griezmann (antoine) mbappe lottin (kylian) (F.Faugere/L'Equipe)
L. Nations

L'équipe de France s'en sort très bien avec cette victoire en Croatie

Loin d'être au meilleur de leur forme, le duo Griezmann-Mbappé a donné une victoire quasi miraculeuse à l'équipe de France en Croatie (2-1). Au terme d'une prestation qui aura été loin de convaincre, une nouvelle fois. Les Bleus joueront la finale du groupe de Ligue des nations le mois prochain au Portugal.

La leçon : Sept mois pour (bien) bosser...

L'équipe de France termine son rassemblement d'octobre par une victoire quasi miraculeuse en terres croates et aura donc une finale de groupe à jouer le mois prochain au Portugal. Les coéquipiers de Bernardo Silva l'ont emporté 3-0 face à la Suède et comptent, comme les Bleus, 10 points au classement. Voilà pour les enseignements bruts du soir. Car il n'y a pas grand-chose d'autres à retenir de bien emballant côté Bleus. À l'image du match face au Portugal dimanche dernier (0-0), ce fut une nouvelle fois bien poussif pour les hommes de Deschamps. L'ouverture du score précoce de Griezmann, d'une lourde frappe sous la barre (0-1, 8e), faisait du bien au Barcelonais, dont le statut est commenté dernièrement. Avec, à l'origine, un bon travail d'un Mendy latéral droit et auteur d'un bon match à ce poste. En vingt minutes, les Bleus auraient pu plier l'affaire : mais Mbappé ratait une occasion toute faite après un excellent service de Martial (15e), avant que l'arbitre de la rencontre n'oublie un penalty évident sur l'attaquant de Manchester United (19e). À partir de là, extinction des feux. Ou presque. Alors que la Croatie bafouillait complètement son football et accusait une nette domination (68% de possession française au bout d'un quart d'heure), l'équipe de France laissait tranquillement son adversaire se (re)mettre dans sa rencontre. Lloris sortait une immense parade (30e) et Modric et consorts étaient bien mieux sur le pré face à des Bleus comme apathiques à l'image de Mbappé et d'un milieu de terrain quelconque.
Finale de groupe face au Portugal le mois prochain.
Sans un seul tir en seconde période, ni une seule incursion dans la surface adverse, les Bleus cédaient inévitablement sur un joli but signé Vlasic qui surprenait Lloris d'une frappe surprenante à l'entrée de la surface (1-1, 64e). Entre l'ambiance des 7000 supporters locaux et un visage français qui ne changeait guère, le spectre d'une défaite se rapprochait inévitablement. Et pourtant, deux gestes techniques de très grande classe permettaient aux visiteurs de reprendre les commandes. La transversale précise de Pogba, entré en jeu, et le centre en reprise de volée idéal de Digne pour la finition de Mbappé (1-2, 79e). Le miracle croate se terminait enfin par deux grosses occasions manquées avec cet arrêt de Lloris en deux temps (86e), puis cette frappe complètement manquée par Kramaric (90e). Si les Croates, à l'image de leur sélectionneur, estimaient que les deux dernières victoires françaises, en finale de Coupe du monde et le mois dernier, n'avaient pas été méritées, cette fois, on peut (vraiment) dire que les siens méritaient mieux ce mercredi soir.

Le gagnant : Lloris solide au poste

Difficile d'extirper un gagnant indiscutable côté équipe de France. On a bien aimé les premières 45 minutes de Rabiot, on a apprécié l'entrée de Pogba, on a loué les bons passages de Mendy sur un poste inhabituel d'arrière droit. On n'oublie pas non plus un match valeureux de Digne. Mais on a, au bout du compte, envie de citer le capitaine. Lloris a été exemplaire pour sa 118e sélection. Abandonné par son milieu sur le but du 1-1, Lloris a été l'auteur d'une énorme parade dans le premier acte avant de faire preuve d'expérience et de sérénité au coeur de dix dernières minutes bouillantes. Solide au poste.

Le perdant : Vida, plus vraiment une assurance

Que 2018 semble loin pour le vice-champion du monde. À 31 ans, Vida a été très en difficulté face aux Bleus. Sa relance hasardeuse permettait à Griezmann d'ouvrir la marque, tandis qu'il passait tout près de la correctionnelle en évitant le penalty sur Martial (19e). Des difficultés de placement, très peu d'assurance, pour finir en retard sur Mbappé et le but du 1-2. Le défenseur du Besiktas s'est nettement loupé.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ghys59 15 oct. à 20:46

C'est une victoire logique. La France aurait dû mener 3-1 à ma mis-temps et c'était plié. La seconde période fut laborieuse, mais l'équipe de France sait pourfendre un adversaire au moment où on s'y attend le moins. Sur une action, elle met l'adversaire à terre. Une action au cours de laquelle, Digne, surtout, a été extra. Jamais, je n'aurais cru le voir faire un centre de volée...

Heraclite 15 oct. à 16:44

Un miracle c'est quand ca arrive de maniere extraordinaire. Quand l'evenement se reproduit systematiquement, cela s'appelle une evidence. L'italie a mis 4 etoiles sur son maillot national en jouant de la sorte. A t on entendu parler de miracle a cette epoque ? Par ailleurs en quoi un jeu spectaculaire serait il plus meritant qu'un jeu maîtrisé. Et la domination de l'autre n'engendre pas que la victoire soit due ou bien il faudra réécrire les règles du jeu.

jean.jovine 15 oct. à 10:07

Jamais content ! L'EdF menait au score c'est assez normal que la Croatie pousse pour égaliser ! Ce qu'elle a réussi a faire d'ailleurs ! Combien de temps l'EdF a mis pour mettre son deuxième but aprés l'egalisation ? Non ce n'est pas un miracle !

belwizdadi 15 oct. à 1:47

L’arbitre a donné un coup de pouce à la France qui désormais est aidée par la VAR qui lui a déjà donné une coupe du monde dite politique

voir toutes les réactions
ADS :