion de la profondeur, l'ancien Sochalien musèle complètement le Polonais et permet à son équipe d'obtenir le point du match nul (0-0). Une performance qui lui vaudra les compliments de Lewy après la rencontre, qui le qualifiera de «très grand défenseur». Promis alors à un grand avenir par les observateurs du football allemand, celui que ses coéquipiers surnomment affectueusement Ibou va pourtant voir son élan stoppé net l'année suivante, la faute à une blessure qui l'a éloigné des terrains pendant presque un an.

Maturité

Depuis, Konaté a enchainé les pépins physiques. Alors, quand il a foulé la pelouse cette semaine en Ligue des champions, rentrant en jeu lors de la victoire de Leipzig face à Basaksehir (2-0), cela a sonné comme un petit exploit. Après des mois de galère, le français est de retour aux affaires. Et il aura à cœur de prouver qu'il est toujours le joueur qui a conquis Ralf Rangnick, son entraineur de l'époque. «Je le vois à un niveau aussi élevé que celui d'Upamecano : Un physique imposant, des qualités athlétiques exceptionnelles, il est à l'aise avec le ballon. Il est très intelligent, doté d'une étonnante maturité à un âge aussi jeune. S'il n'était pas devenu joueur de foot, il n'aurait eu aucun problème à faire carrière dans la vie normale» nous raconte le coach allemand. Venant d'un homme aussi important outre-Rhin, le compliment est équivoque.

Lire aussi :
- Dayot Upamecano, la douce puissance
- Toute l'actualité du football allemand
A l'instar de son coéquipier Dayot Upamecano, celui qui est passé au Paris FC lors de son enfance est du genre précoce. Arrivé à 18 ans dans la Saxe, il avait impressionné Rangnick par sa maturité. «Vous ne verrez jamais d´eux des tweets ou des photos de fêtes sur Instagram. Ils sont tous les trois des jeunes hommes très bien élevés et extrêmement bien éduqués. Ce sont des bons gars» lance son ancien coach en le comparant à Upamecano et Kouassi. Bien intégré dans le vestiaire, Konaté est également très attendu par Julian Nagelsmann. L'entraineur allemand a suivi son retour de près et compte sur lui dès ce samedi face au Hertha Berlin : «Je ne sais pas s'il pourra jouer 90 minutes. Cela dépendra de l'intensité de la rencontre. Si le rythme est aussi élevé que face à Basaksehir, cela parait compliqué. Mais il est une option.» Peu importe la durée, l'international Espoirs devrait profiter des minutes qui lui sont accordées pour montrer qu'il est bel et bien de retour.

Benoit Desaint, avec Alexis Menuge

- Le classement de la Bundesliga


Réagissez à cet article
500 caractères max
Heraclite 24 oct. à 12:48

Et de nouveau on nous reparle d'intensite de jeu, pas de kimometres parcourus sans que personne ne releve. Bob Tarhi s'echine a longueur d'intervention a expliquer la difference a l'equipe du soir, mais rien n'y fait. Lees-Melou de Nice ise la remarque mais tout lebmonde le moque. Par contre Stephan parle des 119 km de Krasnogar sans differencier distance et intensite de course et tout le monde reprend en coeur en comprant les 98 km parcourus par le PSG. C'est à desesperer.

ADS :