ALB

L'Albanie veut interdire les bureaux de paris sportifs

Le gouvernement albanais prévoit de fermer les bureaux de paris pour lutter contre le crime organisé et les problèmes sociaux liés au jeu.

Le gouvernement albanais prévoit de fermer à compter de janvier 2019 les bureaux de paris, notamment sportifs, mesure prise pour lutter contre le crime organisé et les problèmes sociaux liés au jeu, ont annoncé les autorités. Il s'agit d'«une décision douloureuse mais indispensable», a déclaré mardi soir le Premier ministre socialiste Edi Rama, selon qui «à partir du 1er janvier tous les centres de paris sportifs, qui se sont répandus partout comme la peste, seront fermés». Les médias seront sujets «à des sanctions sévères s'ils continuent à publier des publicités sur les paris sportifs», a-t-il prévenu.
La loi sur l'interdiction des paris sportifs doit être votée dans les prochaines semaines par le parlement albanais. Selon le ministère albanais des Finances, l'Albanie, l'un des pays les plus pauvres d'Europe, dispose pour ses 2,8 millions d'habitants de 4 200 bureaux de paris sportifs qui paient à l'État 54 M€ d'impôt. «Même si cette décision a un impact financier pour le budget de l'État, elle est prise dans l'intérêt de la société albanaise», estime le ministre adjoint de l'Intérieur Besfort Lamallari.
Selon les chiffres officiels, les Albanais dépensent quelque 140 à 150 M€ par an dans les bureaux de paris. Mais selon les médias albanais, ce chiffre pourrait atteindre 400 M€, soit 5 % du PNB, en prenant en compte les paris clandestins. Soupçonné d'avoir truqué 53 matchs depuis 2010 en lien avec des paris, le multiple champion national Skenderbeu est suspendu pour dix ans de toute compétition européenne, la plus lourde sanction jamais infligée par l'UEFA.
Réagissez à cet article
500 caractères max