cavani (edinson) (A.Mounic/L'Equipe)
À lire dans FF

«Il m'a fait vibrer, on est avec lui sur le terrain» : les anciennes gloires du PSG rendent hommage à Edinson Cavani

Parce qu'il a marqué des buts mais aussi les supporters et les esprits, FF a sondé dix connaisseurs et amoureux du PSG pour saisir la trace que laisse Edinson Cavani dans l'histoire du club de la capitale. Extraits avec les témoignages de Guillaume Hoarau et Michel Denisot.

Guillaume Hoarau, attaquant du PSG de 2008 à 2013

«Il représente ce Paris moins bling-bling»
«Pour les gens, Paris c'est le Qatar et, sans lui, il ne serait pas celui qu'il est aujourd'hui. Cavani représente ce Paris moins bling-bling et c'est plus facile de s'identifier à un gars comme ça. Il est un symbole d'abnégation, de travail, d'une certaine mentalité. Il est le porte-drapeau de ces gens qui travaillent dur toute l'année pour être au stade. Ils se retrouvent en lui. Le mec n'est pas parfait mais qu'est-ce qu'il donne sur le terrain ! C'est ce qu'ils veulent voir. Par moments, il a été décrié parce qu'il loupait des trucs. Mais ça c'est le supporter, le gourmand. Dans une équipe, on préférera tous avoir onze Cavani, au moins on sait où on va. Et puis il a marqué des buts et l'histoire du PSG. Son style, on l'aime ou pas, mais ses stats parlent pour lui et c'est un joueur de classe mondiale. Dans un top 5, bien sûr qu'il y serait : "Mister George" (Weah), Marco Simone, Cavani, Ibra, et puis Pauleta. Je me mets en sixième homme. (Rires).»

Michel Denisot, président du club de 1991 à 1998

«Il m'a fait vibrer, on est avec lui sur le terrain»
«Il a créé un lien très fort avec le public, avec les supporters, parce qu'il est authentique, sincère, engagé et généreux. Il a beaucoup de valeur, de charisme, de générosité. Chaque grand joueur est très spécifique mais je le comparerais à Raï, qui était là à 100%, qui s'est attaché au club. Il me fait penser à lui. Il m'a fait vibrer, on est avec lui quand il est sur le terrain, ce n'est pas le cas de tous. Il a su se créer beaucoup d'occasions, il a eu du déchet, mais personne n'en a mis autant que lui, donc ça parle tout seul. Je l'ai rencontré une fois, par hasard dans un hôtel, au début quand il est arrivé. Quelqu'un lui a dit qui j'étais, brièvement, il est venu vers moi de façon extrêmement courtoise. Sur cinquante ans, il est compliqué de se limiter à cinq attaquants mais il fait partie des miens, oui. Il est un des plus grands joueurs de l'histoire du PSG et de ceux qui resteront dans le cœur du public, c'est un lien très important. Son départ ne change rien. Il respecte son contrat. J'avais seulement rêvé qu'il marquerait à la 119e minute le but de la victoire en finale de la Ligue des champions...»

Thomas Simon

Retrouvez l'intégralité des huit pages consacrées à Edinson Cavani dans le nouveau numéro de France Football, disponible en kiosques mardi ou dès lundi en version numérique à partir de 18 heures.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :