Boudjellal aimerait racheter le club de football de Toulon. (F. Faugère/L'Équipe)
National

L'actionnaire du Sporting Club Toulon rappelle à Mourad Boudjellal que le club n'est pas à vendre

Après la candidature de l'ex-président du RCT à la reprise du club, Claude Joye, son principal actionnaire, a rappelé une nouvelle fois que le SC Toulon n'était pas à vendre.

Les temps sont agités, au Sporting Club de Toulon, depuis la candidature spontanée de Mourad Boudjellal à la reprise du club le 14 janvier dernier dans les colonnes de Var Matin. Président du RCT depuis 2006, Boudjellal s'apprête à tourner la page et se verrait bien investir dans le club de football, désormais, avec l'objectif de revoir la Ligue 1. Toulon est actuellement dernier de National et son actionnaire majoritaire, Claude Joye, n'est pas vendeur, comme il l'a rappelé dimanche dans un communiqué.
« Je suis prêt à ouvrir le capital de manière significative mais pas en tant qu'actionnaire majoritaire », répète-t-il, avant de déplorer « la méthode consistant à affirmer son intérêt par voie de presse en prenant les supporters à partie. » Claude Joye dit craindre « qu'un tel électron libre puisse créer des dégâts » au club. « On dirait qu'il découvre depuis un mois le Sporting et la passion des supporters, alors qu'il les a combattus et minimisés pendant des années quand il était au RCT », dénonce l'actionnaire majoritaire du Sporting Club de Toulon.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :