Selon les informations du « Monde », le parquet de Paris vient de juger recevable la plainte contre X de Michel Platini. (S. Mantey/L'Équipe)
Justice

Justice : la plainte contre X de Michel Platini jugée recevable par la justice française

Selon « Le Monde », le parquet de Paris a dénoncé les faits d'« association de malfaiteurs » et de « dénonciation calomnieuse » aux autorités suisses.

Selon les informations du Monde, le parquet de Paris vient de juger recevable la plainte contre X déposée par l'ancien patron de l'UEFA en septembre 2018 pour « dénonciation calomnieuse » et « association de malfaiteurs en vue de commettre le délit de dénonciation calomnieuse ».
Au terme de son enquête préliminaire, la justice française a ainsi « officiellement dénoncé les faits » au Département fédéral de la justice et de police de la Confédération helvétique qui doit maintenant prendre le relais.
« Je suis très heureux de ce soutien de la France qui, sur la base du sérieux de ma plainte et de la crédibilité de mon témoignage, a décidé finalement de dénoncer les faits, dont j'ai été victime, auprès de la justice suisse afin qu'elle enquête », a confié ce lundi au Monde Michel Platini.
L'ancien joueur a été contraint de renoncer à briguer la présidence de la FIFA, en janvier 2016, en raison de sa suspension décidée par le comité d'éthique de la FIFA (*). Alors que sa suspension de quatre ans a pris fin le 7 octobre, il estime avoir été victime d'un complot.
« Un certain nombre de témoins étaient disponibles pour être auditionnés sur le territoire français et d'autres seraient venus de Suisse, l'enquête aurait pu se poursuivre en France. Mais le parquet de Paris a arbitré et décidé, au vu de l'accélération des révélations en Suisse, de dénoncer les faits aux autorités helvétiques, a expliqué au Monde Me William Bourdon, l'avocat de M. Platini. Ces dernières doivent prendre leurs responsabilités et ont le devoir de mener une enquête approfondie afin de faire tomber les masques des artisans de ce complot. »
(*) En 2015, l'ancien numéro 10 des Bleus avait été radié par les instances disciplinaires de la FIFA en raison d'un versement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d'euros) que lui a fait, en 2011, l'ex-patron helvétique de la FIFA, Sepp Blatter. Une somme qui correspondait, selon les deux intéressés, à un reliquat de salaires datant de l'époque (1998-2002) où le Français était son conseiller.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :