Les joueurs de la Juve en joie après leur victoire à Florence dimanche. (A. Garofalo/L'Equipe)
Ita - Bilan

Italie : Juventus Turin, tape m'en cinq !

Et de cinq pour les Bianconeri ! Les hommes de Max Allegri enchaînent un cinquième titre de champion d'Italie. Retour sur la saison mouvementée de la Juve.

Le joueur clé : Gianluigi Buffon

Encore une grande saison pour Buffon... (141437+0000,GIORGIO PEROTTINO/Reuters)
Encore une grande saison pour Buffon... (141437+0000,GIORGIO PEROTTINO/Reuters)
Eterno Gigi ! A 38 ans, le portier bianconero a une fois de plus montré qu'il faisait partie de la race des seigneurs cette saison. Véritable leader dans les moments difficiles, Gianluigi Buffon a sauvé à de maintes reprises «sa» Vieille Dame. En attestent ses brillantes rencontres face au Milan, au Napoli ou encore tout fraîchement contre la Fiorentina. Celui que vous avez élu meilleur gardien de tous les temps sur notre site, a porté à bout de bras les Juventini. Le natif de Carrara (Toscane) a même repoussé les limites de l'inimaginable en mars dernier. L'ancien de Parme a battu le record d'invincibilité en Serie A en n'encaissant aucun but durant 974 longues minutes. Andrea Belotti... du Torino viendra mettre fin au mur Buffon.Une performance qui sera très difficile à battre. Un exceptionnel cru 2015-16 pour le portier de la Nazionale qui remporte son septième scudetto. Un grand bravo !

L'entraîneur : Massimiliano Allegri

Allegri a su confirmer à la Juve. (Dalder/Reuters)
Allegri a su confirmer à la Juve. (Dalder/Reuters)
A son arrivée en juillet 2014, pas grand monde n'aurait misé un kopek sur Max Allegri. Brocardé et sifflé par les supporter turinois, l'ancien coach du Milan AC arrivait avec une étique de rossonero bien collée dans le dos. Depuis, le vent a tourné de sens et Allegri a prouvé qu'il n'était pas un technicien de pacotille. Après un opus 2014-15 brillant avec une finale de Ligue des champions perdue contre le Barça (1-3), un scudetto et une Coupe d'Italie, beaucoup restaient encore sceptiques sur l'enfant de Livourne, souvent brillant la première année, mais qui n'arrivait jamais à confirmer. Massimiliano Allegri a prouvé tout le contraire. Sa Juve est une nouvelle fois championne après un parcours chaotique, elle risque une nouvelle fois de mettre la main sur la coupe nationale en attendant sa finale contre le Milan AC et a fait montre d'énormes qualités malgré son élimination en quarts face au Bayern lors d'une rencontre retour épique. Avec son 3-5-2, l'ancien milieu de terrain a mené à bout toutes ses idées de jeu, sans jamais se départir d'une poigne de fer.

Les trois matches importants

5e journée - Juventus-Frosinone : 1-1
La Juventus connait un début de saison compliquée. Après une défaite inaugurale face à l'Udinese (1-0), le premier revers à domicile depuis 47 rencontres, puis une autre face à la Roma (2-1), la Vielle Dame marque son premier point face au Chievo Vérone (1-1). Et après un succès au Genoa (2-0), on imagine alors que la machine est partie. Peine perdue. A domicile, les Bianconeri concèdent le match nul face au promu Frosinone (1-1), qui n'avait pas encore marqué un point de la saison. Preuve que tout va mal, les visiteurs égalisent dans les arrêts de jeu. Après cinq journées, la Juve est treizième, avec dix points de retard sur l'Inter Milan, leader avec quinze points.
 
11e journée - Juventus-Torino : 2-1
Après dix journées, la Juventus n'y arrive toujours pas et compte déjà quatre défaites, soit plus que sur l'ensemble de la saison dernière. Orphelin de Carlos Tevez, Massimiliano Allegri éprouve bien des difficultés à mettre en place son secteur offensif, pourtant renforcé par les arrivées de Mario Mandzukic et Paulo Dybala. Avec onze points de retard sur la Roma, leader de Serie A, le titre n'est plus d'actualité et l'objectif est alors de sauver la place en Ligue des champions. Pour cela, rien de tel qu'un derby pour repartir du bon pied. Face au Torino, malgré l'ouverture du score de Paul Pogba, la Juve se dirige vers un nouveau match nul après l'égalisation du Toro. Mais un but de Juan Cuadrado au bout du temps additionnel offre la victoire aux partenaires de Patrice Evra (2-1). Le rouleau-compresseur est amorcé...
 
25e journée - Juventus-Naples : 1-0
Avant d'affronter le Napoli, la Juventus reste sur une série impressionnante de quatorze succès consécutif depuis celui face... au Torino. Une grande victoire qui a ramené les Turinois dans les hautes sphères de la Serie A. Une victoire face à Naples, premier, permettrait même aux Bianconeri de prendre la première place. Mais un match cadenassé à double tour semble figer les positions en tête du classement... jusqu'à ce que Simone Zaza, entré en jeu 30 minutes plus tôt, ne crucifie Pepe Reina d'une frappe contrée de 25 m. La Juve l'emporte finalement sur la plus petite des marges, prend la tête et ne la perdra plus. Le Championnat est joué.

L'anecdote : Paul Pogba et son étrange «10 +5»

Suite au départ de Carlos Tevez , Paul Pogba récupère le numéro 10. Un numéro de maillot qui s'accompagne également du poste puisque le Français débute la saison en soutien des attaquants. Un poste auquel il éprouve des grandes difficultés. Le 10 semble trop lourd à porter pour l'ancien Mancunien. Face à l'Atalanta Bergame, le 25 octobre dernier, il gribouille même un «+ 5» à côté du 10. Certains pensent qu'il s'agit d'un «1+0+5» en référence à son ancien numéro 6. Ce qui confirmerait le mal-être du milieu de terrain. Une thèse que le joueur s'est empressé de réfuter. C'était en fait un «75», en hommage au 75e anniversaire de Pelé. L'incident est clos et Pogba a fini par retrouver de sa superbe. Il est même actuellement meilleur passeur de Serie A avec onze offrandes.

L'équipe type de la saison en Serie A

  
A.R. et J.T.
Réagissez à cet article
500 caractères max