Soccer Football - International Friendly - France vs Italy - Allianz Riviera, Nice, France - June 1, 2018   Italy's Mario Balotelli before the match    REUTERS/Eric Gaillard (Reuters)
Italie

Italie-Pays-Bas : l'histoire compliquée entre Mario Balotelli et l'Italie

Après quatre ans d'absence, Mario Balotelli a effectué un retour gagnant sous le maillot de l'Italie. Si le buteur niçois a connu des hauts et des bas avec la sélection, il pourrait être le nouvel homme fort de l'attaque italienne sous Roberto Mancini.

Quatre ans plus tard, c'est un retour gagnant. Pour la première fois depuis le 24 juin 2014, Mario Balotelli (27 ans) a retrouvé la sélection la semaine dernière lors d'un match amical contre l'Arabie Saoudite (2-1). Et il l'a fêté avec un but d'une frappe vicieuse aux vingt mètres, sa quatorzième réalisation avec la Nazionale. Il est finalement revenu comme s'il n'était jamais parti. Au point de laisser quelques regrets en Italie - grande absente de la prochaine Coupe du monde - qui avait manqué d'un buteur lors du barrage perdu face à la Suède en novembre dernier (0-1, 0-0). Après deux saisons pleines à Nice, le nouveau sélectionneur Roberto Mancini a donc décidé de le rappeler. «Il a une histoire particulière, il a été un grand joueur très jeune puis il n'a pas répondu aux attentes, a-t-il expliqué en conférence de presse. Mais j'ai confiance car il a bien travaillé ces deux dernières années. Je trouve qu'il a grandi, il est plus mûr, il a des enfants et je pense que ça aide.» L'histoire de Balotelli avec l'Italie n'est donc pas tout à fait terminée.

Du statut de héros à l'Euro 2012...

Cette relation compliquée entre la sélection et Balotelli commence le 10 août 2010. Après une Coupe du monde ratée en Afrique du Sud, l'Italie affronte la Côte d'Ivoire en match amical (0-1). Pour l'occasion, Cesare Prandelli fait appel au jeune "Super Mario" - il a dix-neuf ans à l'époque - qui s'est révélé sous le maillot de l'Inter Milan. Il devient alors le premier joueur noir à défendre les couleurs de la sélection italienne. Né à Palerme de parents ghanéens, Balotelli est élevé par une famille italienne du côté de Brescia. S'il aurait pu jouer pour le Ghana, l'Italie sonne pour lui comme une évidence. «Je suis italien, je me sens italien et je jouerai toujours pour l'équipe nationale italienne, confie-t-il à l'époque. Je n'ai jamais pris en considération la possibilité de jouer pour le Ghana, même quand ils m'ont convoqué il y a deux ans.» Titularisé à la pointe de l'attaque, il joue cinquante-neuf minutes sans parvenir à marquer. Plus d'un an après, il inscrit son premier but avec la Nazionale lors d'un match amical contre la Pologne (2-0), le 11 novembre 2011.
Il s'impose alors comme un titulaire en puissance et se révèle un peu plus aux yeux de l'Europe en 2012. Balotelli est le héros italien de l'Euro qui se joue en Ukraine et en Pologne, malgré la finale perdue contre l'Espagne (0-4). Pourtant, l'aventure débute mal puisqu'il ne marque pas lors des deux premières rencontres. Relégué sur le banc pour le dernier match de poule, il entre en jeu à la 75e minute et fait le break face à l'Irlande d'une acrobatie géniale (2-0). C'est suffisant pour retrouver sa place dans le onze en quarts de finale contre l'Angleterre, où il transforme son tir au but (0-0, 4-2 t.a.b.). Mais sa prestation la plus aboutie reste celle contre l'Allemagne en demi-finale (2-1). Balotelli plante un doublé et envoie la Nazionale en finale. Son deuxième but d'anthologie - une frappe surpuissante qui laisse Neuer sur place - marque les esprits, tout comme sa pose façon culturiste en guise de célébration.

...aux critiques après le Mondial 2014

Seulement, la lune de miel entre Balotelli et l'Italie ne dure pas longtemps. S'il continue à marquer, notamment pendant la Coupe des confédérations 2013 (2 buts, 1 passe décisive), il passe à côté du Mondial 2014. Pourtant, il marque le but de la victoire dans le premier match contre l'Angleterre (2-1), avant de rester muet contre le Costa Rica (0-1), puis l'Uruguay (0-1). Lors de la dernière rencontre, Prandelli prend même la décision de le remplacer dès la 46e minute par peur qu'il se fasse expulser. A ce moment-là, il ne sait pas que c'est sa dernière apparition sous le maillot de la Nazionale avant quatre ans. L'Italie ne passe pas les poules et l'attaquant sulfureux est au centre des critiques. Balotelli est contesté par les supporters, la presse et même ses coéquipiers. «Nous devons repartir avec de vrais hommes, pas des plots ou des starlettes. Ceux-là sont inutiles à la Nazionale», lâche Daniele De Rossi après la Coupe du monde, visant indirectement "Super Mario". Ce dernier répond dans la foulée avec un long message sur son compte Instagram : «Ne me blâmez pas parce que cette fois-ci Mario Balotelli a tout donné pour la sélection. Donc trouvez une autre excuse parce que Mario Balotelli a la conscience tranquille et est prêt à aller de l'avant, la tête haute. Je suis fier d'avoir tout donné pour mon pays.»  

Lire aussi : Pour Balotelli, l'OM veut aller vite

Pendant quatre ans, Balotelli a donc rongé son frein, dans l'attente de pouvoir à nouveau défendre les couleurs de son pays. Avant l'Euro 2016, Conte douche ses espoirs de participer à la compétition en conférence de presse : «Il est impatient de quoi ? De jouer l'Euro ou de le regarder à la télévision ? C'est à lui de montrer qu'il peut faire partie de la liste, comme tous les autres d'ailleurs, mais lui a tellement, mais tellement à prouver !» Egalement snobé par Giampiero Ventura malgré sa renaissance à Nice, Balotelli pourrait faire partie des cadres sur lesquels Mancini compte s'appuyer pour reconstruire la Nazionale. Et pourquoi pas faire le bonheur de l'Italie à l'Euro 2020, huit ans après sa démonstration contre l'Allemagne.
Clément Gavard
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :