Le RB Leipzig a dépensé 13 millions d'euros (+ 2 de bonus) pour acheter le champion d'Europe 2016 des moins de 19 ans au PSG. (AFP)
Ligue des Champions - Groupe G

Jean-Kévin Augustin (Leipzig), des débuts en Allemagne réussis avant de retrouver Monaco en Ligue des champions

L'attaquant français, qui a rejoint l'ambitieux club allemand du RasenBallsport Leipzig cet été, rencontrait mercredi soir l'AS Monaco en phase de poules de la Ligue des champions (1-1, il est entré en jeu à la 80e minute). Retour sur ses premiers pas en Allemagne.

C'est une des précautions à prendre avant de mettre les pieds dans un endroit inconnu. Que ce soit en société, lorsqu'il s'agit par exemple d'un rendez-vous important, ou en football, quand il est question de décider de son avenir, mieux vaut s'informer au préalable sur le lieu et le contexte qui nous attendent. Une prévoyance qu'a pris Jean-Kévin Augustin avant de s'engager avec le RB Leipzig, vice-champion d'Allemagne, au début du mois de juillet. Avide de conseils, il avait ainsi pris la température, auprès d'Ousmane Dembélé (alors joueur du Borussia Dortmund), Dan-Axel Zagadou (Dortmund également) et Mamadou Doucouré (Borussia Mönchengladbach), d'un football allemand dont il ne savait rien ou presque. Briefé et rassuré, l'attaquant français, qui était en quête de temps de jeu, s'est laissé séduire par une première aventure à l'étranger.
Le club qui l'a accueilli, lui, est un paradoxe ambitieux. Créé de toutes pièces il y a huit ans par le groupe Red Bull, empire de la boisson devenu géant du marketing sportif, le RasenBallsport Leipzig - majestueuse pirouette lexicale de l'actionnariat pour rentrer dans les clous en déguisant à peine l'affiliation à la marque Red Bull, le «naming» étant interdit en Allemagne - est détesté par les supporters adverses outre-Rhin. Mais son extraordinaire ascension sportive, du cinquième échelon national à l'exposition sur la scène européenne et via le plus grand théâtre de tous (la C1), a calé une ambition affolante.

C'est qu'à Leipzig, aussi, les jeunes sont au centre de la politique sportive : des vingt-trois joueurs qui ont participé* à la campagne 2016-17 de Bundesliga, le Championnat allemand, dix-huit avaient vingt-cinq ans ou moins. Les stars, elles, se nomment Emil Forsberg (25 ans), Timo Werner (21 ans) ou Naby Keïta (22 ans). Une stratégie qui diffère abyssalement de ce qu'a connu Augustin au Paris Saint-Germain. La vitrine du projet avait, donc, tout pour plaire à l'international espoirs français (7 sélections, 4 buts), qui a effectué le saut à pieds joints.

Augustin, un style Leipzig compatible

Ses premiers pas en Allemagne ont, par la suite, été plutôt convaincants. Le joueur formé au PSG a pris part aux trois rencontres de Championnat disputées par Leipzig en ce début de saison : il est entré en jeu à Gelsenkirchen, contre Schalke 04 le 19 août dernier, puis a été titularisé face à Fribourg (27 août) et sur le terrain d'Hambourg (8 septembre). Aligné à la pointe de l'attaque, aux côtés de l'Allemand Timo Werner dans le système en 4-4-2 mis en place par Ralph Hasenhüttl, l'entraîneur autrichien du vice-champion d'Allemagne, Augustin a déjà montré ses qualités. Pour sa première sortie dans la Red Bull Arena, fin août, il délivrait deux passes décisives - l'une à Willy Orban, l'autre à Timo Werner - avant de céder sa place en fin de rencontre, sous une ovation de son nouveau public.
 
Le profil de l'attaquant est déjà apprécié outre-Rhin. «Il a un style qui s'adapte très bien à notre manière de jouer», disait récemment Hasenhüttl. Le technicien de cinquante ans voue vraisemblablement une confiance certaine à sa recrue, de nouveau titularisée contre Hambourg vendredi dernier : témoin d'un mariage qui commence à prendre forme. Augustin, qui a pris part à la première campagne de C1 de son nouveau club, dont le point de départ était prévu mercredi soir avec la réception de l'AS Monaco (1-1), semble en tout cas avoir trouvé à Leipzig ce qu'il était venu chercher.

* Les joueurs qui ont pris part à au moins un match de Championnat.
Réagissez à cet article
500 caractères max