lineker (gary) (L'Equipe)
C'est le jour...

Journée de la gentillesse : les joueurs les plus fair-play

Loin des Materazzi ou Pepe, certains joueurs se sont distingués par des gestes de grande classe au cours de leur carrière. Nous les honorons en cette journée mondiale de la gentillesse.

Gary Lineker n'a jamais pris un seul carton

Zéro carton jaune, zéro carton rouge. C'est l'exploit réalisé par l'attaquant anglais, en seize ans de carrière. Et à un niveau où les duels et les fautes se multipliaient. Car Gary Lineker a joué au FC Barcelone, à Tottenham et en sélection anglaise. En plus d'être fair-play, il était surtout un grand joueur, meilleur buteur de la Coupe du monde 1986 (six réalisations) et deuxième du Ballon d'Or France Football cette même année.

Elvin Mammadov a volontairement raté un penalty

L'attaquant de Qarabag a fait preuve de sang froid le 6 octobre dernier. Pour tirer à côté, tranquillement. Pourquoi ? Car il estimait que le penalty sifflé en sa faveur n'était pas mérité. Evidemment, les joueurs de l'Inter Baku l'ont félicité.

Paolo Di Canio a arrêté le jeu alors qu'il pouvait marquer

Un fait rare pour être souligné. Plutôt sujet aux gestes d'humeur déplacés (affrontement physique avec l'arbitre, salut hitlérien...), le fantasque attaquant italien a montré son plus beau visage lors d'un match de Premier League avec West Ham face à Everton, en 2000. Alors que le gardien adverse s'effondre suite à une sortie, un de ses coéquipiers lui adresse un centre. La suite est classe.

Dix joueurs du SK Brann ont laissé l'adversaire marquer...

... après avoir inscrit un but chanceux. Le 13 mai 2012, Lillestrom accueille Brann dans le championnat Norvégien. Un match où les politesses se sont enchaînées, entrecoupées d'un coup du sort. Enfin, de vent, surtout (avec Stefan Magnusson pour victime). On vous laisse apprécier le fair-play des joueurs de Brann, sous l'impulsion de l'involontaire buteur Erik Mjelde. Et repérer Piotr Leciejewski, qui a du mal à s'y faire !

Miroslav Klose a marqué un but puis l'a fait annuler

Il s'est repenti aussitôt son méfait commis. Lors d'un choc de Serie A (le 2 septembre 2012) entre Naples et la Lazio, l'attaquant allemand plaçait la balle au fond des filets en s'aidant de la main. Tous les joueurs adverses (dont Cavani) se rebiffaient mais l'arbitre validait tout de même le but. Un but précoce (4e) que le futur recordman des buts en Coupe du monde allait faire annuler. Les Napolitains se sont finalement imposés 3-0. Miroslav Klose a-t-il regretté son élan de sincérité ?

Bonus : Robbie Fowler était à moitié fair-play

Il est pourtant souvent cité en exemple. Le 24 mars 1997, alors que Liverpool était en déplacement à Highbury pour y affronter Arsenal, l'attaquant anglais obtenait un penalty. A peine relevé, l'international allait voir l'arbitre pour lui expliquer qu'il n'y avait rien. Devant le refus de ce dernier de revenir sur sa décision, Fowler avait décidé de... tirer le penalty. Avec la ferme intention de marquer. Deux fois.
Maxime Lavoine
Réagissez à cet article
500 caractères max
youssouf.belahcen 13 nov. à 14:05

Aaron Hunt avec le werder de brême contre Nurnberg