(L'Equipe)
Ligue 1 - Bordeaux

Josh Maja (Bordeaux) : «Quand ma chance viendra, je saurai la saisir»

Arrivé cet hiver en Gironde en provenance de Sunderland, Josh Maja n'a pas encore eu l'occasion de vraiment se montrer. Ambitieux, il compte sur l'arrivée de Paulo Sousa pour saisir sa chance. Pour FF.fr, le jeune attaquant anglais se confie sur cette nouvelle aventure. (Crédit photo : www.girondins.com)

«Vous êtes arrivé en janvier dernier chez les Girondins. Comment se passe votre intégration à Bordeaux ?
Je me suis plutôt bien intégré en fait. Ça a été un peu difficile de m'habituer à la nouvelle langue et au mode de vie, mais les gens au club ont tout fait pour me rendre les choses plus faciles.

Vous maîtrisez déjà le français ?
Mon niveau s'améliore ! Je prends des cours toutes les semaines, j'espère que je pourrai parler couramment bientôt.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
Je viens de Londres, où je suis né. J'ai débuté à Crystal Palace, puis je suis allé à Fulham et ensuite quelque temps à Manchester City. Sunderland m'a ensuite signé, j'y suis resté trois ans et demi. Je suis devenu professionnel à 17 ans quand j'y ai signé mon premier contrat.

Comment avez-vous été contacté par Bordeaux ?
Par mon agent. Il m'a dit qu'ils s'étaient montrés intéressés depuis l'année dernière, donc ça remontait à plus loin. J'ai beaucoup progressé en début de saison, et je pense que c'est à ce moment-là qu'ils ont décidé de passer à l'action.

Aviez-vous d'autres options ?
Oui, j'en avais quelques-unes en Angleterre, en Allemagne, en Italie aussi.
«J'ai traversé des épreuves beaucoup plus difficiles que ce qui se passe aujourd'hui dans ce club. Ça ne m'effraie pas.»
Alors pourquoi avez-vous choisi Bordeaux ?
J'ai senti que c'était la meilleure opportunité pour moi d'avoir du temps de jeu en équipe première et de pouvoir progresser. C'était vraiment une étape plus élevée qui se présentait à moi par rapport à la League One.

Certains en Angleterre jugent votre choix "courageux". Qu'en pensez-vous ?
Je suis d'accord. Il n'y a pas beaucoup de jeunes joueurs, surtout anglais, qui vont jouer à l'étranger donc c'était un choix assez différent de ce que l'on voit habituellement. Maintenant, je dois rester concentré et faire de mon mieux pour me montrer pleinement.

Que s'est-il passé lors de votre départ de Sunderland ? On parle beaucoup de l'échec des négociations pour votre prolongation...
On n'a juste pas pu se mettre d'accord. C'est aussi simple que ça. Bordeaux est arrivé et je voulais jouer à un plus haut niveau. J'ai donc décidé de partir.

Avez-vous déjà réussi à vous faire des amis au sein de l'effectif ?
Tout le monde est super sympa avec moi ! Ils ont conscience que je suis nouveau, que je viens d'arriver. Ils me montrent beaucoup de respect. Je traîne surtout avec Sergi (Palencia), Kalu, Yacine (Adli), Yann (Karamoh), Toma (Basic). Surtout les jeunes en fait (il rit). Beaucoup parlent anglais en fait, c'est bien... Ça m'aide beaucoup.

Comment ça se passe d'arriver dans un club en difficulté et qui vient en plus de changer d'entraîneur ?
Non ce n'est pas facile mais ça fait partie du football. J'ai traversé des épreuves beaucoup plus difficiles que ce qui se passe aujourd'hui dans ce club. Ça ne m'effraie pas, je suis persuadé que le futur de Bordeaux est grand. On a un nouveau coach, ça va prendre du temps pour s'y habituer mais on va y arriver.

«Le niveau technique est plus élevé ici»

Justement, ça se passe comment avec Paulo Sousa ?
Je le trouve bien... Les joueurs apprécient ses principes de jeu et la manière dont il veut que l'on joue. Il a été très clair avec nous sur ses intentions. Avec son staff, ils ont clairement montré ce qu'ils attendaient de nous... A savoir toute l'énergie et l'attitude nécessaires pour rendre cette équipe meilleure.

Vous ne totalisez que 142 minutes de jeu en Ligue 1. Que pensez-vous de vos débuts ?
Je ne suis pas pressé, tout comme je ne suis pas inquiet. Je suis encore en phase d'adaptation. Je travaille tous les jours, je cherche constamment à progresser. Quand ma chance viendra, je saurai la saisir.

Que pensez-vous de la Ligue 1 jusqu'ici ?
C'est différent. Le niveau technique est plus élevé ici, il faut plus faire attention aux détails. Le rythme est plus lent, mais il y a davantage de construction, avec des joueurs qui comprennent le jeu. C'est très bien parce que je veux progresser autant sur les aspects techniques que tactiques.

Vous avez le même agent que Nelson et Sancho, voyez-vous des parallèles avec eux ?
J'ai toujours voulu jouer à l'étranger. Ils sont de beaux exemples, ça montre que si tu es assez courageux pour franchir le pas, pour découvrir une nouvelle langue, une culture, un mode de vie, alors ça peut payer. Ils montrent toutes leurs qualités et les progrès qu'ils font sont admirables.

Il n'y a pas eu beaucoup de joueurs anglais qui ont réussi en France. Pensez-vous pouvoir en faire partie ?
J'en ferai partie, j'en suis sûr ! Je n'ai aucun doute. Dans mon esprit, j'ai les qualités pour le faire. Avec le nouveau coach, les opportunités de jeu qui vont venir, je vais le faire.
«Lionel Messi est le meilleur de tous les temps.»
Vous semblez très confiant. C'est une de vos qualités principales ?
Bien sûr. Il faut toujours croire en soi, même quand les choses ne se passent pas exactement comme prévu.

Quel est votre joueur préféré ?
Lionel Messi ! C'est le meilleur de tous les temps.

Avez-vous des points communs dans le style de jeu ?
Je ne crois pas (il réfléchit et rit). Sa qualité de finition est extraordinaire et quand il y a une chance, il la met au fond. Peut-être sur ce point, car quand j'ai une opportunité, j'arrive souvent à en faire de même et à marquer.

Supportez-vous une équipe en particulier ?
Barcelone et Arsenal, car c'est mon équipe locale.

Aimeriez-vous porter le maillot des Gunners un jour ?
Oui, vraiment... Jouer dans cette équipe avec laquelle j'ai grandi, ce serait génial.

Jouer en Premier League est un de vos rêves ?
C'est évident. C'est une des meilleures Ligues du monde, avec les meilleures équipes. J'espère qu'un jour je pourrai y jouer mais pour l'instant je suis à Bordeaux, je veux réussir ici, et on verra plus tard...»
Jérémy Docteur
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :