La Ligue espagnole, présidée par Javier Tebas, a été condamnée à payer une amende de 250 000 euros pour avoir espionné illégalement des supporters. (J. Prévost/L'Équipe)
Espagne

Javier Tebas et la Ligue espagnole sanctionnés pour avoir espionné illégalement des supporters

La Ligue espagnole a été condamnée à payer une amende de 250 000 euros pour avoir espionné des usagers qui utilisaient son application.

On sait Javier Tebas jusqu'au-boutiste et prêt à tout quand il s'agit de défendre les intérêts de la Ligue espagnole dont il est le président. Mais ce comportement n'est pas du goût de tout le monde. L'agence espagnole de protection des données, l'équivalent de la CNIL en France, vient de condamner la Liga à une amende de 250 000 euros pour avoir espionné quelque 50 000 supporters via son application officielle, téléchargée plus de dix millions de fois.
Normalement, elle permet de suivre l'actualité, les résultats, les statistiques des différents championnats professionnels espagnols, mais surtout de voir les matches en direct et en streaming directement sur un smartphone ou une tablette. Mais les dirigeants de la Liga s'en servaient aussi pour espionner les utilisateurs, en activant le microphone de l'appareil quand le GPS de celui-ci détectait que l'utilisateur se trouvait dans un bar, ou dans n'importe quel lieu public.

Le but de la Liga : détecter les bars qui diffusaient illégalement les matches

Pour la Liga, ce procédé avait son importance : détecter les nombreux établissements qui diffusaient frauduleusement les matches du Championnat espagnol, alors que l'application est en théorie réservée à un usage personnel. La Liga a chiffré cette fraude à quelque 150 millions d'euros par an.
La Liga et Tebas ont reconnu le procédé mais se sont défendus en expliquant que les conversations des usagers ne les intéressaient pas vraiment, et surtout que leur confidentialité était préservée par un chiffrement des enregistrements audio. La Liga assure par ailleurs que l'application ne stockait pas les conversations et que l'espionnage se limitait aux utilisateurs sur le territoire espagnol. Un argumentaire qui, visiblement, n'a pas convaincu la CNIL espagnole...
Javier Tebas sur la réforme des Coupes d'Europe : « Ils vont tuer les footballs nationaux »
Réagissez à cet article
500 caractères max
Fr4ncky 11 juin à 21:26

Voilà ce qui arrive quand on veut mettre son nez partout M. Tebas !

ADS :