C'est le jour

Il y a dix ans, Robert Louis-Dreyfus refusait de vendre l'OM à Jack Kachkar

C'est un souvenir qui rappellera forcément des choses à tous les supporters marseillais. En début d'année 2007, l'Olympique de Marseille avait en effet failli être racheté par Jack Kachkar. De décembre à mars, retour sur cet épisode rocambolesque en treize dates.

19 décembre 2006 : le repreneur mystère porte un nom
En cette fin d'année 2006, le nom d'un certain Jack Kachkar apparaît dans la presse dans la rubrique «rachat de l'OM». PDG d'une société de produits pharmaceutiques, le Canadien a en effet formulé une offre pour acquérir le club olympien. Celui qui est alors basé à Miami, aux États-Unis, et qui emploie plus de 500 personnes, est un total inconnu. À cette époque, l'offre est jugée crédible et sérieuse par l'état-major de l'OM.

21 décembre 2006 : José Anigo doute du sérieux des éventuels repreneurs
En conférence de presse, le directeur sportif de l'OM émet des réserves sur les rumeurs : «Il faut savoir que ce sont des dossiers qui ont quatre ou cinq mois d'existence. Je ne sais pas s'ils sont sérieux, mais permettez-moi d'en douter. Mais nous sommes surpris de les voir apparaître maintenant alors que cela fait quelques mois que l'actionnaire et ses partenaires les ont rencontrés

5 janvier 2007 : RLD annonce à Diouf qu'il considère l'offre de Kachkar
La période des fêtes passée, la pression autour de ce dossier est toujours aussi élevée. C'est ainsi que Robert Louis-Dreyfus et Pape Diouf se retrouvent dans un hôtel à côté de l'aéroport de Marignane. L'actionnaire principal de l'OM explique au président du club qu'il est sceptique au sujet de la solidité de Jack Kachkar... mais qu'il la considère tout de même parmi les nombreuses autres offres reçues pour s'emparer de l'OM.

11 janvier 2007 : Louis-Dreyfus ne discute qu'avec Kachkar
Par l'intermédiaire de son porte-parole, Robert Louis-Dreyfus monte au créneau pour démentir des contacts avec d'autres repreneurs éventuels. «Nous démentons catégoriquement toute discussion et toute négociation avec l'émir de Dubaï. Les seules discussions menées actuellement le sont avec Jack Kachkar et nous confirmons la date du 15 janvier au-delà de laquelle ces discussions pourraient être poursuivies ou non

16 janvier 2007 : offre de 115 millions d'euros
Réunis à Paris, Robert Louis-Dreyfus accepte l'offre de Jack Kachkar. On parle même d'un changement de mains d'ici un mois maximum. Le lendemain, le Canadien exprime déjà sa joie : «L'OM était un rêve, dit-il à L'Equipe. C'est un grand club, avec un énorme potentiel et des supporters incroyables. Mon amour de la France et de l'OM ont fait que je suis plutôt allé dans cette direction. Beaucoup de gens croient que je ne viens que pour faire du business. C'est un projet à long terme.» Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, explique même : «Il m'a fait une bonne impression. Il est jeune, d'origine arménienne. Je lui ai alors dit qu'il y avait 80 000 Marseillais d'origine arménienne ici et que cela ne posait pas de problème

18 janvier 2007 : «Je suis là pour gagner la C1»
Pour la première fois, le nouveau propriétaire visite la Commanderie et se rend également à la mairie de Marseille. Autour de lui, son armée : gardes du corps, avocats, collaborateurs, attachés de presse. Il fait la connaissance des joueurs. Un maillot lui est même remis par ces derniers. S'en suit un bref discours devant les employés du club. Derrière, devant la presse, il lance : «Je suis là pour gagner là C1.» Il reprend l'avion le soir même.
31 janvier 2007 : Quand Kachkar monte sur la table
Opération séduction pour le Canadien. Face à Lyon, en huitièmes de finale de la Coupe de France, Jack Kachkar assiste au match au Vélodrome. C'est la deuxième fois qu'il vient, lui qui avait été invité par Robert Louis-Dreyfus six mois auparavant. Il enchaîne les tours d'honneur avant la rencontre pour aller vers les supporters. Il raconte également aux médias son amour pour le foot, notamment pour un certain Zinédine Zidane. À la fin d'une rencontre où l'OM a renversé l'OL dans les derniers instants (deux buts aux 87e et 90e, victoire 2-1), Kachkar est même descendu dans le vestiaire marseillais pour célébrer avec les joueurs. S'en suit une scène assez improbable où il grimpe sur une table pour danser avec ses futurs-ex-salariés.
20 février 2007 : les premiers doutes
Le Figaro annonce qu'une enquête est ouverte «sur la provenance des fonds que Jack Kachkar apporterait pour racheter l'OM». Plusieurs zones d'ombre seraient alors apparues. Les autorités luttant contre le blanchiment d'argent sont même sur le coup et «alimenteraient les suspicions», poursuit le quotidien. L'homme d'affaires ainsi que Robert Louis-Dreyfus démentent chacun leur tour.

26 février 2007 : Kachkar demande un report
Prévue le 26 février, la vente est repoussée par Jack Kachkar qui demande alors un nouveau délai. Une décision qui fait évidemment naître tous les soupçons sur la crédibilité de l'acquéreur. Mais RLD, qui veut vendre, accepte alors cette proposition de report. Une nouvelle date est fixée : le 16 mars. Le lendemain, le Canadien est absent des travées du Vélodrome pour le quart de finale de Coupe de France remporté par l'OM face à Vannes (5-0).

28 février 2007 : Kackhar, opération rachat
Malgré tout, fin février, Jack Kachkar vient rassurer Robert Louis-Dreyfus avec de nouvelles garanties sur sa solvabilité. Rendez-vous est pris devant la DNCG le 7 mars.

1er mars 2007 : l'entourage de Kachkar officialise la vente
«M. Jack Kachkar a signé avec M. Robert Louis-Dreyfus l'accord définitif de vente de l'Olympique de Marseille. Le transfert des titres sera effectif dans les prochaines semaines.» C'est ce que l'on peut lire via l'agence de communication de Jack Kachkar. Une annonce faite bien trop rapidement, puisque quelques heures plus tard, RLD et son entourage répondent : «La vente à Monsieur Jack Kachkar sera finalisée quand ce dernier aura payé le prix convenu entre les deux parties.» On n'y comprend plus rien.

7 mars 2007 : personne à la DNCG
Ni Robert Louis-Dreyfus, ni Pape Diouf, ni Jack Kachkar ne répondent à l'invitation de la DNCG.

23 mars 2007 : Louis-Dreyfus passe à autre chose
Juridiquement, c'est ce 23 mars qu'expire la date butoir dans le processus de vente de l'OM. Lassé des demandes répétées de report de la part du Canadien, Robert-Louis Dreyfus annonce la fin des négociations. Le club reste, malgré tout, toujours en vente.
Timothé Crépin

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max