Anigo
Si j'osais

José Anigo : «Les partenariats entre l'OM et les clubs locaux, ce n'est pas nouveau !»

Comme souvent sur notre site, José Anigo a carte blanche. Cette semaine, l'ancien directeur sportif de l'OM revient sur ces partenariats noués entre Marseille et les clubs de la région.

«Depuis quelques semaines, Marseille s'est mis en quête de nouer des liens avec les clubs amateurs locaux... Un peu comme si c'était une nouveauté ! Bien entendu, je trouve cela très bien. Mais par le passé, nous avons fait de multiples démarches auprès de certains clubs, avec des accords verbaux, de multiples réunions... Bref, pour moi, ce n'est rien de bien nouveau.

Ce qu'il faut saisir, c'est qu'à l'intérieur de ces clubs partenaires, il y a les pour et les contre. A mon époque, nous avions du mal à faire venir les meilleurs joueurs de la région tout simplement parce que si un club peut donner son accord pour un joueur, ce sont toujours les parents qui décident du choix de carrière de leurs enfants.
Parfois, il y a des chamailleries à deux balles qui plombent des dossiers
Et en plus, certains éducateurs de clubs ont des accords privilégiés avec des clubs professionnels, et leurs dirigeants ne sont pas au courant de ces obscurs arrangements. Cela nous oblige à contacter directement les parents, et donc de sauter l'étape de club à club.... C'est la réalité, et la difficulté d'un accord passé entre un club professionnel et un club amateur. Et financer des équipements sportifs, ou autres, de certains clubs, comme on l'a déjà fait, ne nous a pas forcément permis d'avoir les meilleurs joueurs...

Autre difficulté : à l'intérieur du club olympien, il y avait aussi des réticences au sujet de certains accords... Il s'agit souvent de chamailleries à deux balles qui ont plombé des dossiers de jeunes que nous convoitions. Il faut aussi avouer que la concurrence est féroce dans la région. D'autres clubs professionnels y font du bon boulot, avec une différence fondamentale : l'enjeu financier est très important. J'ai le souvenir d'une personne au club qui expliquait que les jeunes de la région devaient forcément venir à l'OM pour l'amour du maillot, et rien d'autre... Ce discours était valable il y a vingt-cinq ans, mais plus aujourd'hui !

Les accords entre clubs ne sont pas suffisants

Même chez les très jeunes, l'argent passe souvent avant le projet sportif. Et ce sont les clubs qui ont créé cette situation, à force de surenchérir sur des gamins. L'OM devra faire un travail de fond, mais je suis persuadé que la direction sera surprise de voir que, malgré les accords qui seront noués, l'exode continuera... Et la concurrence a encore de beaux jours devant elle, à moins d'un important changement de philosophie sportive à l'OM. Il faudra s'aligner sur les propositions des concurrents, sinon rien ne changera.

Je suis curieux de voir les prochains mois, si les meilleurs gamins vont continuer à partir ailleurs. Parce qu'il y a énormément de talents dans la région, presque autant qu'en région parisienne, qui regorge de pépites incroyables... Et qui échappent encore à l'ogre PSG ! Kylian Mbappé, gamin de Bondy, et valeur montante de Monaco, en est le meilleur exemple.»

José Anigo
Réagissez à cet article
500 caractères max
RYO 2 mars à 19:25

Le foot d'aujourd'hui est "drive" par les finances... je ne suis pas surpris de voir que les jeunes footballeurs choisissent les clubs en fonction du pactole qu'on leur offre... même mon fils de 10 ans veut devenir footballeur professionnel pour devenir riche... donc les gamins suivent leurs conseillers qui les envoient là où on leur propose beaucoup d'argent.

lechinois 2 mars à 8:09

Gerry excellent article ? non mais sérieux, j'ai du mal a comprendre la pertinence de cet article, qui est écris par un mauvais DS, qui n'a rien apporté a son club de cœur et qui n'a même pas était foutu de dénicher un talent en Afrique en plus de deux ans.

GERRY 1 mars à 17:54

Excellent article. Merci José. Enfin, pas de langue de bois (ou de vipère)

voir toutes les réactions
ADS :