Jason Kikonda à sa signature à Concarneau en janvier (USC-Concarneau/DR)
National - Concarneau

Jason Kikonda (Concarneau), l'attraction des recruteurs en National

Le milieu de Concarneau Jason Kikonda (22 ans) est l'objet d'une cour assidue des clubs de Ligue 1. Arrivé cet hiver en National, il est celui que les recruteurs veulent voir ces dernières semaines.

Il y a quelques semaines, ils n'avaient d'yeux que pour lui : Boubacar Fofana, un jeune ailier de Saint-Priest (N 2) qui a signé depuis un joli contrat à Lyon (mais qui finit la saison au GFC Ajaccio en L 2). Les scouts des clubs de l'élite, en quête de talents dans les divisions inférieures, ont changé de cible et se déplacent désormais plus à l'ouest, à Concarneau (N). Pour y voir celui qui est perçu comme l'une des plus sûres promesses du National : Jason Kikonda (22 ans).
Arrivé en janvier chez l'actuel 9e du Championnat, ce milieu défensif venu de Vannes (N 2) où il était resté cinq ans, n'a joué que six matches sous ses nouvelles couleurs. Suffisant pour attirer les regards des recruteurs français et étrangers. Intéressés par des qualités qui font dire à Benoît Cauet que Kikonda n'a pas « grand-chose à faire en National ».
Les résultats du National
Le classement du National
« On avait été le superviser à Vannes, et ils nous avaient fallu très peu de temps pour percevoir son niveau, détaille l'ancien milieu de l'Inter Milan, entraîneur de Concarneau depuis début janvier. Il confirme tout le bien que l'on pensait de lui ces dernières semaines. Il a un gros volume de jeu, il récupère énormément de ballons, il joue simple, techniquement c'est fiable. »
Sans être passé par un centre de formation, Kikonda, originaire du Blanc-Mesnil, s'affirme à un niveau qu'il découvre. Dix clubs de Ligue 1 - dont Bordeaux, Guingamp, Amiens et Montpellier - et des clubs espagnols sont venus le superviser ou se sont renseignés sur les conditions d'un éventuel transfert cet été.
L'avenir de Kikonda se situe dans l'élite. Dès cet été ? « Il peut encore se développer, estime Benoît Cauet. La L 1, il en a les moyens, le potentiel, il faut y aller step by step. C'est une question de rythme. Ce qui me fait dire qu'il n'y aura pas de problèmes, c'est que Jason est fort mentalement et il sait écouter. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :